Le PDG de Bird promet 1 000 emplois pour convaincre Anne Hidalgo de garder ses trottinettes à Paris

Bird, la startup américaine de trottinettes électriques en libre-service, annonce qu'elle va ouvrir un bureau européen à Paris et prévoit d'y installer 1 000 personnes d'ici deux ans. La startup valorisée plus de 2 milliards de dollars cherche donc des bureaux pour accueillir ses futures équipes mais aussi " un lieu où les usagers Bird pourront venir apprendre à rouler en toute sécurité et obtenir un casque gratuit." Cette annonce n'est pas dénuée d'intérêt politique : Paris lancera en septembre un appel d'offres pour retenir deux à trois opérateurs, après la promulgation au Journal officiel de la loi d'organisation des mobilités, dite loi LOM. Les candidats essaient donc de se parer de leurs plus beaux atours pour convaincre Anne Hidalgo de les choisir, alors que ces véhicules ont provoqué l'ire des piétons et autres usagers de la route et ont été impliqués dans des accidents — un conducteur a même trouvé la mort.

Pour résumer, personne n'arrive en terrain conquis et surtout pas les deux startups américaines dopés aux millions de dollars — Lime et Bird — qui ont déversé leurs trottinettes bas de gamme sur les trottoirs parisiens à leur arrivée à l'été 2018. Bird a donc choisi de faire du charme à l'emploi pour demeurer dans la capitale française. 4 000 des 15 0000 véhicules à deux roues qui sillonnent les rues de la capitale seraient des trottinettes en libre service Bird, désormais présente à Lyon, Bordeaux et dans plus de 100 villes dans le monde.

A lire aussi — Dott tient Lime et Bird pour responsables de la colère des gens envers les trottinettes électriques en France

"Nous avons été époustouflés par la rapidité avec laquelle les Parisiens ont adopté notre service. C'est une bonne chose. Nous voulons être à Paris sur du long terme. Nous allons recruter 1 000 personnes dans les prochaines années. Nous nous sentons comme chez nous à Paris, il est donc naturel que nous en fassions notre seconde maison officielle en Europe", explique son fondateur et PDG Travis VanderZanden à Business Inisder France.

1 000 personnes, ce serait 10 fois plus qu'aujourd'hui selon le patron de la startup. Bird a un entrepôt à Genneviliers mais "en réalité, l'équipe locale serait bien plus petite, de moins de dix personnes", nous assure un bon connaisseur du marché. En revanche, à Amsterdam, son siège européen rassemble bien plus d'une centaine de personnes. Dans son inventaire français, Bird compte-t-il également ses juicers, ces travailleurs indépendants qui rechargent et déplacent les trottinettes dans Paris?  Interrogée, l'entreprise est restée évasive sur ce sujet. Elle prévoit en tout cas de passer sous statut salariés tous ces auto-entrepreneurs, nous a indiqué son patron, sans donner de nombre de personnes concernées.

"Nous devons faire en sorte de donner moins de place aux voitures"

Ancien d'Uber, Travis VanderZanden a appris des critiques sur la manière dont son ancienne entreprise arrivait dans les villes. Sans dialogue. En force. A quelques semaines du lancement de la procédure parisienne, il insiste donc sur "les collaborations essentielles avec les villes". "Si elles nous demandent de stationner à des endroits précis, on le fait; si elles nous demandent de partager des données anonymisées, on le fait,… ce sont des exemples de collaboration étroites", argue Travis VanderZanden.

En juin, Bird a ainsi annoncé une fonctionnalité qui permet aux utilisateurs de voir dans l'application des endroits où se garer en toute légalité. Sauf que sont indiqués également les emplacements pour vélos... qui ne sont plus concernés. Paris a annoncé la création de 2 500 places dédiées aux trottinettes d'ici la fin de l'année. Le déploiement démarre tout juste. En attendant, les trottinettes doivent en effet être stationnées sur la chaussée, comme les deux-roues ou les voitures, pour ne pas gêner la circulation des piétons.


Interrogé sur ses plans de recrutements massifs dans le cas où son entreprise ne serait pas choisi par la Ville de Paris, Travis VanderZanden n'a pas divulgué ce scénario B insistant sur les atouts de son entreprise qui vient de sortir une trottinette Bird Zero avec une durée de vie de plus de 12 mois. "Nous voulons créer un modèle durable dans le secteur du transport. On pense déjà à 2024 pour Paris : comment Bird peut-elle participer à absorber six millions de gens qui vont venir pour les Jeux Olympiques ?"

Le pari de devenir un acteur incontournable

Fin communicant, le dirigeant se met dans les pas d'Anne Hidalgo quand il dénonce "la place de la voiture dans l'espace urbain". "J'ai créé Bird car j’ai réalisé qu’on avait un énorme problème : notre addiction aux voitures. Elles créent des problèmes de trafic, de sécurité et des émissions de gaz nocives pour l'environnement. Nous devons faire en sorte de donner moins de place aux voitures dans l'espace public."

Avant de poursuivre sur le même ton : "Paris a besoin d'alternatives à la voiture. Et nous voulons être un partenaire de long terme pour collaborer avec la ville à la réduction de la place de la voiture et des émissions de gaz. Mais c'est une décision de la ville."

Exclue de San Francisco l'an dernier, qui n'a octroyé que deux permis d'opérer, Bird vient d'y revenir en rachetant Scoot. Travis VanderZanden assure qu'il n'a pas de plan pour acquérir un acteur en Europe. Mais selon lui, seuls les plus gros opérateurs aux reins financiers solides survivront. Le retrait de six des douze opérateurs parisiens en quelques semaines en seraient la preuve. 

"Nous verrons ce qui se passera en Europe avec les plus petits acteurs. On a vu aux Etats-Unis qu’ils ont commencé à disparaître car ils avaient des difficultés à lever de l'argent. Il y a de réels défis technologiques dans ce métier et je pense que les plus gros acteurs sont armés pour les résoudre. C'est ce que nous voyions dans le monde entier."

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le cofondateur de Bolt nous explique pourquoi sa startup est 'plus efficace' qu'Uber

VIDEO: Les courbatures surgissent un jour après l'effort physique — voici pourquoi

Contenu Sponsorisé

3 questions aux vainqueurs du concours d'innovation L’Oréal Brandstorm 2019

  1. Jon

    Must be a nice post and useful information here click this link windows dvd player is a best online video player and new latest version i am sure you like it.

Laisser un commentaire