Publicité

L'Inde devrait acquérir 24 Mirage 2000 d'occasion pour 27 M€

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Après avoir déjà fait l'acquisition de 36 Rafale pour environ 8 milliards d'euros en 2015, New Delhi aurait désormais jeté son dévolu sur des Mirage 2000. © Jerry Gunner/Wikimedia Commons
Publicité

Encore groggy suite à la débâcle du contrat avorté des sous-marins australiens, la France pourrait trouver un (mince) motif de consolation du côté de l'Inde, qui apparaît désormais comme son principal relai stratégique dans l'Indo-Pacifique.

Après avoir déjà fait l'acquisition de 36 Rafale pour environ 8 milliards d'euros en 2016, New Delhi aurait désormais jeté son dévolu sur des Mirage 2000 — également conçus par Dassault Aviation. D'après le Hindustan Times, qui cite des sources anonymes familières du dossier, l'armée de l'air indienne (IAF) est sur le point de se procurer vingt-quatre appareils d'occasion pour environ 27 millions d'euros. Le prix unitaire de chaque appareil reviendrait ainsi à un peu plus de 1,12 million d'euros.

À lire aussi — Voici comment l'armée de l'air indienne se modernise face à la menace chinoise

Plus précisément, treize de ces chasseurs seront livrés en bon état et huit d'entre eux seraient prêts à voler après révision. Les onze autres aéronefs, partiellement complets mais toujours équipés de réservoirs et de sièges éjectables, seront désossés pour alimenter en pièces détachées la petite cinquantaine de Mirage 2000 déjà en service dans l'IAF.

Ce réservoir de pièces détachées permettra ainsi à New Delhi de maintenir ses chasseurs français, achetés pour la plupart en 1985, en condition opérationnelle sur une plus longue période.

Renforcement des liens stratégiques

Pour Paris, si le montant de ce contrat s'avère bien loin des 8 milliards d'euros promis à Naval Group par l'Australie, il aura le mérite de renforcer les liens stratégiques entre les deux nations. Le premier ministre indien, Narendra Modi, s'est d'ailleurs entretenu au téléphone avec Emmanuel Macron, mardi 21 septembre.

Selon l'Élysée, le président français a "rappelé l'engagement de la France à contribuer au renforcement de l'autonomie stratégique de l'Inde, y compris sa base industrielle et technologique (...) Les coopérations bilatérales dans l’ensemble des domaines, en particulier sur le plan économique, auront vocation à se renforcer."

Confrontée aux appétences régionales chinoises, New Delhi souhaite se doter de six sous-marins à propulsion nucléaire pour moderniser sa flotte. Et face aux réticences américaines à lui transférer ce type de technologies de pointe, le pays pourrait finalement, selon les observateurs, se rabattre vers la France.

À lire aussi — Drone solaire, missile anti-sous-marin... 5 innovations technologiques portées par l'armée indienne

Découvrir plus d'articles sur :