Publicité

L'espace en 2021 : les grandes missions vers Mars, éclipses, vols d'astronautes et lancements de fusées à surveiller cette année

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

L'espace en 2021 : les grandes missions vers Mars, éclipses, vols d'astronautes et lancements de fusées à surveiller cette année
L'année 2021 verra une série passionnante d'atterrissages sur Mars, de lancements de fusées, de vols d'astronautes, et bien d'autres choses encore. © NASA ; JPL-Caltech ; Boeing ; SpaceX
Publicité

Le vol spatial humain a changé à jamais en mai, lorsque la fusée Falcon 9 de SpaceX a transporté les astronautes de la NASA Bob Behnken et Doug Hurley vers la Station spatiale internationale. C'était la première fois qu'une entreprise, plutôt qu'une agence gouvernementale, lançait des gens dans l'espace. "C'est la prochaine ère dans le domaine des vols spatiaux habités, où la NASA devient le client", déclarait Jim Bridenstine, administrateur de la NASA, en août, avant l'atterrissage des astronautes dans le Golfe du Mexique...

Les agences spatiales, elles aussi, ont atteint de nouveaux sommets en 2020 : la NASA a prélevé son premier échantillon de la surface d'un astéroïde. Le Japon a récupéré des échantillons de roche qu'un vaisseau spatial avait recueillis sur un autre astéroïde. La Chine a fait atterrir sur la lune un vaisseau spatial pour y prélever de la poussière.

En 2021, l'exploration spatiale devrait encore s'intensifier. SpaceX et Boeing prévoient de faire voler de nouveaux équipages d'astronautes, des rovers et des orbiteurs sont en route pour Mars et la NASA se prépare à frapper un astéroïde pour modifier sa trajectoire. Il ne se passera guère de semaines sans un lancement, une pluie de météorites ou de nouvelles découvertes d'une sonde, quelque part dans le système solaire.

Mois après mois, voici ce qu'il faudra suivre dans l'espace en 2021, en 33 dates :

Mi-janvier : le premier lancement orbital de LauncherOne

L'avion Cosmic Girl de Virgin Orbit lâche une fusée LauncherOne lors d'une mission d'essai le 25 mai 2020. La fusée n'a pas réussi à atteindre son orbite. Virgin Orbit via YouTube

Virgin Orbit, fondée par Richard Branson, visa à faire voler de petits satellites dans l'espace à l'aide d'un Boeing 747 modifié appelé "Cosmic Girl". Mais lors du premier lancement d'essai orbital de la société aérospatiale en mai, une brèche dans une conduite de carburant a provoqué l'arrêt prématuré du moteur de la fusée.

Un nouveau vol d'essai devrait avoir lieu à la mi-janvier, selon la société. Deux douzaines de petits satellites destinés à la NASA, à des universités et à d'autres institutions seront mis en orbite dans le cadre de la mission baptisée ELaNa-20.

Virgin Orbit a dépensé environ un milliard de dollars (0,8 milliard d'euros) pour essayer de se mettre en orbite jusqu'à présent, a déclaré Richard Branson.

A lire aussi — Virgin Galactic va dévoiler la cabine de sa fusée qui emmènera les gens aux confins de l'espace

Début 2021 : l'Inde lance son rover Chandrayaan-3 vers la Lune

Le président de l'ISRO, Kailasavadivoo Sivan, expose une maquette de l'orbiteur et du rover Chanrayaan-2 le 20 août 2019.  AP Photo/Aijaz Rahi

L'Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO) prévoit de tenter à nouveau un alunissage en 2021. Lors de sa première mission, en septembre 2019, l'alunisseur Chandrayaan-2 a perdu ses communications lors de sa descente et s'est écrasé sur la surface lunaire.

Mais l'orbiteur de cette mission tourne toujours autour de la lune et semble être en bonne santé. Si tout se passe comme prévu, l'alunisseur Chandrayaan-3 atteindra le pôle sud lunaire, communiquera avec l'orbiteur et reprendra là où Chandrayaan-2 s'est arrêté.

Début 2021 : Rocket Lab lance sa première mission depuis les États-Unis

Le lanceur d'électrons en fibre de carbone de Rocket Lab décolle de Nouvelle-Zélande.  Trevor Mahlmann/Rocket Lab

Rocket Lab, fondé par son PDG Peter Beck en 2006, a effectué plus d'une douzaine de missions depuis la Nouvelle-Zélande en utilisant des fusées de 18 mètres de haut. La société a même appris de SpaceX et récupère ses lanceurs — la partie la plus encombrante et la plus coûteuse d'une fusée.

A lire aussi — Rocket Lab réussit à récupérer son lanceur Electron, mais d'une manière différente de SpaceX

Afin d'obtenir une part des missions spatiales lucratives des États-Unis, Rocket Lab se prépare à ouvrir son premier site de lancement basé aux États-Unis, au Wallops Flight Facility de la NASA, en Virginie. La société a construit des infrastructures pour soutenir une douzaine de lancements par an, ainsi que la capacité de récupérer ses lanceurs pour les réutiliser, a déclaré Peter Beck.

Février : l'orbiteur Hope des EAU atteint Mars

Sarah Amiri, cheffe de projet adjointe de l'orbiteur Hope des Émirats arabes unis, parle de la mission lors d'une cérémonie à Dubaï, EAU, le 6 mai 2015.  Kamran Jebreili/AP Photo

La première mission du monde arabe vers Mars est destinée à dresser une carte globale du climat de la planète sur une année martienne. Ce serait la première image de l'atmosphère martienne de l'humanité. L'engin spatial, de la taille d'un SUV, arrivera près de la planète rouge en février, puis devrait tourner sur une orbite de forme ovale.

"Nous serons en mesure de couvrir l'ensemble de Mars, à toute heure du jour, pendant toute une année martienne", a déclaré à Nature Sarah Al Amiri, responsable scientifique de la mission.

L'orbiteur a été lancé en juillet 2020, pour un voyage relativement court vers Mars, qui passe près de la Terre. Hope est l'une des trois missions martiennes à profiter de cette fenêtre, et elles arriveront toutes en février.

Février : la mission chinoise Tianwen-1 arrive sur Mars

Une illustration du rover chinois quittant un atterrisseur pour explorer la surface martienne.  Administration d'État chinoise des sciences/Xinhua

En cas de succès, Tianwen-1 sera la première mission sur Mars à larguer une plateforme d'atterrissage, à déployer un rover et à envoyer un vaisseau spatial sur l'orbite de la planète en une seule fois. Le rover est équipé d'un système de radar qui peut détecter des poches d'eau souterraines. Il vise à détecter les anciens réservoirs qui pourraient abriter la vie. Il aidera également la Chine à se préparer à une mission visant à rapporter un échantillon de Mars sur Terre.

A lire aussi — Un vaisseau chinois a ramené sur terre des pierres lunaires pour la première fois depuis 1976

Pour sa première tentative d'atterrissage sur une autre planète, la Chine a choisi un site à Utopia Planitia, un vaste champ de roches volcaniques, selon The Planetary Society.

18 février : le rover Perseverance de la NASA se pose sur Mars

Une illustration du rover Perseverance de la NASA et de sa foreuse.  NASA/JPL-Caltech

Le tout dernier robot à propulsion nucléaire de la NASA est en route pour Mars, où il est prêt à scanner et à forer le sol martien à la recherche de signes de vie extraterrestre. Le rover, appelé Perseverance, est programmé pour emmagasiner des échantillons afin qu'une future mission puisse les ramener sur Terre.

"C'est la première fois dans l'histoire que la NASA consacre une mission à ce que nous appelons l'astrobiologie : la recherche de la vie — actuelle ou ancienne — sur un autre monde", a déclaré Jim Bridenstine, administrateur de la NASA, avant le lancement du rover.

Un rendu animé d'Ingenuity, un drone stocké dans le ventre du rover de la NASA, sur Mars. NASA/JPL-Caltech

Perseverance est également de mise pour sortir le premier drone interplanétaire de son ventre et tester les technologies dont les humains auraient besoin pour survivre sur la planète rouge.

A lire aussi — Le prochain rover martien de la NASA s'appellera 'Perseverance', un nom proposé par un collégien américain

20 février : la sonde solaire Parker survole Vénus

Une illustration d'artiste de la sonde solaire Parker qui s'approche du soleil.  NASA

La NASA a lancé sa première mission vers le soleil, la sonde solaire Parker, en août 2018. La sonde s'est approchée de notre étoile à six reprises, s'approchant plus près que tout autre vaisseau spatial avant elle et voyageant plus vite que tout autre objet fabriqué par l'homme. Elle a retracé la source du vent solaire de particules chargées et a découvert des rafales de ce vent solaire inédites qui courbent le champ magnétique du soleil.

A lire aussi — La sonde Parker Solar de la NASA a observé la traînée de poussière d’astéroïde des Géminides pour la première fois

Le vaisseau spatial fera le tour de Vénus pour la quatrième fois en février, puis reviendra pour faire deux fois le tour du soleil. Parker devrait repasser devant Vénus le 16 octobre.

Mars : OSIRIS-REx entame son voyage de retour de deux ans

La caméra du vaisseau spatial OSIRIS-REx a capturé sa descente vers l'astéroïde Bennu lors d'une répétition de collecte d'échantillons le 11 août 2020. NASA/Goddard/Université de l'Arizona

Le vaisseau spatial Osiris-Rex, qui a couté un milliard de dollars (0,8 milliard d'euros), a atterri avec succès sur l'astéroïde Bennu en octobre, où il a ramassé près d'un kilo de roches et de poussière extraterrestres. Son voyage de retour prendra plus de deux ans ; sa capsule de stockage d'échantillons devrait atterrir dans l'Utah en septembre 2023.

A lire aussi — L'astéroïde sur lequel la NASA vient d'atterrir serait creux, avec un grand 'vide' en son centre

29 mars : Boeing tente à nouveau de faire voler son vaisseau spatial Starliner vers l'ISS

Une illustration du vaisseau spatial CST-100 Starliner de Boeing en orbite autour de la Terre.  Boeing

Boeing a conçu son vaisseau spatial CST-100 Starliner pour transporter des astronautes vers l'ISS, mais il n'a pas encore été lancé avec un équipage.

Lors du premier vol d'essai de la capsule spatiale effectué par la société en décembre 2019, une erreur logicielle a fait que le Starliner a lancé une phase de la mission qu'il n'avait pas encore atteinte. Le vaisseau spatial a consommé 25 % de son carburant avant que Boeing ne corrige l'erreur. Il a donc dû renoncer à s'amarrer à la station spatiale — le but premier de la mission.

A lire aussi — Boeing va effectuer un second vol test non-habité avec la Starliner après un premier au bilan mitigé

Le Starliner devrait réessayer en mars, car la NASA souhaite toujours voir la capsule faire le voyage toute seule avant de transporter des personnes.

Aux côtés de SpaceX, Boeing est sélectionné par la Nasa pour restaurer la capacité des États-Unis à accueillir des vols habités dans l'espace. La NASA a consacré 8 milliards de dollars à cette initiative, qui a débuté il y a 10 ans.

30 mars : SpaceX lance sa mission d'astronaute Crew-2 pour la NASA

Les astronautes de SpaceX Crew-2 sont Akihiko Hoshide (JAXA), Megan McArthur (NASA), Shane Kimbrough (NASA) et Thomas Pesquet (ESA).  JAXA ; NASA ; ESA ; Insider

La mission Crew-1 de SpaceX, en cours de réalisation, a amené quatre astronautes à la Station spatiale internationale en novembre — le premier vol opérationnel avec équipage de la société et la plus longue mission avec équipage jamais lancée depuis le sol américain.

Ce printemps, la mission Crew-2 les remplacera par quatre nouveaux membres d'équipage sur l'ISS. La date exacte du lancement n'a pas encore été annoncée publiquement, mais Spaceflight Now indique que le décollage est prévu pour le 30 mars. A bord du vaisseau Crew Dragon de SpaceX, se trouveront Megan McArthur et Shane Kimbrough de la NASA, Akihiko Hoshide de la JAXA et le Français Thomas Pesquet de l'ESA.

A lire aussi — Thomas Pesquet s'envolera en 2021 à bord de la Crew Dragon de SpaceX

18 avril : la NASA lance un mini-satellite pour suivre la Lune

Une illustration montre CAPSTONE en orbite autour de la Lune.  Rocket Lab

Cette mission est un précurseur de la station spatiale lunaire permanente, la "Porte lunaire", que la NASA espère construire. Appelé CAPSTONE, ce satellite de 30 centimètres de long tentera de suivre la lune dans son orbite autour de la Terre.

A lire aussi — Arianespace a perdu son satellite Taranis 8 minutes après son lancement seulement

Le minuscule satellite doit être lancé à bord d'une fusée de Rocket Lab, voyager pendant trois mois, puis suivre l'orbite de la lune pendant au moins six mois.

22 avril : la pluie de météorites des Lyrides

La pluie de météorites des Lyrides.  NASA/Screenshot

Les Lyrides pleuvent lorsque la Terre passe dans le sillage de la comète Thatcher. Elles culminent à environ 20 météores par heure et sont les plus visibles de l'hémisphère nord.

Le 26 mai : éclipse lunaire totale

La lune apparaît rouge-orange lors d'une éclipse lunaire totale le 27 octobre 2004.  NASA

Les éclipses lunaires totales se produisent lorsque la Terre passe entre le soleil et la Lune, projetant une ombre rouge-orange sur notre satellite lunaire. Le 26 mai, la Lune tombera dans l'ombre du soleil pendant environ 14 minutes. L'éclipse complète ne sera visible que dans l'est de l'Australie et dans les régions les plus occidentales de l'Alaska.

Juin ou plus tard : Boeing lance ses premiers astronautes de la NASA pour un vol d'essai

Une illustration du Starliner CST-100 de Boeing. Boeing

Si la répétition du vol d'essai sans équipage de Boeing se passe bien en mars, l'entreprise lancera alors une mission de démonstration avec un équipage humain : les astronautes de la NASA Barry "Butch" Wilmore, Mike Fincke et Nicole Mann. Le Starliner devrait les emmener à l'ISS, puis les ramener vers la Terre quelques mois plus tard.

A lire aussi — La France lance avec succès un deuxième satellite d'observation militaire

10 juin : éclipse solaire annulaire

Une éclipse annulaire.  NASA

Les éclipses annulaires se produisent lorsque la Lune se trouve au point le plus éloigné de la Terre dans son orbite et passe entre notre planète et le soleil. La Lune couvre partiellement le soleil, mais sa petite taille dans le ciel signifie que le bord extérieur du soleil reste visible sous la forme d'un anneau brillant.

22 juillet : la NASA lance un vaisseau spatial pour dévier des astéroïdes

Une illustration du vaisseau spatial DART qui allume son moteur ionique.  NASA/Johns Hopkins APL

Les astéroïdes dangereux représentent un risque pour la vie sur Terre, mais il est difficile de les suivre, et encore plus difficile de détourner la catastrophe s'il s'avère que l'un d'entre eux se dirige vers la Terre.

La mission DART (Double Asteroid Redirection Test) de la NASA va tester une méthode pour dévier des roches tueuses dans l'espace. Le vaisseau spatial devrait se rendre à proximité d'une paire d'astéroïdes appelée Didymos (qui ne présentent aucune menace pour la Terre) pour faire la démonstration de ce que la NASA appelle la technique de l'"impacteur cinétique".

A lire aussi — La NASA a choisi les 18 astronautes qui vont participer aux missions visant à retourner sur la Lune

Cela signifie simplement que la DART s'écrasera de front sur le plus petit astéroïde, qui fait environ 160 mètres de large, afin de le pousser dans une orbite plus proche autour du plus grand astéroïde. L'impact est prévu pour le 30 septembre 2022.

8 août : le Solar Orbiter de l'ESA survole Vénus

Une illustration d'artiste du Solar Orbiter lors d'un survol de Vénus.  ESA/ATG medialab

La NASA a lancé le Solar Orbiter de l'Agence spatiale européenne (ESA) en février. Cinq mois plus tard, la sonde a renvoyé les photos les plus proches jamais prises du soleil.

A lire aussi — Voici les toutes premières images des 'feux de camp' à la surface du soleil

Au cours de sa mission de sept ans, l'orbiteur devrait prendre les premières photos des pôles du soleil et capturer des images des plus grands trous dans son atmosphère. L'engin spatial est également conçu pour déterminer les origines de la météorologie spatiale et suivre les éruptions solaires en temps quasi réel.

Une image du Solar Orbiter révèle la haute atmosphère du soleil, la couronne. Solar Orbiter/EUI (ESA & NASA) ; CSL, IAS, MPS, PMOD/WRC, ROB, UCL/MSSL

Afin de voir les pôles du soleil, l'orbiteur doit passer devant Vénus et utiliser la gravité de la planète pour se mettre sur une orbite qui la place au-dessus du plan de notre système solaire. Il le fera encore trois fois au cours de sa mission.

12 août : pluie de météores des Perséides

Un météore des Perséides survole des bâtiments à Springfield, dans le Vermont (Etats-Unis), le 7 août 2010.  Ciel et télescope / Dennis di Cicco

La NASA qualifie la pluie de météores des Perséides de meilleure de l'année, grâce à ses nombreux et brillants météores qui sillonnent le ciel à la fin de l'été. Cette année, la pluie atteint son apogée vers le 12 août.

16 octobre : lancement de Lucy, la chasseuse d'astéroïdes troyens

La mission Lucy de la NASA explorera les Troyens, un groupe d'astéroïdes primitifs en orbite autour de Jupiter. Dans ce concept d'artiste (non à l'échelle), Lucy vole près des Eurybates. Southwest Research Institute

Devant et derrière Jupiter se trouvent deux mystérieux embouteillages d'astéroïdes troyens : des roches spatiales qui suivent les planètes dans leur orbite solaire. L'humanité sait peu de choses sur ceux de Jupiter, si ce n'est leur couleur (un rouge foncé, semblable à du vin) et le fait qu'ils sont presque aussi vieux que le soleil.

Le vaisseau spatial Lucy devrait passer 11 ans à se rendre près de six astéroïdes troyens de Jupiter, les visiter et les étudier, afin de comprendre l'histoire des débuts du système solaire.

A lire aussi — Le téléscope Hubble a immortalisé le déclin 'très étrange' d'une étoile et de sa nébuleuse

"Lucy, comme le fossile humain qui lui a donné son nom, va révolutionner la compréhension de nos origines", a déclaré Harold Levison, un scientifique du Southwest Research Institute, dans un communiqué de presse de la NASA.

21 octobre : pluie de météores des Orionides

Un météore de la pluie de météores des Orionides traverse le ciel près de Green River, dans l'Utah, le 23 octobre 2019.  George Frey/Reuters

Les Orionides proviennent de la poussière laissée par la comète de Halley. Ils doivent leur nom au fait que les étoiles filantes semblent provenir de la région du ciel entourant la constellation d'Orion.

Le 31 octobre : la NASA lance le télescope spatial James Webb

NASA/Chris Gunn Des ingénieurs et des techniciens travaillent sur le télescope spatial James Webb, le 14 octobre 2016.

Trente ans se sont écoulés depuis le lancement du télescope spatial Hubble, le satellite d'observation du cosmos très prisé de la NASA. Le télescope spatial James Webb (JWST) est destiné à le compléter et à le remplacer. Le JWST est doté d'une nouvelle technologie infrarouge qui permet de détecter la lumière au-delà de ce que l'œil humain peut voir. Cela lui permettra de scruter l'univers à la recherche de planètes abritant la vie et de découvrir éventuellement des indices sur les origines du trou noir au centre de notre galaxie.

A lire aussi — La NASA franchit une étape cruciale avec son très attendu télescope pour comprendre comment les premières étoiles sont nées

Un miroir en béryllium pliable de 6,4 mètres de large aidera le télescope à observer les objets lointains en détail. Un écran de cinq couches, de la taille d'un court de tennis, le protège de la chaleur du soleil et bloquera la lumière du soleil qui pourrait interférer avec les images.

Plus le JWST regarde loin dans l'espace, plus il regarde dans le passé. Son but est d'étudier chaque phase de l'histoire de l'univers. Il pourrait même détecter les premières lueurs du Big Bang.

Octobre : Tom Cruise pourrait être lancé vers la station spatiale internationale

Tom Cruise espère tourner une partie d'un film dans l'espace.  John Phillips/Getty Images Paramount Pictures

Axiom Space, une startup qui affrète les véhicules Crew Dragon de SpaceX (et construit une station spatiale privée), espère effectuer la première mission entièrement privée vers l'ISS à la fin de 2021. Cela ferait de l'ancien astronaute de la NASA Michael López-Alegría le premier commandant privé de l'espace.

A lire aussi — L'astronaute qui devrait emmener Tom Cruise sur l'ISS donne les qualités nécessaire pour devenir un touriste spatial

Les trois membres de l'équipage de López-Alegría sont tout sauf des inconnus. L'un d'eux est Eytan Stibbe, un pilote de chasse israélien, homme d'affaires millionnaire. Les autres sont probablement l'acteur Tom Cruise et le réalisateur Doug Liman, bien qu'Axiom n'ait pas encore fait d'annonce.

5 et 12 novembre : pluies de météores des Taurides du Sud et du Nord

La pluie de météorites des Taurides du Nord.  Scott Butner

La pluie de météorites des Taurides se présente sous deux formes différentes. Les Taurides du Sud sont des débris de la comète Encke. En raison de leur apparition fin octobre ou début novembre, on les appelle aussi "boules de feu d'Halloween".

L'origine des Taurides du Nord reste controversée. Certains scientifiques pensent qu'ils viennent également de la comète Encke mais qu'ils ont été séparés des Taurides du Sud par l'attraction gravitationnelle de Jupiter. D'autres pensent qu'il s'agit d'un flux de poussière laissé par un autre astéroïde.

17 novembre : pluie de météores des Léonides

Une météorite des Léonides traverse le ciel du désert à l'extérieur de Jéricho en Cisjordanie, le 18 novembre 1999.  REUTERS/Jim Hollander

Les Léonides apparaissent lorsque la Terre se précipite à travers le champ de roches et de débris métalliques laissé par la comète Tempel-Tuttle. Comme les métaux sont riches en fer et en magnésium, les Léonides laissent souvent des queues d'un vert vif.

19 novembre : éclipse lunaire partielle

Une photo d'une éclipse lunaire partielle, prise au Virtual Telescope Project 2.0, à Ceccano, en Italie, le 25 avril 2013.  Gianluca Masi/Virtual Telescope Project 2.0

Une éclipse lunaire partielle se produit lorsqu'une partie de la lune se déplace à travers l'ombre extérieure de la Terre, ou pénombre. L'éclipse sera visible depuis l'Amérique du Nord et du Sud, certaines parties de l'Europe et de l'Asie, et l'Australie.

Novembre : la NASA lance le premier vol d'essai d'Orion

Un GIF animé du vaisseau spatial Orion de la NASA volant vers la Terre. NASA

Il s'agira du premier grand essai du vaisseau spatial, dont la NASA espère qu'il transportera la première femme et le prochain homme sur la Lune d'ici 2024. Lors de cette mission, appelée Artemis I, un vaisseau Orion sans équipage sera en orbite autour de la Lune pendant trois jours puis retournera sur Terre.

14 décembre : pluie de météores des Géminides

La pluie de météorites des Géminides.  NASA

Contrairement à la plupart des pluies de météores, qui proviennent de la poussière d'une comète (une boule de glace et de roche), les Géminides proviennent d'une traînée de poussière que l'astéroïde Phaethon a laissée derrière lui il y a plusieurs milliers d'années. Cette traînée contient environ 1 million de tonnes de matière.

22 décembre : pluie de météorites des Ursides

La pluie de météores des Ursides.  Henry Lee

Les Ursides tirent leur nom du fait qu'ils semblent provenir de la constellation d'Ursa Minor. Ils culminent généralement autour du solstice d'hiver. Mais, en 2021, une Lune gibbeuse en déclin pourrait rendre les météores plus difficiles à voir.

Décembre ou plus tard : Boeing lance sa première mission opérationnelle avec des astronautes de la NASA pour l'ISS

Jeanette Epps le 30 septembre 2009.  Robert Markowitz/NASA

Si la mission de démonstration de Boeing avec équipage se déroule bien, la NASA devrait officiellement certifier son système de vol humain dans l'espace, ouvrant ainsi la voie à la première mission de rotation d'équipage de l'entreprise pour l'agence américaine : Starliner-1.

Trois astronautes de la NASA ont été affectés à l'ISS pour cette mission : le commandant Sunita Williams, le pilote Josh Cassada et la spécialiste de mission Jeanette Epps. Au total, la NASA a passé un contrat avec Boeing pour six vols aller-retour d'astronautes.

Fin 2021 : le Japon effectue un mini-alunissage

EQUULEUS mesurera la distribution du plasma qui entoure la Terre.  JAXA/Université de Tokyo

Ce minuscule alunisseur, pesant près de 14 kilos, devrait être lancé lors de la mission Artemis 1 de la NASA — l'un des deux mini-satellites, ou CubeSats, fabriqués par l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale et l'Université de Tokyo. La mission vise à tester les manœuvres et la technologie d'alunissage. S'il se pose sans se briser, l'alunisseur, appelé OMOTENASHI, recueillera des données sur la radioactivité lunaire.

A lire aussi — Une entreprise japonaise cherche à créer des satellites en bois qui brûleraient dans l'atmosphère sans polluer

Le second CubeSat, EQUULEUS, mesurera la distribution du plasma autour de la Terre afin d'aider les scientifiques à mieux comprendre les radiations dans la région de l'espace entourant notre planète.

Fin 2021 : SpaceX met sa fusée Starship en orbite

Lancement du prototype de la fusée de série n°8 de SpaceX, à Boca Chica, Texas, le 9 décembre 2020.  SpaceX

Le système de fusée Starship-Super Heavy de SpaceX mesure 122 mètres de haut, comporte deux étages, possède une structure en acier et est entièrement réutilisable. Il devrait être mis en orbite en 2021. La société spatiale d'Elon Musk fait déjà voler des prototypes de vaisseaux spatiaux Starship pour des "sauts" suborbitaux à Boca Chica, au Texas.

A lire aussi — Starship, la fusée géante de Space X, rate son premier essai en haute altitude

"Je suis convaincu à 80-90% que nous atteindrons l'orbite avec Starship l'année prochaine", a déclaré Elon Musk à Robert Zubrin, fondateur de la Mars Society, en octobre. Mais le PDG de SpaceX a ajouté qu'il n'évalue "qu'à 50%" les chances pour que SpaceX récupère le vaisseau spatial et le propulseur Super Heavy en un seul morceau.

"C'est une situation plus risquée. Nous allons probablement perdre quelques vaisseaux avant d'avoir vraiment le bon retour atmosphérique et le bon atterrissage", a-t-il déclaré.

Avant un lancement, SpaceX doit obtenir une licence de l'Administration fédérale de l'aviation américaine — et la FAA, à son tour, veut que la société réétudie d'abord son impact environnemental.

Fin 2021 : le plus gros drone du monde lance une fusée en orbite

Jay Skylus, PDG de la start-up de lancement autonome Aevum, devant un drone de lancement de fusée Ravn X. Aevum

Aevum, une startup de lancement de fusées basée en Alabama, construit un drone autonome, appelé Ravn X, pour transporter de petites charges utiles dans l'espace. Le véhicule mesure 24 mètres de long, a une envergure de 18 mètres et pèse environ 25 tonnes, ce qui en fait le plus grand véhicule aérien sans pilote (UAV) en termes de masse.

A lire aussi — Le plus gros drone au monde vient d'être dévoilé et pourrait bientôt mettre des satellites en orbite

L'US Air Force et l'US Space Force ont accordé à Aevum un contrat de lancement d'une valeur de 4,9 millions de dollars (4 millions d'euros). La startup a jusqu'à la fin 2021 pour mener à bien la mission, appelée Agile Small Launch Operational Normalizer 45. Jay Skylus, le fondateur et PDG d'Aevum, a précédemment déclaré à Business Insider US que "2021 est une date très raisonnable pour que nous puissions mettre nos charges utiles en orbite pour cette mission".

En 2021 : la Chine commence à construire sa propre station spatiale

Le président chinois Xi Jinping.  Noel Celis/Getty Images

La Chine prévoit de lancer le premier et principal module de sa station spatiale, Tianhe, au cours du premier semestre 2021. Le pays vise à l'achever d'ici 2023.

Version originale : Morgan McFall-Johnsen, Susie Neilson, and Dave Mosher/Business Insider

A lire aussi — SpaceX, Virgin Galactic... Voici ce que vous réserve le tourisme spatial dans les années à venir

Découvrir plus d'articles sur :