L'Europe menace Facebook, Google et Twitter d'une amende s'ils ne modifient pas leurs règles d'utilisation

Sheryl Sandberg, COO de Facebook, à Station F, à Paris, le 17 janvier 2017. REUTERS/Philippe Wojazer

Facebook, Google et Twitter devront modifier d'ici un mois leurs conditions générales d'utilisation sous peine d'une amende, a déclaré vendredi un responsable de la Commission européenne (CE), confirmant une information rapportée jeudi par Reuters.

Les trois sociétés américaines ont fait l'objet d'un examen minutieux de l'exécutif européen concernant la manière dont elles gèrent leurs activités, les données personnelles des utilisateurs et la rapidité avec laquelle elles retirent ou non du contenu jugé calomnieux ou menaçant.

La Commission et les organismes européens de protection du consommateur "prendront des mesures pour s'assurer que les entreprises de médias sociaux respectent les règles vis-à-vis des consommateurs de l'UE", a déclaré le haut fonctionnaire.

L'Allemagne a annoncé cette semaine un nouveau projet de loi qui imposera aux réseaux sociaux de supprimer rapidement des contenus diffamatoires ou des menaces publiées en ligne au risque sinon de devoir s'acquitter d'amendes pouvant aller jusqu'à 50 millions d'euros.

Les responsables de Facebook, Twitter et Google ont proposé certains aménagements pour résoudre ces problèmes, indique-t-on de même source, sans donner de détails.

Les Européens estiment que les trois sociétés disposent d'un pouvoir excessif dans l'appréciation du caractère acceptable des contenus mis en ligne par les utilisateurs, selon le courrier consulté par Reuters.

Bruxelles souhaite également que les trois sociétés améliorent leurs services afin de lutter contre la fraude et contre les arnaques en ligne.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Facebook et Google se lancent dans la lutte contre les informations mensongères en France

VIDEO: Vous avez certainement déjà été victime de ghosting — voici comment se remettre d'une rupture sans explications