une-ok

Masta Killa (Wu-Tang Clan) au Zénith de Paris, le 26 mai 2013 © Flickr/CC/coupdoreille

Martin Shkreli aime tweeter plus vite que son ombre. Surnommé "l'homme le plus détesté d'internet" pour avoir fait grimper en flèche le prix de médicaments contre le sida, il a aussi fait parler de lui pendant la campagne électorale américaine.

Le 27 octobre 2016, alors que Hillary Clinton était donnée favorite des sondages en vue de l'élection présidentielle des Etats-Unis, Marti Shkreli a tweeté que si Donald Trump était élu, il diffuserait gratuitement l'intégralité de sa collection de musique inédite, dont "des inédits de Nirvana, des Beatles et, bien sûr, l'album de Wu-Tang."

En 2015, l'entrepreneur avait acheté l'unique copie du nouvel album du groupe pour 2 millions de dollars, puis refusé de le diffuser au grand public.

Confronté par ses abonnés depuis la victoire de Donald Trump, Martin Shkreli a été obligé de s'exécuter. Mais il ne l'a fait que très partiellement. 

Le 9 novembre au matin, il a diffusé une vidéo Periscope intitulée "Wu Tang", qui a depuis été supprimée. Il se filme en direct en train d'écouter les premiers morceaux de l'album du Wu-Tang Clan.

Le Periscope a entretemps été supprimé, mais des internautes ont enregistré les extraits et les ont mis en ligne sur YouTube, comme l'a repéré GQ.  On y entend trois titres inédits du groupe.

Depuis, Shkreli n'a plus rien mis en ligne. Dans la foulée, il a expliqué qu'il diffuserait le reste de l'album s'il ne lui était "plus interdit" d'utiliser Twitch, YouTube et OkCupid, où ses comptes ont apparemment été bloqués.

Comme le relève Pitchfork, l'homme a surtout été pris de court par la victoire de Donald Trump, et admet devoir "renégocier avec Wu-Tang" les termes de leur contrat pour avoir le droit de "diffuser plus largement" l'album.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 'L'homme le plus détesté d'internet' veut récupérer 4chan — ces 4 caprices ont fait sa réputation

VIDEO: Voici comment le public a réagi lors de la présentation du premier iPhone par Steve Jobs