Jack Ma a 55 ans et il demeure un as de la communication. Le fondateur du géant chinois de l'e-commerce Alibaba sait que chacune de ses prises de parole sera scrutée et il ne se prive jamais pour donner de grandes leçons de business et de management. Il avait déjà fait le show en juin dernier à Paris à l'occasion du salon VivaTech, expliquant aux startuppeurs pourquoi ils ne devaient pas perdre leur temps avec les investisseurs. Lors d'une discussion avec Elon Musk, le DG de Tesla, à la conférence World Artificial Intelligence à Shanghai, ce jeudi 29 août 2019, Jack Ma a fait une sortie remarquée sur la manière dont la technologie, en particulier l'intelligence artificielle (IA), va façonner l'avenir. Et pour lui, l'IA est un cadeau du ciel : elle devrait permettre de travailler aux gens seulement 12 heures par semaine.

"Au cours des 10 ou 20 prochaines années, chaque être humain, chaque pays, chaque gouvernement devrait se concentrer sur la réforme du système d'éducation et s'assurer que nos enfants puissent trouver un emploi, un emploi qui ne nécessite que trois jours par semaine, quatre heures par jour", a déclaré Jack Ma en Chine, selon des propos rapportés par Bloomberg. Une prise de position qui va à l'encontre d'une déclaration faite en avril dernier devant des employés. Il avait alors vanté les mérites du rythme de travail éreintant en Chine, en disant que "si vous ne travaillez pas en 996 lorsque vous êtes jeune, quand allez-vous pouvoir le faire". Le "996" fait allusion aux journées de travail commençant à 9h du matin et finissant à 9h du soir, 6 jours par semaine, devenues la norme en Chine.

A lire aussi — Jack Ma, le patron d'Alibaba, recommande à ses employés de beaucoup faire l'amour

Selon un rapport du Forum économique mondial publié en 2016, l'automatisation provoquera une perte de 5 millions d'emplois dans 15 grandes économies développées et émergentes, d'ici 2020. Pourtant, pour celui qui s'apprête à passer la main à la tête d'Alibaba le 15 septembre prochain, il n'y a pas d'inquiétudes à avoir pour l'emploi des gens. "Je ne m'inquiète pas pour l'emploi. (...)  Les ordinateurs n'ont que des puces, les hommes ont le cœur. C'est le cœur d'où vient la sagesse", a-t-il avancé dans une formule.

Changer le système éducatif

Optimiste, Jack Ma pense que la technologie simplifiera le travail mais ne le supprimera pas. Fervent défenseur de l'IA, il insinuait ainsi en juin dernier à VivaTech qu'il ne fallait pas avoir peur outre-mesure, prenant l'exemple d'Alibaba qui utilise l'intelligence artificielle pour contrer les tentatives de cyberattaques. La technologie permettrait donc aux humains de davantage profiter de la vie en dehors du travail. Pour illustrer son opinion, le Chinois a pris l'exemple de l'électricité. "Le pouvoir de l'électricité, c'est que nous donnons plus de temps aux gens pour que vous puissiez aller au karaoké ou à une fête dansante le soir. Je pense que grâce à l'intelligence artificielle, les gens auront plus de temps pour être des êtres humains."

Pour le dirigeant, la clé de cet équilibre réside dans l'éducation des futures générations. "Si nous ne changeons pas le système éducatif dans lequel nous sommes, nous aurons tous des problèmes." Ancien professeur d'anglais jusqu'en 1999, Jack Ma va prendre du recul chez Alibaba pour se consacrer à l'éducation et à la transmission de ses savoirs auprès d'entrepreneurs.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Jeff Bezos, Tim Cook, Elon Musk... voilà à quoi ressemblaient les 12 patrons les plus célèbres de la planète lorsqu’ils étaient jeunes