Publicité

LinkedIn ferme en Chine après de nouvelles restrictions de Pékin

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

LinkedIn ferme en Chine après de nouvelles restrictions de Pékin
LinkedIn était le dernier grand réseau social américain encore en activité en Chine. © Souvik Banerjee / Unsplash
Publicité

Les utilisateurs de LinkedIn disent adieu à la Chine. Microsoft, propriétaire du réseau spécialisé dans les relations professionnelles à décide d'arrêter les activités du site dans l'Empire du milieu. Cette décision fait suite à de nombreuses plaintes émanant d'universitaires et de journalistes indiquant que leurs profils sur la plateforme sont désormais bloqués en Chine, comme l'a récemment rapporté le Wall Street Journal. Le quotidien américain précise que le gouvernement chinois aurait demandé à Microsoft d'introduire de nouvelles règlementations de contenu sur son réseau dans un délai de 30 jours sous peine de sanctions.

Dans un billet de blog, le géant de l'informatique ne fait pas d'allusion direct aux exigences de Pékin : "Bien que nous ayons réussi à aider les membres chinois à trouver des emplois et des opportunités économiques, nous n'avons pas trouvé le même niveau de succès dans les aspects plus sociaux du partage et de l'information. Nous sommes également confrontés à un environnement opérationnel beaucoup plus difficile et à des exigences de conformité plus importantes en Chine."

À lire aussi — Les cryptomonnaies sont désormais illégales en Chine

Microsoft annonce également qu'un site, baptisé InJobs, uniquement dédié à la recherche d'emploi, sera lancé dans le pays. Cette nouvelle plateforme ne permettra pas à ses utilisateurs de publier du contenu et ne contiendra pas de fil d'actualités. Linkedin était implanté en Chine depuis 2014 et le pays représentait le troisième marché de l'entreprise selon Statista.

LinkedIn était le dernier grand réseau social américain encore en activité en Chine. Twitter et Facebook sont bloqués depuis 2009 dans l'Empire du milieu, tandis que Google a décidé de cesser ses activités en 2010.

Ce nouveau retrait d'un groupe américain s'effectue dans un plan plus large de reprise en main du secteur de la tech par Pékin. Le gouvernement chinois met la pression sur les acteurs étrangers comme sur ses propres géants, exigeant à chacun de se conformer aux règles de censure et de contrôle du pays.

À lire aussi — La Chine va encadrer les algorithmes de ses géants de la tech

Découvrir plus d'articles sur :