L’iPad existait avant l’iPhone, mais Apple ne l’a sorti que 3 ans plus tard — la raison devrait inspirer tous les designers

Steve Jobs et un iPad. Wikimedia Commons/CC/matt buchanan

Le premier iPhone a été lancé par Apple en 2007, soit trois ans avant la sortie du premier iPad.

Pourtant, les équipes de la marque à la pomme avaient développé l'iPad bien avant que le géant américain ne commercialise son premier smartphone. 

La raison d'un tel délai entre les deux produits est à chercher du côté du DG de l'époque en personne, Steve Jobs, a expliqué Caitlin Kalinowski, chef du design chez Oculus, pendant le premier sommet français Lesbians Who Tech, vendredi 23 juin à Paris.

"Il y avait un élément non-négociable pour Steve Jobs: le poids de la tablette", a-t-elle souligné. "A chaque fois qu'on lui apportait un prototype, il le prenait dans les mains et il disait 'non, c'est trop lourd'. Et c'était terminé."

C'est pour cette raison que l'iPad a mis tant de temps à être commercialisé, et que l'iPhone a fini par sortir avant la première tablette d'Apple.

Selon Kalinowski, il est important qu'un-e ingénieur-e réfléchisse en amont, lorsqu'il n'a pas encore de contraintes, aux éléments sur lesquels il ne transigera pas. Pour Steve Jobs, c'était le poids de sa tablette, qui devait être assez légère pour être tenue pendant des heures sans que cela ne fasse mal au bras de son utilisateur.

L'iPhone est une émanation directe de l'iPad : au départ, l'équipe d'Apple menée par Scott Forstall (co-inventeur de l'iPhone) développait une tablette à écran tactile. Puis Steve Jobs a demandé à Forstall de réduire la taille de l'écran pour que cela devienne un smartphone, après avoir remarqué dans un café que tous les clients autour d'eux utilisaient des téléphones mais ne semblaient pas en être satisfaits.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 2 équipes d'ingénieurs d'Apple se sont affrontées pendant 2 ans pour inventer le premier iPhone — voici à quoi il a failli ressembler

Voici pourquoi les chefs offrent des promotions aux mauvaises personnes