Publicité

Les talibans ont saisi du matériel militaire américain, mettant des Afghans en danger

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Un soldat américain de la FIAS de l'équipe Apache de la Task Force Geronimo, 4e peloton Delaware de l'armée américaine, recueille des informations biométriques auprès d'un villageois afghan dans le village de Mans Kalay à Sabari, district de Khost, le 4 août 2012. © Jose Cabezas/AFP/GettyImages
Publicité

Les talibans ont saisi des dispositifs biométriques HIIDE de l'armée américaine capables de scanner l'iris, les doigts et les visages, ce qui pourrait les aider à identifier les Afghans qui ont aidé les forces de la coalition dans leurs efforts diplomatiques ou leurs opérations militaires, ont déclaré des responsables militaires actuels et anciens à The Intercept.

HIIDE (Handheld Interagency Identity Detection Equipment) est un appareil portable qui se connecte au Biometrics Automated Toolset (BAT), un logiciel de traitement de l'identité utilisé par les soldats pour détecter les menaces, selon une présentation de formation militaire. HIIDE peut créer des rapports de suivi des rencontres biométriques et avertit les utilisateurs si la personne contrôlée figure sur une liste de surveillance, rapporte Signal Magazine.

À lire aussi — WhatsApp ferme un groupe de discussions tenu par les talibans, qui critiquent cette décision

Des équipements saisis lors d'une offensive des talibans la semaine dernière

Un responsable du Joint Special Operations Command et trois anciens militaires américains ont déclaré à The Intercept que les équipements ont été saisis lors d'une offensive des talibans la semaine dernière.

Si ces derniers n'ont pas encore accédé aux données, un vétéran des opérations spéciales de l'armée a déclaré que l'Inter-Services Intelligence (ISS), l'agence d'espionnage pakistanaise qui a l'habitude de travailler en étroite collaboration avec les talibans, pourrait leur fournir les outils pour le faire, selon The Intercept.

De nombreux Afghans qui n'ont pas été évacués s'empressent d'effacer leurs anciennes activités en ligne alors que les talibans ont pris le contrôle du pays. Bien qu'une femme anonyme ayant travaillé pour le gouvernement afghan ait brûlé tous les documents la liant à son ancien emploi, elle craint toujours que les données biométriques qu'elle a fournies lors de son embauche soient utilisées par les talibans pour la retrouver, rapporte le Wall Street Journal.

Insider a contacté le ministère de la défense américain pour un commentaire.

Version originale : Morgan Keith/Insider

À lire aussi — Afghanistan : Facebook interdit tout contenu apportant son soutien aux talibans

Découvrir plus d'articles sur :