Publicité

L'extinction des dinosaures pourrait venir d'une comète et non d'un astéroïde, selon une étude

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

L'extinction des dinosaures pourrait venir d'une comète et non d'un astéroïde, selon une étude
Une illustration artistique du moment où l'astéroïde Chicxulub a frappé le territoire actuel du Mexique, il y a 66 millions d'années. © Chase Stone/Imperial College of London
Publicité

Il y a environ 66 millions d'années, une météorite de près de 10 kilomètres de large est entrée en collision avec la Terre, frappant une zone qui font maintenant partie du Mexique. L'impact, en plus d'avoir déclenché des incendies qui se sont étendus sur des centaines de kilomètres, a provoqué un tsunami de plusieurs kilomètres de haut et a libéré des milliards de tonnes de soufre dans l'atmosphère. Cette brume gazeuse a créé une couche opaque, refroidissant la Terre et condamnant les dinosaures, ainsi que 75 % de toute vie présente sur la planète.

Mais les origines de cette météorite tueuse de dinosaures, appelée Chicxulub, restent mystérieuses.

La plupart des théories suggèrent que Chicxulub était un astéroïde massif ; des centaines de milliers de ces roches se trouvent dans un anneau en forme de donut entre Mars et Jupiter. Mais dans une étude publiée lundi 15 février, deux astrophysiciens de Harvard ont suggéré une autre idée : que Chicxulub n'était pas du tout un astéroïde, mais un éclat d'une comète glacée qui avait été poussée trop près du soleil par la gravité de Jupiter.

À lire aussi — La sonde chinoise Tianwen-1 se place en orbite autour de Mars

Les astéroïdes et les comètes sont tous deux classés comme des roches spatiales par la NASA, mais ils diffèrent sur des points essentiels. Les comètes se forment à partir de glace et de poussière à l'extérieur de notre système solaire et sont généralement petites et se déplacent rapidement, tandis que les astéroïdes rocheux sont plus grands, plus lents et se forment plus près du soleil.

"Nous suggérons qu'en fait, si vous brisez un objet lorsqu'il se rapproche du soleil, il pourrait donner lieu à un certain taux d'événements et aussi au type d'impact qui a tué les dinosaures", a déclaré Avi Loeb, astrophysicien et cosmologiste de l'Université de Harvard et co-auteur de la nouvelle étude, dans un communiqué de presse.

Le système solaire agit comme un 'flipper' pour les comètes

Illustration d'artiste d'un astéroïde approchant la Terre. Vadim Sadovski/Shutterstock

La plupart des astéroïdes proviennent de la ceinture d'astéroïdes située entre les planètes intérieures et extérieures du système solaire. Mais les scientifiques de la NASA qui surveillent les objets spatiaux passant près de la Terre n'ont pas encore trouvé d'où vient Chicxulub.

Dans la nouvelle étude, publiée dans la revue Scientific Reports, Avi Loeb et son co-auteur, Amir Siraj, suggèrent que Chicxulub ne provient pas de la ceinture d'astéroïdes. Les chercheurs pensent qu'il est plus probable qu'il soit originaire de l'extérieur de notre système solaire, dans une zone appelée le nuage de Oort.

Pensez au nuage de Oort comme un anneau fait d'un trillion de morceaux de débris glacés, qui se trouve au-delà des limites du système solaire, l'entourant. Il est situé au moins 2 000 fois plus loin du soleil que la Terre. Les comètes qui prennent naissance dans le nuage de Oort sont connues sous le nom de comètes à longue période car il leur faut beaucoup de temps pour accomplir une orbite autour du soleil.

À lire aussi — Le premier moteur de fusée imprimé en 3D a été mis à feu en Inde

Mais ces comètes peuvent parfois être déviées de leur trajectoire par la gravité de planètes massives comme Jupiter. Une telle modification de l'orbite d'une comète pourrait l'envoyer sur une trajectoire beaucoup plus proche du soleil.

"Le système solaire agit comme une sorte de flipper", a déclaré Amir Siraj dans le communiqué.

Les comètes qui s'approchent du soleil sont appelées "rasantes". La nouvelle étude a calculé qu'environ 20% des comètes du nuage de Oort sont des "rasantes". Lorsqu'elles s'approchent de notre étoile, sa gravité commence à les séparer. Des fragments de comète s'envolent et peuvent se diriger vers les planètes voisines.

Selon les auteurs de l'étude, c'est "une explication satisfaisante de l'origine de l'impacteur" qui a tué les dinosaures.

Le débat astéroïde contre comète n'est pas fini

Une peinture représentant un astéroïde qui s'écrase dans les mers tropicales peu profondes de la péninsule du Yucatan, aujourd'hui au sud-est du Mexique. Les conséquences de cet accident auraient pu provoquer l'extinction des dinosaures. Donald Davis/Nasa

Amir Siraj et Avi Loeb ne sont pas les seuls scientifiques à penser qu'une comète, et non un astéroïde, a condamné les dinosaures. En 2013, un groupe de chercheurs du Dartmouth College a également suggéré qu'une comète à grande vitesse aurait pu créer le cratère de Chicxulub.

Chicxulub a frappé la Terre à une vitesse de 69 500 km/h, ce qui est environ 30 fois plus rapide que la vitesse d'un jet supersonique. Le cratère de 160 kilomètres de large qui en a résulté s'est étendu sur 19 kilomètres dans les profondeurs du Golfe du Mexique. Certains scientifiques ont estimé que la puissance de l'astéroïde était équivalente à 10 milliards de bombes atomiques utilisées pendant la Seconde Guerre mondiale.

À lire aussi — SpaceX compte envoyer ses premiers touristes dans l'espace fin 2021

Mais tous les chercheurs ne sont pas convaincus qu'une comète a causé cette destruction.

Natalia Artemieva, chercheuse au Planetary Science Institute en Arizona, a déclaré au New York Times que les fragments de comète provenant d'une rasante auraient été trop petits pour créer le cratère de Chicxulub. Et Bill Bottke, un planétologue du Southwest Research Institute dans le Colorado, a suggéré que l'étude surestime la fréquence des rasantes — et, par conséquent, la quantité de fragments que ces comètes produisent.

Les preuves existantes favorisent l'idée que Chicxulub était un astéroïde, "mais ce n'est pas concluant", selon Bill Bottke auprès du Times. "Il y a encore de la marge si quelqu'un veut vraiment que ce soit une comète. Je pense juste qu'il est très difficile de faire valoir ce point de vue."

Amir Siraj et Avi Loeb, cependant, ont déclaré que leur théorie est soutenue par un type de matériau trouvé au fond du cratère Chicxulub et d'autres cratères en Afrique du Sud et au Kazakhstan. Cette substance, la chondrite carbonée, pourrait provenir de comètes. Alors que seulement 10% des astéroïdes de la ceinture d'astéroïdes sont composés de chondrites carbonées, ce matériau "pourrait potentiellement être répandu dans les comètes", ont écrit les auteurs de l'étude.

Les seuls échantillons jamais collectés d'une comète dans l'espace ont été ramenés en 2006. Ils ont révélé que l'objet, appelé Wild 2, était composé de chondrite carbonée.

Illustration artistique représentant les noyaux glacés des petites comètes au-delà de Neptune, à la limite de notre système solaire.  ESO/M. Kornmesser

Trouver la bonne réponse dans le débat sur Chicxulub est utile car cela pourrait aider les chercheurs à déterminer la probabilité qu'un événement similaire se produise à l'avenir. Selon une étude, seules deux ou trois comètes du nuage de Oort ont frappé la Terre au cours des dernières 500 millions d'années. En revanche, selon la Planetary Society, un astéroïde de la taille de Chicxulub frappe la Terre tous les 100 millions d'années environ.

Amir Siraj et Avi Loeb ont modélisé le nombre de comètes à longue période qui s'approchent suffisamment du soleil pour rejeter de gros fragments en direction de la Terre. Leurs chiffres suggèrent que 10 fois plus d'objets de la taille de Chicxulub ont frappé la Terre au cours de son histoire que les scientifiques ne le pensaient auparavant.

Version originale : Aylin Woodward/Business Insider US

À lire aussi — L'univers pourrait abriter de nombreuses planètes faites de diamants

Découvrir plus d'articles sur :