Publicité

L'explosion déclenchée en mer n'a pas causé l'effondrement d'un immeuble en Floride, selon l'US Navy

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


L'explosion déclenchée en mer n'a pas causé l'effondrement d'un immeuble en Floride, selon l'US Navy
Vue aérienne de l'effondrement d'un immeuble à Surfside, en Floride. © Joe Raedle/Getty Images
Publicité

Des interrogations ont été formulées pour savoir si un essai explosif de l'US Navy sur son nouveau porte-avions, à des centaines de kilomètres de là, aurait pu jouer un rôle dans l'effondrement mortel d'un appartement à Miami six jours plus tard. Le Pentagone et les experts ont affirmé que ce n'était pas le cas. Le 18 juin, la marine américaine a déclenché un explosif de plus de 18 tonnes dans l'Atlantique, à environ 170 kilomètres des côtes de Daytona Beach, en Floride, dans le cadre d'essais de choc du nouveau porte-avions USS Gerald R. Ford. L'explosion a atteint 3,9 sur l'échelle de Richter.

Six jours plus tard, le 24 juin, Champlain Towers South, un immeuble en copropriété de 12 étages situé à Surfside, dans la banlieue de Miami, à plus de 400 kilomètres du site de l'explosion provoquée par l'US Navy, s'est partiellement effondré. Au moins une douzaine de personnes sont mortes, et plus de 100 personnes sont toujours portées disparues.

À lire aussi — L'US Navy a déclenché des explosifs à côté de son nouveau porte-avions pour tester sa résistance

"Je n'ai rien vu qui puisse établir une corrélation entre l'essai de choc et le terrible événement survenu aujourd'hui dans le sud de la Floride", a déclaré jeudi 24 juin le porte-parole du Pentagone, John Kirby. "Il est certain que nos pensées et nos prières vont à toutes les personnes touchées par cet événement."

John Kirby a ajouté : "Nous savons que nous devons effectuer ce type de test pour l'ensemble de nos grands navires, comme les porte-avions, et que c'est une occasion importante d'évaluer l'intégrité structurelle de la coque et sa capacité à supporter une explosion de cette taille." Le porte-parole du Pentagone a également déclaré que le choix de l'emplacement tenait compte d'un grand nombre de facteurs, afin de s'assurer qu'il est aussi sûr que possible.

Le porte-avions USS Gerald R. Ford de l'US Navy a effectué le 18 juin le premier événement explosif prévu dans le cadre des essais de chocs sur l'ensemble du navire dans l'océan Atlantique. MCS Seaman Jackson Adkins/US Navy

Le porte-parole de l'US Navy, le capitaine Clay Doss, a répondu par courriel que "les essais de chocs complets (FSST) de l'USS Gerald R Ford (CVN 78) se sont déroulés à environ 160 [kilomètres] au large des côtes de Jacksonville, en Floride".

De nombreux paramètres pris en compte avant de procéder à l'explosion

"Rien n'indique que l'événement tragique de Miami soit lié à cet essai", a-t-il ajouté. "Pendant le FSST, l'US Navy prend en compte une grande variété de facteurs environnementaux et de sécurité pour protéger les personnes, les navires et la faune dans la zone environnante."

Paul Earle, sismologue au Centre national d'information sur les tremblements de terre de l'US Geological Survey, a expliqué au Miami Herald que la taille de l'explosion déclenchée par la Marine, la distance par rapport à l'effondrement de l'immeuble et le temps écoulé entre les deux incidents rendaient tout lien improbable.

"Nous ne voyons aucun mécanisme raisonnable permettant à l'explosion de la marine le 18 juin de déclencher l'effondrement de l'appartement de Miami Beach le 24 juin", a-t-il ajouté. "Il y a environ 300 tremblements de terre de taille similaire à l'explosion provoquée par l'US Navy dans la zone contiguë des États-Unis chaque année, et aucun d'entre eux n'a déclenché l'effondrement d'un bâtiment majeur", a déclaré Paul Earle, ajoutant que la Californie connaît régulièrement des tremblements de terre de magnitude 3,9.

Des bâtiments construits pour résister aux ouragans

Frederick Shaffer, ingénieur en bâtiment en Floride, a déclaré au média local WPTV qu'il était peu probable que le test de l'US Navy ait affecté le bâtiment de Surfside, où les bâtiments sont construits pour résister aux ouragans. "Un bâtiment conçu selon les normes du sud de la Floride devrait survivre à un tremblement de terre moyen en Californie", a-t-il précisé.

Un certain nombre de théories, allant de la défaillance des fondations aux dommages de construction, ont été avancées, mais pour l'instant, la cause de l'effondrement mortel de l'immeuble de Surfside reste inconnue. Et aucune cause unique ne peut être seule responsable de cette tragédie.

Atorod Azizinamini, directeur du département d'ingénierie civile et environnementale de l'université internationale de Floride, a indiqué au Miami Herald que les catastrophes comme celle-ci ont tendance à être le résultat "d'un mélange de plusieurs facteurs réunis en même temps".

Version originale : Ryan Pickrell/Insider

À lire aussi — Les 10 plus gros porte-avions du monde

Découvrir plus d'articles sur :