Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

L'exécutif autorise les poids lourds à rouler les jours fériés

L'exécutif autorise les poids lourds à rouler les jours fériés
Les poids lourds pourront rouler les jours fériés de mai à certaines conditions. De son côté, la CFDT continue à exiger plus de reconnaissance de la part du gouvernement. © Schwoaze/Pixabay

Le déconfinement va rendre leur liberté aux Français, éprouvés par près de deux mois de claustration. Pour l'Etat, c'est aussi la promesse d'une reprise de l'activité, alors que la pandémie a plongé l'économie du pays dans le marasme. Mais, avec trois jours fériés — le 1er, le 8 et le 21 — , le mois de mai n'est pas idéal pour une telle relance. Alors, pour entretenir ce nouvel élan que doit provoquer la fin du confinement, le gouvernement a pris trois arrêtés autorisant la circulation des poids lourds pendant les périodes de jours fériés. Pour trois cas bien précis : les produits alimentaires et le matériel nécessaire aux travaux publics, les déménagements, et les messageries et colis.

Les dates autorisées diffèrent néanmoins en fonction du chargement. Le premier arrêté autorise les poids lourds transportant "exclusivement des denrées et produits destinés à l’alimentation humaine et animale, à l’hygiène et à la santé", ou encore "des matériaux, produits, équipements, engins, outils dans le cadre de la réalisation d’ouvrages de travaux publics" à circuler les 7, 8, 20 et 21 mai. Le deuxième autorise les camions à circuler pour effectuer des déménagements les 20, 21, et 30 mai, et le 1er juin. Enfin, le troisième arrêté autorise le "transport de colis de messagerie", afin de "maintenir la chaîne d'approvisionnement de certains produits de protection sanitaire", comme les masques.

"Ça ne doit être que sur la base du volontariat", martèle Patrick Blaise, secrétaire général de la CFDT Transports, syndicat majoritaire, contacté par Business Insider France. Il rappelle les priorités du syndicat, à savoir "la reconnaissance du Covid-19 comme maladie professionnelle pour les routiers". Il attend en outre "un geste" du gouvernement pour que les entreprises puissent octroyer une prime aux chauffeurs-routiers. "La plupart des entreprises n'ont pas les moyens de verser une prime", explique-t-il. "C'est au gouvernement d'agir directement".

A lire aussi — Les chauffeurs routiers sont dehors et ils sont parfois traités 'comme des pestiférés'

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :