Publicité

Les vaccins sont cruciaux pour enrayer la pandémie, confirment les premières données publiées

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les vaccins sont cruciaux pour enrayer la pandémie, confirment les premières données publiées
Une soignante de première ligne reçoit une injection du vaccin Moderna contre le Covid-19. © William Campbell/Getty Images
Publicité

Bien que la situation sur le front sanitaire reste fragile, les bonnes nouvelles concernant les vaccins continuent d'affluer. Les scientifiques qui suivent les performances des vaccins de Moderna, Pfizer et AstraZeneca constatent qu'ils fonctionnent bien pour protéger les populations contre le coronavirus et sont à la hauteur des résultats obtenus lors de phases d'essais sur l'homme. Et, même si les vaccins ont été administrés à des millions de personnes, aucun problème de sécurité inattendu n'est apparu.

C'est une bonne chose, car les médicaments peuvent fonctionner différemment après commercialisation que dans les expériences. Les essais cliniques se contentent d'estimer l'efficacité d'un médicament — mais c'est le monde réel qui compte. Des recherches récentes ont montré que les vaccins profitent à un grand nombre de personnes, en particulier celles qui sont exposées à un risque de contracter des formes graves de la maladie.

À lire aussi — Voici les activités sans danger pour les personnes vaccinées, selon des experts

Même avec ces bonnes nouvelles, il pourrait falloir des années pour que les vaccins soient inoculés à une partie suffisante de la population mondiale afin d'enrayer la pandémie. Environ 265 millions de doses de vaccins ont été administrées dans le monde à ce jour, selon Bloomberg. Au rythme actuel, il faudra une demi-décennie pour que 75 % de la population mondiale soit vaccinée, selon le média américain. En outre, certains vaccins pourraient s'avérer moins efficaces contre les variants du virus qui circulent actuellement dans des pays comme le Brésil et l'Afrique du Sud.

Les données s'accumulent en faveur d'une bonne efficacité des vaccins

Cependant, à mesure que la population vaccinée croît, de nouvelles données arrivent de pays tels que les États-Unis, le Royaume-Uni et Israël, confirmant ce que les virologistes et les experts de santé publique espéraient : ces vaccins fonctionnent.

Voici les principales conclusions des scientifiques qui analysent le déploiement mondial :

  • Deux doses du vaccin de Pfizer sont efficaces à 94% pour prévenir les cas symptomatiques et à 92% pour prévenir les infections en général, selon les données israéliennes.
  • Une seule dose de vaccin de Pfizer ou AstraZeneca a permis de réduire les hospitalisations respectivement de 85% et 94% selon des données écossaises.
  • Les réactions allergiques aux vaccins de Pfizer et de Moderna sont extraordinairement rares aux États-Unis, avec environ 4,5 réactions par million de doses — soit 0,00045%.
  • Les personnes vaccinées qui ont par la suite été infectées avaient une charge virale plus faible, ce qui suggère un risque moindre de maladie grave ou de propagation du virus à d'autres personnes, comme l'ont constaté des scientifiques en Israël.

Certaines de ces données doivent encore être officiellement examinées par des experts indépendants. Compte tenu de l'urgence de la pandémie, les résultats sont souvent partagés d'abord sous forme de prépublications ou de projets d'articles qui n'ont pas encore été publiés dans une revue scientifique.

Mais le constat est clair : ces vaccins fonctionnent bien. Les scientifiques n'ont identifié aucun effet secondaire surprenant ni aucun problème de sécurité. En général, les personnes vaccinées ressentent les effets secondaires attendus, tels que des maux de tête et de la fatigue, qui durent un jour ou deux après la vaccination, puis se rétablissent.

Une fiole du vaccin Pfizer-BioNTech. CHRIS JACKSON/POOL/AFP via Getty Images

La protection est large et les vaccins semblent empêcher la propagation de Covid-19

La protection est remarquablement large. Les injections semblent réduire considérablement les risques de contracter le coronavirus et sont particulièrement efficaces pour prévenir les hospitalisations et les décès. Pour le petit groupe de personnes vaccinées qui tombent malades, ces maladies sont généralement moins graves. Et les vaccins sont susceptibles de réduire la transmission et la contagiosité du virus.

Rétrospectivement, cela peut sembler évident, voire inévitable. Mais la plupart des vaccins expérimentaux ne se révèlent pas aussi bons. En septembre dernier, avant l'annonce des résultats d'une étude en phase avancée, les experts en vaccins déclaraient à Insider qu'ils espéraient de manière réaliste disposer d'un vaccin contre le coronavirus efficace à 70 ou 80 %. La Food and Drug Administration — qui régule les produits alimentaires et les médicaments — était prête à donner son feu vert à tout vaccin qui présenterait une efficacité d'au moins 50 %. Les vaccins de Pfizer et de Moderna ont montré une efficacité d'environ 95 % lors des essais, et les données en utilisation réelle montrent que ces avantages se maintiennent.

De plus, les résultats suggèrent que les vaccins aident à prévenir toute une série de problèmes liés au Covid-19 : infections asymptomatiques, maladies symptomatiques, maladies graves, hospitalisations, utilisation de respirateurs artificiels, etc.

La bataille est encore loin d'être gagnée

Lorsque les résultats des premiers essais sur l'être humain sont tombés, les spécialistes ignoraient si les vaccins allaient prévenir toutes les infections, laissant ouverte la possibilité que les personnes immunisées puissent involontairement propager le virus en tant que porteurs asymptomatiques. De nouvelles données suggèrent que les vaccins auront un effet significatif sur la réduction de la propagation, ce qui signifie que la vaccination ne vous protège pas seulement vous, mais aussi votre entourage.

Il est certain que la guerre contre le coronavirus est loin d'être terminée. Certains variants du virus ont subi des mutations qui pourraient diminuer la protection offerte par la vaccination. Et les chercheurs ne savent toujours pas combien de temps la protection des vaccins durera. Il se peut que nous devions faire des rappels de routine.

Il peut être facile de se perdre dans le flot de nouvelles concernant les vaccins, d'autant plus que les messages d'optimisme sont relativisés par les craintes que les variants en diminuent l'impact. Bien qu'il reste encore beaucoup à faire, les premiers mois de la mise en place du vaccin permettent de transmettre un message simple au public : ces vaccins sont extraordinairement sûrs et efficaces.

Version originale : Andrew Dunn/Insider

À lire aussi — Le vaccin d'AstraZeneca dénigré au profit de celui de Pfizer, en France et ailleurs en Europe

Découvrir plus d'articles sur :