Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les satellites de SpaceX censés fournir un accès internet bon marché sont visibles à l'œil nu

Les satellites de SpaceX censés fournir un accès internet bon marché sont visibles à l'œil nu
© Vimeo/Marco Langbroek

SpaceX a récemment réussi la mise en orbite des 60 premiers micro-satellites de son projet "Starlink" censé fournir un accès internet rapide et bon marché. Des dizaines de milliers d'autres satellites devraient suivre, puisqu'à terme, la constellation Starlink devrait comporter 12 000 objets spatiaux de la sorte. Amateurs et professionnels du secteur ont remarqué que les 60 satellites, qui ont été déployés à 450 km d'altitude et qui devraient atteindre une altitude opérationnelle de 550 km, brillent dans le ciel nocturne, rapporte 20Minutes.

Sur Twitter, l'astronome Alex Parker a ainsi commenté : "je sais que les gens s'émerveillent en regardant les images du 'train' de satellites Starlink de SpaceX, mais ça me laisse perplexe. Ils sont lumineux et il y en aura beaucoup. Si SpaceX lance ses 12 000 satellites, ils deviendront plus nombreux que le nombre d'étoiles visibles à l'œil nu." Une vidéo prise moins de 24 heures après le déploiement des 60 micro-satellites et partagée par l'astronome amateur néerlandais Marco Langbroek montre à quoi ressemble ce fameux "train" lumineux :


Même si les satellites de SpaceX ne seront jamais tous lumineux en même temps — à terme, ils seront dispersés sur des orbites variables allant de 550 à 1 200 km ce qui devrait permettre de réduire la luminosité des satellites, a assuré SpaceX —, les astronomes ont raison de s'inquiéter sur les risques de pollution lumineuse et radio engendrés par le projet Starlink. Les satellites causent une pollution radio importante pour les radiotélescopes basés au sol et le déploiement d'un réseau de 12 000 micro-satellites pourrait signifier qu'il deviendra impossible de "balayer le ciel à la recherche d'objets radioélectriques de faible intensité", a estimé Alan Duffy, astronome à l'université de Swinburne au site ScienceAlert. Concrètement, selon l'astronome, nous pourrions perdre "notre droit universel de voir depuis la Terre la lueur des étoiles qui se forment".

D'autre part, SpaceX n'est pas la seule société spatiale à vouloir lancer des micro-satellites dans les années à venir. Amazon, OneWeb ou encore TeleSat travaillent également sur des projets de mégaconstellations. De son côté, SpaceX a confirmé sur Twitter qu'elle prévoyait encore six lancements Starlink cette année.

Découvrir plus d'articles sur :