Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les sondages à la sortie des urnes permettent peut-être de comprendre l'improbable victoire de Donald Trump

Les sondages à la sortie des urnes permettent peut-être de comprendre l'improbable victoire de Donald Trump
© REUTERS/Carlos Barria

Alors que les derniers votes de la présidentielle américaine finissent d'être comptés, l'attention se tourne vers les sondages réalisés à la sortie des urnes pour tenter de donner un sens à l'improbable victoire du candidat républicain Donald Trump. Une victoire qui déjoue quasiment tous les pronostics.

Selon le sondage à la sortie des urnes de CNN, la candidate démocrate Hillary Clinton — bien que candidate préférée des électeurs noirs et hispaniques — a remporté seulement 88% de l'électorat noir, alors que Barack Obama avait obtenu en 2012 un soutien de 93%.

Trump, de son côté, a remporté 8% des votes des électeurs noirs, plus que Mitt Romney qui n'avait obtenu que 6% lors de la précédente élection présidentielle.

De plus, le soutien des électeurs hispaniques a semblé moins fort que prévu. Un afflux d'électeurs lors du vote anticipé au sein de la communauté hispanique dans des Etats comme la Floride avait boosté les prévisions qui estimaient que cette partie de la population américaine aiderait Clinton à l'emporter de façon fracassante dans les Etats pivots.

Mais le sondage à la sortie des urnes de CNN montre que Clinton n'a remporté que 65% du vote latino, contre 29% pour Trump. Les chiffres montrent qu'une partie importante de l'électorat hispanique s'est détournée des Démocrates, puisqu'Obama avait remporté 71% des votes hispaniques contre 27% pour Romney.

Les disparités homme-femme entre les deux candidats n'étaient pas aussi importantes que prévu. Clinton est à 54%, contre 42% pour Trump, selon le sondage à la sortie des urnes.

Clinton a aussi séduit moins de jeunes qu'Obama en 2012. Clinton a remporté 55% des suffrages des 18-29 ans, alors qu'Obama était à 60% en 2012.

Néanmoins, certains experts veulent rester prudents et demandent qu'on ne donne pas trop de crédit aux sondages à la sortie des urnes.

Nate Silver, rédacteur en chef de FiveThirtyEight, a noté que les sondages à la sortie des urnes ont "fait un très mauvais travail" cette fois-ci, puisqu'ils prévoyaient initialement une victoire écrasante d'Hillary Clinton.

Version originale : Michelle Mark/Business Insider

Business Insider