Les trottinettes électriques en libre-service sont trop fragiles pour être rentables

Un homme conduit une trottinette électrique à Madrid, Espagne.
REUTERS/Susana Vera

Les trottinettes électriques sont partout, sur les trottoirs, sur les routes, dans le débat public. Ce nouveau mode de transport a beau avoir envahi les métropoles, il ne rapporte toujours pas d'argent à ses opérateurs, selon une étude publiée vendredi par le Boston Consulting Group. En cause, la durée de vie trop courte de ces engins malmenés à longueur de journée. Une trottinette électrique tient en moyenne trois mois, or il en faudrait quatre pour amortir son coût. L'étude estime tout de même que le potentiel mondial de ce marché devrait atteindre entre 40 et 50 milliards de dollars d'ici 2025. Pour y arriver, les services devront relever plusieurs défis.

En deux ans, le marché de la trottinette a connu une poussée fulgurante. Cette nouvelle mobilité séduit de nombreux utilisateurs pour les courts trajets, notamment les Parisiens qui en raffolent. 12 services s'y disputent le marché. L'aventure de la trottinette électrique a commencé aux États-Unis en 2017 avec la société Bird. Et deux ans plus tard, elle pose déjà plusieurs questions autour de la sécurité, de la régulation de sa circulation et de son stationnement. Mais selon le cabinet de conseil américain, il y a également un problème économique de taille : les trottinettes électriques ne sont pas rentables.

De grands défis pour arriver à la rentabilité

Selon les calculs de l'étude, il faudrait 115 jours, soit presque quatre mois pour amortir le coût d'acquisition d'une trottinette électrique, en moyenne 375 dollars. En libre-service, ces engins motorisés ne durent que trois mois en moyenne. "Les trottinettes électriques ont été initialement conçues pour un usage privé, pas pour la location, donc l'usage excessif, la manipulation brutale et même le vandalisme que les usagers leur infligent ont fortement réduit leur durabilité", précise le Boston Consulting Group. Par ailleurs, la logistique pèse trop lourd dans les coûts d'exploitation, 50% environ. Il s'agit des employés qui récupèrent, réparent, rechargent et relocalisent les trottinettes. Arriver à la rentabilité supposerait donc de baisser largement cette part.

L'étude dresse une liste de quatre grands défis pour les opérateurs : optimiser les opérations de maintenance; rallonger la vie de la trottinette; mettre en place une stratégie de croissance rapide, par exemple en élargissant leur offre et en mettant en place des partenariats avec les autres acteurs de la mobilité; enfin, attirer de nouveaux investissements. Tout ceci suppose bien sûr un réinvestissement massif, ainsi qu'une phase de consolidation, dans laquelle la concurrence acharnée pourrait lancer une guerre des prix.

"La grande question pour les opérateurs, les investisseurs, les urbanistes et les consommateurs est de savoir si les trottinettes électriques peuvent surmonter ces obstacles et devenir des piliers de la micromobilité urbaine", conclut le rapport. À voir si les services de trottinettes électriques vont réussir à transformer le succès en rentabilité.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: Votre chef vous déteste secrètement — voici des signes qui ne trompent pas