Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Lime, Jump, BlaBlaBus... Les applications de transport sont à l'arrêt avec le confinement

Lime, Jump, BlaBlaBus... Les applications de transport sont à l'arrêt avec le confinement
Si Lime a suspendu son service de trottinettes électriques, Cityscoot maintient son offre de scooters. © Anita Pouchard Serra/Bloomberg via Getty Images

La France ayant décidé de réduire drastiquement les déplacements des Français pour freiner l'épidémie de coronavirus, les applications de transport ont vu leurs activités chamboulées. Si Uber n'a pour l'instant décidé que de suspendre son option Uber Pool à Paris, l'entreprise se laisse la possibilité de suspendre complètement son activité de VTC selon l'évolution de la situation et des mesures. Ce mercredi 18 mars, Uber a en tout cas décidé de suspendre son service trottinettes et vélos en libre-service, Jump. Lime, Bird et Voi (Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux) en ont fait de même. Mais Dott a choisi de maintenir un service réduit, sorte de service minimum, pour le moment. "Pour permettre aux personnes qui sont dans l’obligation de se déplacer de le faire via moyen de transport individuel", nous fait savoir l'entreprise qui rappelle que les trottinettes sont désfinfectées à chaque recharge. Autre application de mobilité très prisée, le service de scooter en libre-service Cityscoot reste disponible à Paris et Nice mais dans les quatre motifs prévus dans l'attestation de déplacement dérogatoire.

De leurs côtés, les cars dit Macron, représentés par la compagnie allemande FlixBus et BlaBlaBus — l'ancien service d'autocars Ouibus racheté à la SNCF par la plateforme BlaBlaCar —, ont cessé leurs opérations en France "jusqu'à nouvel ordre", notant que les billets seront remboursés. "Le gouvernement français a annoncé des mesures visant à restreindre les déplacements au strict minimum et à interdire ainsi tout déplacement non absolument indispensable. Ces directives s'appliquent au transport longue-distance, dont l'activité de cars longue-distance", a expliqué FlixBus. De fait, le décret paru mardi matin au Journal officiel pour encadrer le confinement de la population interdit la circulation des "cars Macron", a précisé un porte-parole à l'AFP.

A lire aussi — La SNCF suspendrait les contrôles des billets à cause du coronavirus

BlaBlaCar a parallèlement indiqué que ses plateformes de covoiturage — BlaBlaCar (longue distance) et BlaBlaLines (domicile-travail) — restaient ouvertes, au nom de "la liberté", "pour permettre à ceux qui ont absolument besoin de se déplacer de le faire". "Cependant, dans le contexte actuel et la nécessité de 'distanciation sociale', covoiturer n'est pas recommandé", a insisté le directeur général de l'entreprise Nicolas Brusson dans un message envoyé aux membres. "Ne vous déplacez que si c'est absolument nécessaire, selon les critères établis par le gouvernement. Les passagers qui doivent annuler leur déplacement peuvent le faire gratuitement", a-t-il écrit.

Depuis mardi, toutes les personnes qui circulent doivent être "en mesure de justifier leur déplacement" avec une attestation, au risque de se voir infliger une amende. Quelque 100.000 policiers et gendarmes ont été déployés dans le pays pour faire respecter ces mesures. Le décret détaillant la mise en place d'une contravention de 135 euros qui réprime la "violation des interdictions de se déplacer hors de son domicile", décidée par le gouvernement pour freiner l'épidémie de coronavirus, a été publié mercredi au Journal officiel. Selon le JO, le décret, qui instaure une amende forfaitaire de 135 euros portée à 375 euros avec la majoration entre en vigueur "immédiatement".

En ville, autorités locales et opérateurs de transports jonglent entre la nécessité de continuer à desservir l'ensemble du territoire, la protection des employés face au virus et la chute de la fréquentation. Mais tous vont réduire la voilure. Et la SNCF a réduit aussi progressivement son offre, passée de 80% lundi à 50% mardi et mercredi.

A lire aussi — Leclerc, Carrefour, Monoprix... Les conditions pour vous faire livrer vos courses à domicile

Découvrir plus d'articles sur :