Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les tests salivaires peuvent être utilisés pour détecter le Covid-19

Les tests salivaires peuvent être utilisés pour détecter le Covid-19
Les tests par le nez était jusqu'ici les seuls pratiqués. © Claude Truong-Ngoc/ Wikimedia Commons

Le test nasopharyngé par PCR était jusqu'ici la référence. Le patient devait alors supporter les écouvillons dans le nez afin de pouvoir obtenir un diagnostic sur sa contamination ou non au Covid-19. Dorénavant, les tests salivaires devraient aussi pouvoir être utilisés pour détecter les infections par le nouveau coronavirus. La Haute autorité de Santé (HAS) a donné son feu vert, vendredi 18 septembre, dans un communiqué. Mais pas chez n'importe qui. La HAS conseille ce type de test — et leur remboursement — uniquement pour les personnes présentant des symptômes.

"Leur intérêt est de faciliter les prélèvements, de réduire les risques de contamination du personnel soignant et d'être moins désagréables pour les patients", explique-t-elle. L'institution ne les recommande pas en revanche sur les personnes sans symptômes, pour lesquelles "on raterait plus de 75%" des infections en raison de performances insuffisantes, a précisé le Pr Dominique Le Guludec, présidente du Collège de la HAS, rapporte l'AFP. Les tests salivaires sont globalement moins "sensibles" que les test PCR, qui restent donc plus performants.

"Le prélèvement salivaire est réalisé par crachat simple, par crachat bronchique ou par pipetage de la salive", détaille la HAS. Il peut être réalisé par auto-prélèvement ou supervisé par un professionnel de santé. L'autorité de santé prévient toutefois que la réalisation d'un nombre plus important de tests "risque d'augmenter l'engorgement au niveau de la phase analytique". En conséquence, les délais de rendu des résultats pourraient encore s'accroître.

À lire aussi — Moderna, Pfizer, Sanofi... Le point sur les vaccins contre le Covid-19 les plus prometteurs

Découvrir plus d'articles sur :