Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Alexandre Benalla bénéficiait d'un puissant sésame à l'Assemblée nationale — un avantage atypique parmi beaucoup d'autres

Alexandre Benalla bénéficiait d'un puissant sésame à l'Assemblée nationale — un avantage atypique parmi beaucoup d'autres
© REUTERS/Philippe Wojazer

Ancien chargé de mission auprès du chef de cabinet d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, 26 ans, a largement outrepassé ses fonctions lors des manifestations du 1er mai, où il a été filmé en train de violenter un manifestant et une manifestante, arborant brassard de police et casque de forces de l'ordre.

Ces images, dans lesquelles il a été identifiée par Le Monde, ont déclenché une série de révélations montrant que le jeune agent de sécurité, diplômé en droit, profitait de nombreux avantages et droits, accumulant les interrogations sur la nature de son poste et l'étendue de ses prérogatives.

Dernière découverte: Alexandre Benalla disposait d'un badge d'accès pour l'Assemblée nationale avec un niveau d’autorisation supérieur à celui des simples collaborateurs, rapporte Le Monde.

Voici la liste des avantages connus dont bénéficiait Alexandre Benalla:

  • Un badge d'accès pour l'Assemblée nationale, de catégorie H, permettant l'accès à l'Hémicycle — attribué "à la demande du directeur de cabinet du président de la République (...) en juillet 2017, en sa qualité de chargé de mission auprès du chef de cabinet du président de la République", précise le JDD.
  • Un logement de fonction dans une dépendance de l'Elysée, située 11 Quai Branly, à Paris — Alexandre Benalla a déclaré ce lieu comme son domicile, à compter du 9 juillet 2018.
  • Un salaire de 7113 euros bruts.
  • Une berline Renault Talisman de fonction — équipée "d'un gyrophare 2 tons", selon Le Parisien, "toutes options avec chauffeur" ajoute Le Figaro.
  • Pas d'instance de contrôle — "il est sous les ordres directs du président", explique un ancien du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR), au Parisien Dimanche.
  • Un grade de lieutenant-colonel de la réserve opérationnelle obtenu en 2017 "sur proposition de l'Elysée" — il avait commencé sa carrière de gendarme de réserve en 2010 et y avait atteint le grade de brigadier-chef.
  • Un permis de port d'arme — "d'abord refusé par l'Intérieur puis accordé par la PP [Préfecture de police de Paris, ndlr] à la demande du Château", rapporte Le Parisien.
Découvrir plus d'articles sur :