Publicité

Les vaccins contre le Covid-19 seraient moins efficaces pour les femmes que pour les hommes, selon une étude

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les vaccins contre le Covid-19 seraient moins efficaces pour les femmes que pour les hommes, selon une étude
Un médecin administre le vaccin de Moderna contre le Covid-19. © MediaNews Group/Boston Herald via Getty Images
Publicité

Anna Kern, une infirmière praticienne de 33 ans à Ferndale, dans le Michigan, aux États-Unis, ne s'attendait pas à contracter le Covid-19 après avoir été vaccinée. Elle a été vaccinée en janvier, mais en avril, elle a été testée positive après avoir été exposée au virus par un collègue non vacciné. Depuis, elle a des frissons, elle est fatiguée et son cœur s'emballe.

"Vous ressentez beaucoup de culpabilité — du genre, qu'est-ce que j'ai fait de mal ? Comment aurais-je pu être plus prudente ?", raconte Anna Kern à Insider. "Cela fait bizarre d'être une anomalie statistique".

À lire aussi — Pourquoi nous n'aurons pas besoin de rappels de vaccins anti Covid-19 avant 3 à 5 ans, selon ce spécialiste

Ces cas de Covid-19 diagnostiqués au moins deux semaines après qu'une personne a été entièrement vaccinée sont en effet rares. Seulement 0,01% des Américains vaccinés avaient développé des infections pernicieuses au 30 avril, selon un rapport récent des Centers for Disease Control and Prevention (CDC, l'agence fédérale américaine de protection de la santé publique). Mais les données des CDC suggèrent que les femmes représentent la majorité de ces cas : 63%.

Cela correspond aux données des essais cliniques, qui indiquent que les vaccins contre le coronavirus sont légèrement moins efficaces chez les femmes. Le vaccin Covid-19 de Pfizer s'est avéré avoir un taux d'efficacité de 96,4 % chez les hommes, mais de 93,7 % chez les femmes. Son taux d'efficacité de 95 %, largement cité, est une moyenne de ces deux résultats.

Le vaccin Moderna, quant à lui, présente un taux d'efficacité de 95,4 % chez les hommes, mais de 93,1 % chez les femmes. Et le vaccin de Johnson & Johnson a réduit le risque de Covid-19 de modéré à sévère de 68,8% chez les hommes, mais de 63,4% chez les femmes.

Les vaccins seraient moins efficaces contre les variants du coronavirus chez les femmes que chez les hommes

"L'ensemble de ces résultats laisse un peu perplexe", a déclaré à Insider Sabra Klein, codirectrice de l'hôpital américain Johns Hopkins Center for Women's Health, Sex, and Gender Research. Normalement, les femmes présentent des réponses immunitaires plus fortes aux vaccins que les hommes, ce qui entraîne souvent une meilleure protection. Les scientifiques soupçonnent que des niveaux plus élevés d'œstrogènes jouent un rôle à cet égard, puisqu'ils stimulent le système immunitaire.

Sabra Klein a une théorie sur la raison pour laquelle le même schéma ne s'applique pas aux vaccins contre le coronavirus : il est possible que les vaccins soient moins efficaces contre les variants du coronavirus chez les femmes que chez les hommes. Cinq "variants préoccupants" sont à l'origine de la majorité des infections malgré une vaccination aux États-Unis.

Les vaccins entraînent l'organisme à reconnaître le coronavirus originel identifié à Wuhan, de sorte qu'ils pourraient n'être efficaces que contre cette souche chez les femmes.

"La base même de la vaccination est de disposer de cellules mémoire de sorte que, si vous êtes infecté par le virus, si cela est possible, vous serez asymptomatique et non symptomatique, car votre système immunitaire a déjà été entraîné", rappelle Sabra Klein. "Il se pourrait donc qu'une partie de cette formation et la spécificité de cette formation soient plus importantes chez les femmes que chez les hommes".

Il existe, bien sûr, d'autres explications possibles. Plus de femmes que d'hommes ont été vaccinées jusqu'à présent, et les femmes pourraient être plus enclines à demander des tests Covid-19 ou à signaler leur maladie si elles présentent des symptômes après avoir été vaccinées. Les femmes représentent également la majorité du personnel de santé, qui fait régulièrement l'objet d'un dépistage des infections à coronavirus sur son lieu de travail. Il est donc possible que les vaccins ne soient finalement pas moins efficaces chez les femmes.

Mais il est difficile de répondre à cette question, selon Sabra Klein, sans disposer de plus de données sur la façon dont chaque sexe réagit aux vaccins.

"Les différences biologiques entre les hommes et les femmes et la manière dont elles pourraient se manifester en réponse à ces vaccins n'ont pas fait l'objet d'une attention suffisante", a-t-elle déclaré. "Je ne pense absolument pas qu'il faille exclure ce genre de choses — et c'est souvent ce qui se passe car il est plus facile de penser qu'il s'agit d'un biais de déclaration que de quelque chose de réel."

À lire aussi — Voici les effets secondaires les plus fréquents pour chaque vaccin contre le Covid-19

L'âge pourrait également influencer l'efficacité du vaccin chez les femmes

Lisa Taylor reçoit un vaccin COVID-19 à Hollywood, en Floride, le 7 août 2020.  Joe Raedle/Getty Images

Peu d'études ont examiné l'efficacité réelle des vaccins contre le Covid-19 chez les hommes par rapport aux femmes de manière très détaillée, de sorte que les scientifiques hésitent à dire si les femmes sont plus susceptibles de développer des infections malgré une vaccination.

"Si le pourcentage global d'infections déclarées était plus élevé chez les femmes, nous ne connaissons pas les chiffres par sexe concernant la gravité de ces infections", a déclaré à Insider Vaishali Moulton, professeur adjoint de médecine au Beth Israel Deaconess Medical Center, un hôpital à Boston, dans le Massachusetts.

Les chercheurs ne savent pas non plus si l'efficacité du vaccin est particulièrement faible pour les femmes d'une certaine tranche d'âge.

En moyenne, les personnes qui ont connu des infections malgré une vaccination ont entre 40 et 74 ans, selon le rapport des CDC. La plupart des femmes sont ménopausées entre 40 et 60 ans, ce qui pourrait expliquer en partie pourquoi l'efficacité du vaccin est plus faible dans ce groupe.

"Nous savons qu'une partie de l'immunité féminine diminue définitivement après la ménopause et qu'elle est associée à une réduction des œstrogènes", explique Sabra Klein.

Étant donné qu'aucun vaccin à ARNm n'avait été autorisé avant l'année dernière, les scientifiques se demandent également s'ils ne pourrait pas stimuler des réponses immunitaires différentes chez les deux sexes.

Une nouvelle étude suggère que les hommes et les femmes pourraient répondre différemment aux molécules lipidiques que les vaccins à ARNm utilisent pour transmettre des messages codés au système immunitaire.

Selon Sabra Klein, il est important d'explorer rapidement ces différences entre les sexes, car un plus grand nombre de ces infections malgré une vaccination pourrait permettre à la pandémie de se prolonger : "Si nous n'avons pas une bonne efficacité de ce vaccin chez tous les individus, deux choses vont se produire", avertit-elle. "Vous allez avoir ces cas de percée et nous ne serons pas en mesure de vraiment arrêter la propagation autant que nous l'espérons. Vous allez également commencer à perdre la confiance du public."

À lire aussi — Le vaccin chinois CoronaVac réduirait davantage la mortalité que le Pfizer, selon une étude

Les essais de vaccins ont toujours été axés sur les hommes

Une femme enceinte reçoit un vaccin.  bogdankosanovic/Getty Images

Les essais de vaccins se concentrent depuis longtemps sur les participants masculins. Les essais américains n'étaient pas légalement tenus de recruter des femmes avant 1993, l'année où le Congrès a adopté une nouvelle loi sur les instituts nationaux de la santé (National Institutes of Health Revitalization Act).

Auparavant, les femmes étaient souvent exclues de la recherche médicale parce que les médecins et les scientifiques craignaient que les médicaments expérimentaux ne présentent un risque pour la santé des bébés si une femme tombait enceinte pendant une étude. Les chercheurs craignaient également que les fluctuations des niveaux d'hormones des femmes ne compliquent les résultats des essais. En 1997, la Food and Drug Administration (l'agence américaine du médicament, ndlt) a même recommandé d'exclure les femmes en âge de procréer — ainsi que les femmes célibataires, utilisant des moyens de contraception ou dont le mari avait subi une vasectomie — des premiers essais de médicaments.

En général, les essais cliniques d'aujourd'hui préfèrent souvent recruter des femmes prenant des moyens de contraception en raison de préoccupations similaires concernant la grossesse, révèle Sabra Klein. De nombreux essais précoces de vaccins utilisent aussi par défaut des souris exclusivement mâles pour éviter de devoir tenir compte des différences hormonales entre les sexes. Mais même lorsque des femmes sont incluses dans les essais, il n'y a aucune obligation d'analyser les résultats séparément pour les hommes et les femmes.

Cela signifie souvent que les femmes ne reçoivent pas la dose idéale de vaccin : elles n'ont besoin que de la moitié de la dose standard du vaccin contre la grippe saisonnière, par exemple, pour générer la même quantité d'immunité protectrice que les hommes. En conséquence, les femmes sont plus sujettes aux effets indésirables des médicaments ou des vaccins. Un rapport publié l'année dernière a révélé que les femmes subissent des effets indésirables des médicaments près de deux fois plus souvent que les hommes.

Certains de ces problèmes pourraient se poser actuellement avec les vaccins contre le coronavirus.

Les premiers essais de ces vaccins ont porté sur des animaux de sexe féminin, et les essais sur l'homme ont comporté une proportion relativement égale d'hommes et de femmes. Cependant, les essais ne comportaient pas de données distinctes pour les deux sexes en ce qui concerne les effets secondaires, et les femmes enceintes étaient exclues.

"Que l'on parle de différences entre les hommes et les femmes, ou que l'on parle de la grossesse, une grande partie de tout cela aurait pu commencer dans des études précliniques afin de simplement tester certaines de ces choses", regrette Sabra Klein. "Trop souvent, le dogme est que le sexe biologique n'est pas important dans ce contexte."

Les données de la vie réelle ont également révélé que les femmes ont tendance à avoir des effets secondaires plus graves que les hommes après leur vaccination contre le coronavirus. Un rapport publié en février a révélé qu'environ 79 % des cas d'effets secondaires des vaccins signalés aux CDC provenaient de femmes, bien que 61 % seulement des doses aient été administrées à des femmes dans l'ensemble.

Les femmes représentent également la majorité des personnes qui subissent des effets indésirables des vaccins contre le coronavirus, notamment de rares caillots sanguins et l'anaphylaxie (une réaction allergique grave).

Néanmoins, les biologistes comme Sabra Klein espèrent que les chercheurs en vaccins commenceront à étudier les sujets féminins de plus près dans un avenir proche. "S'il y a un aspect positif de la pandémie pour les personnes qui, comme moi, travaillent dans le domaine plus large de la santé des femmes, c'est qu'elle fait enfin apparaître très clairement que la santé des femmes va au-delà de leur appareil reproducteur et que nous devrions vraiment être étudiées et comparées aux hommes", conclut-elle.

À lire aussi — Sanofi lance les essais à grande échelle pour son vaccin contre le Covid-19

Version originale : Aria Bendix/Insider

Découvrir plus d'articles sur :