Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

L'IA permet de reproduire en 4K 'L'arrivée d'un train en gare de la Ciotat' des frères Lumière

L'IA permet de reproduire en 4K 'L'arrivée d'un train en gare de la Ciotat' des frères Lumière
© Youtube/ Denis Shiryaev

En 1895, le film "L'arrivée d'un train en gare de la Ciotat" des frères Lumière, d'une durée de 50 secondes, suscitait l'émoi des spectateurs et consacrait les premiers pas du cinéma. À l'aide du logiciel Gigapixels AI, qui utilise des réseaux de neurones artificiels, Denis Shiryaev a pu "upscaler" ces images en 4K et 60 images par seconde, rapporte The New Web. Autrement dit, ce YouTubeur est parvenu à les adapter pour qu'elles apparaissent en haute résolution, comme si elles avaient été tournées aujourd'hui.

Les réseaux de neurones artificiels s'inspirent du cerveau humain, et permettent à des programmes informatiques de développer des apprentissages de façon autonome, à partir des données qui lui sont soumises. Le logiciel, à partir du film original, a pu reconstruire et enrichir les images à partir d'une base de données. Sans qu'il soit perceptible que les images de la pellicule d'origine aient été modifiées. Le résultat est épatant.

Ces images ont été obtenues grâce à une forme de réseaux de neurones artificiels : les réseaux antagonistes génératifs, ou GANs. Ils permettent de créer de fausses vidéos au réalisme troublant. Leur principe : un programme génère une image et l'envoie à un autre programme, chargé de détecter s'il s'agit d'un faux. De cette façon, le programme apprend lui-même à générer l'image la plus vraisemblable possible. Ci-dessous le film original des frères Lumière, suivi de sa version restaurée par intelligence artificielle :


Ces technologies, souvent utiles, sont toutefois préoccupantes. Utilisées à des fins malveillantes, elles peuvent servir à la réalisation de "deepfakes" et permettre l'usurpation d'identité dans une vidéo. Les experts craignent que ces "hypertrucages" soient utilisés pour manipuler l'opinion, notamment à l'approche de périodes électorales. À tel point que certains réseaux sociaux, comme Facebook, les interdisent.

Découvrir plus d'articles sur :