Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

L'Etat demande aux entreprises dont il est actionnaire de ne pas verser de dividendes

L'Etat demande aux entreprises dont il est actionnaire de ne pas verser de dividendes
© Joaquin Corbalan /EyeEm/Getty Images

La pandémie de Covid-19 remet beaucoup de choses en question. Et la rémunération des actionnaires ne sera pas épargnée. L'Etat va demander aux entreprises dont il est actionnaire de ne pas verser de dividende cette année "par solidarité" face à la crise sanitaire du coronavirus, a indiqué ce vendredi la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. "Dans les entreprises où l'Etat est actionnaire, on va demander de ne pas verser des dividendes (...), c'est la solidarité", a-t-elle déclaré sur Cnews, vendredi 27 mars 2020.

Elle a précisé "comprendre la démarche de la CFDT", qui avait appelé mercredi les grands groupes français à ne pas verser de dividendes cette année. Plusieurs grandes entreprises françaises ont déjà renoncé à verser un dividende ou, du moins, réduit le montant initialement prévu. Mercredi, le spécialiste des affichages publicitaires JCDecaux a annoncé renoncer à son dividende et le géant des médias Lagardère a diminué le sien.

Airbus renonce aux dividendes, les grandes banques pas encore

Auparavant, parmi les grands groupes français, l'avionneur Airbus et Tarkett, spécialiste des revêtements de sols, avaient déjà renoncé à verser un dividende. La société de restauration d'autoroute Autogrill, et Auchan Holdings dans la grande distribution, ont fait de même. Le motoriste aéronautique et spatial Safran a également annoncé jeudi soir annuler le versement de son dividende pour le compte de l'année 2019.

A contrario, l'opérateur de transports Transdev a indiqué qu'il verserait bien le sien, d'un montant de 23 millions d'euros au total, soit la moitié de son bénéfice 2019. Il a toutefois précisé que les actionnaires ne le percevraient qu'après la crise du coronavirus. Dans d'autres secteurs, la politique de distribution des bénéfices restent inchangée, pour le moment. C'est notamment le cas chez les banques, malgré la pression exercée par la Banque centrale européenne (BCE), qui appelle à modérer la rémunération des actionnaires, selon L'Agefi.

Un 'projet de loi' contre les dividendes

Un "projet de loi" serait sur les rails pour inciter les entreprises à ne pas verser de dividendes cette année, a précisé vendredi à l'AFP Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT. "Normalement il devrait y avoir un projet de loi incitatif pour les entreprises qui ont reçu de l'aide et qui ne pourront pas verser de dividendes", a-t-il déclaré à l'issue d'une réunion téléphonique avec l'Elysée, qui a réuni les partenaires sociaux, le Premier ministre et plusieurs ministres (Travail, Santé, Economie).

Les syndicats ont demandé "des mesures de coercitions plus fermes en matière de versement des dividendes", a souligné de son côté Yves Veyrier, le numéro un de Force ouvrière. "Le ministre de l'Economie et des Finances (Bruno Le Maire) a semblé entendre cela en nous annonçant qu'il allait prendre des dispositions plus fermes en la matière, en particulier empêcher une entreprise qui a bénéficié d'avance de trésorerie ou des aides qui sont mises en places en ce moment, de verser parallèlement des dividendes."

Les grands groupes du CAC 40 devaient distribuer un montant record de dividendes cette année, selon les calculs du spécialiste des données financières Factset, cité par Le Revenu. Ainsi, le versement de 54,3 milliards d'euros, soit une augmentation de 5,9% par rapport à 2019, était prévu. Mais avec la crise économique liée à la pandémie de Covid-19, la rémunération des actionnaires pourrait être fortement réduite.

À lire aussi — Aérien, automobile... Les secteurs qui sont frappés de plein fouet par le confinement

Découvrir plus d'articles sur :