Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

L'industrie française est loin d'être la plus automatisée d'Europe

L'industrie française est loin d'être la plus automatisée d'Europe
Le site de production de Renault à Flins, dans les Yvelines, en mai 2020. © Christophe Morin/Bloomberg via Getty Images

La crise sanitaire et les mesures de confinement mettent à mal l'économie mondial et le marché des robots industriels se retrouve lui aussi affecté par la chute de l'activité. Toutefois, l'horizon pourrait s'éclaircir et les perspectives s'améliorer pour ce secteur. Avec la menace d'une large propagation du coronavirus toujours présente, les entreprises sont tenues de faire respecter des mesures de distanciation entre les travailleurs. Pour se faciliter la tâche, nombre d'entre elles pourrait alors être tentées d'accroître et d'accélérer le recours à l'automatisation dans l'industrie.

En attendant, certains pays sont à un stade bien plus avancé que d'autres en matière de robotisation. Selon la dernière étude de la Fédération internationale de robotique, publiée en septembre 2019, la cité-Etat de Singapour est le pays présentant la plus importante densité de robots industriels dans le monde, soit 831 pour 10 000 salariés, devant la Corée du Sud (774) et l'Allemagne (338), pays dont l'industrie est la plus automatisée d'Europe, devant la Suède (247) et le Danemark (240).

Comme le montre le graphique de Statista ci-dessous, qui reprend les chiffres de la fédération, la France arrive plus loin et compte de son côté 154 robots pour 10 000 travailleurs. Sur le Vieux Continent, le pays est devancé aussi par l'Italie (200), la Belgique (188), les Pays-Bas (182), l'Autriche (175), la Slovénie (174), l'Espagne (168) et la Slovaquie (165).

Statista

Si la Chine affiche une densité de 140 "seulement", le pays reste le premier marché mondial pour les robots industriels, avec une part de marché de 36% du total des installations dans le monde, plus que l'Europe et les Etats-Unis réunis. La valeur totale de ses installations atteint ainsi 5,4 milliards de dollars, soit près de 5 milliards d'euros.

À lire aussi — Electronique, automobile, santé... Comment le coronavirus perturbe les chaînes d'approvisionnement et les fera évoluer

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :