Les nouveaux lauréats de la Médaille Fields sont dévoilés aujourd'hui — voici les 12 Français qui ont remporté ce prestigieux prix en mathématiques

Cédric Villani a remporté la médaille Fields en 2010. Flickr.com/MyScienceWork

Les lauréats 2018 de la médaille Fields sont dévoilés ce mercredi 1er août 2018 lors du Congrès international des mathématiciens, qui a lieu cette année à Rio de Janeiro au Brésil jusqu'au 9 août

Deux à quatre médailles sont décernées tous les quatre ans à des mathématiciens talentueux âgés de moins de 40 ans.

Ce prix a été créé en 1936 pour combler le vide laissé par le Nobel, qui ne comporte aucun prix en mathématiques. 

Après les Etats-Unis et leurs 13 médailles Fields, la France est — avec 12 lauréats au total — le deuxième pays à en compter le plus.

Une seule femme s'est vue attribuer la médaille Fields en 2014: il s'agit de l'Iranienne Maryam Mirzakhani, décédée en juillet 2017. 

L'un des médaillés français les plus connus est sans doute le député LREM Cédric Villani, qui a été récompensé en 2010 pour ses travaux en théorie cinétique de l'équation de Boltzmann et sur le transport optimal.

Maxime Kontsevitch, lauréat de la médaille Fields en 1998, n'a pas été inclus dans notre liste car il a obtenu la nationalité française fin 1999. 

Découvrez les 12 Français qui ont remporté la médaille Fields (par ordre alphabétique) et les travaux pour lesquels ils ont été reconnus. 

Artur Ávila — Ce Franco-Brésilien a été lauréat en 2014 pour ses travaux sur les systèmes dynamiques. Au Figaro, il a expliqué à quoi cela correspondait précisément: "j'étudie ce qui va se passer dans le moment suivant, l'imprévisibilité liée au chaos. Des lois très simples régissent la probabilité qu'un système évolue de telle ou telle façon, mais à long terme elles ne fonctionnent plus et les prédictions deviennent très difficiles."

Artur Ávila a remporté la médaille Fields en 2014. YouTube/Creative Commons Media

Ngô Bao Châu — Il a été lauréat de la médaille Fields en 2010 pour ses travaux sur le programme de Langlands et la démonstration du lemme fondamental. Au magazine La Recherche, il a précisé que c'était qu'un "lemme":  "un 'lemme' est un petit théorème de nature technique; le mot 'fondamental' se rapporte au rôle qu'il joue dans un domaine bien délimité des mathématiques."

Ngô Bảo Châu a remporté la médaille Fields en 2010. YouTube/Institute for Advanced Study

Alain Connes — Il a été récompensé par la médaille Fields en 1982 pour avoir révolutionné la théorie des algèbres de von Neumann — algèbres des opérateurs — et résolu la plupart des problèmes posés dans ce domaine. 

Alexandre Grothendieck — Il a été décoré d'une médaille Fields en 1966 pour ses travaux en géométrie algébrique, un domaine des mathématiques qui s'intéresse la géométrie des formes qui ont des équations. Il est décédé en novembre 2014.

Alexander Grothendieck. Wikimedia Commons/Konrad Jacobs

Laurent Lafforgue — Il a reçu la médaille Fields en 2002 pour ses travaux sur le "programme de Langlands" lancée par le mathématicien canadien Robert Langlands en 1967. L'idée du programme de Langlands est de jeter un pont entre la théorie des nombres, l'analyse et la géométrie algébrique.

Laurent Lafforgue a remporté la médaille Fields en 2002. Wikimedia Commons via YouTube/
Institut des Hautes Études Scientifiques (IHÉS)

Pierre-Louis Lions — Il a reçu la médaille Fields en 1994 pour ses travaux sur l'équation de Boltzmann, qui décrit l'évolution d'un gaz peu dense hors d'équilibre.

Pierre-Louis Lions a remporté la médaille Fields en 1994. Wikimedia Commons/Philippe Binant

Jean-Pierre Serre — Il a été médaillé en 1954 pour ses travaux en topologie, un domaine des mathématiques qui s'intéresse à l'étude des déformations spatiales par des transformations continues, sans arrachage ni recollement des structures.

Jean-Pierre Serre. YouTube/VousNousIls

Laurent Schwartz — Il est le premier Français à obtenir la médaille Fields en 1950 pour ses travaux sur la théorie des distributions. Celle-ci est utilisée en physique et en ingénierie. Il est décédé le 4 juillet 2002. 

Laurent Schwartz à gauche de la photo. Wikimedia Commons/Konrad Jacobs, Erlangen

René Thom — Il a reçu la médaille Fields en 1958 pour des travaux sur la topologie différentielle. L'un des premiers résultats dans le domaine est le théorème de la boule chevelue de Brouwer: il est impossible de peigner continûment une sphère de dimension deux sans faire d'épi.

Cédric Villani — Il a été récompensé en 2010 pour ses travaux en théorie cinétique de l'équation de Boltzmann et sur le transport optimal. Dans une interview avec Futura Sciences, il avait résumé que "l'équation de Boltzmann est un carrefour entre la mécanique des fluides (variations des caractéristiques des gaz), la physique statistique (grands systèmes de particules) et la théorie de l'information (augmentation de l'entropie)".

Cédric Villani a remporté la médaille Fields en 2010. Flickr.com/MyScienceWork

Jean-Christophe Yoccoz — Il a été lauréat du prix en 1994 pour ses travaux sur les systèmes dynamiques. Il est décédé le 3 septembre 2016.

Jean-Christophe Yoccoz a remporté la médaille Fields en 1994. Wikimedia Commons/Renate Schmid

Wendelin Werner — Il a obtenu l'équivalent du Nobel en mathématiques en 2006 pour ses contributions "au développement de l'évolution statistique de Loewner, la géométrie du mouvement brownien à deux dimensions et la théorie conforme des champs". Il a été le premier spécialiste en probabilités à avoir été distingué.

Wendelin Werner a remporté la médaille Fields en 2006. Wikimedia Commons/Antoine Taveneaux

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : L'administration Trump envisage de confier la gestion de la Station spatiale internationale à une entité privée en 2025 — mais il y a 2 choses qui rendraient la transition compliquée

Voici la seule femme noire avec une émission quotidienne sur une chaîne d'information câblée aux Etats-Unis