Publicité

Livraison, insectes, viande in vitro... Ces 10 entreprises innovantes de la FoodTech qui attirent les investisseurs

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Livraison, insectes, viande in vitro... Ces 10 entreprises innovantes de la FoodTech qui attirent les investisseurs
© Mosa Meat
Publicité

Si l'année 2020 a été compliquée niveau économique pour plus d'un secteur, ce n'est pas le cas pour les entreprises de la "FoodTech". Alliance entre les nouvelles technologies et le secteur de l'alimentation et de la restauration, ce marché a levé 2,7 milliards d'euros au niveau européen en 2020, selon le rapport annuel de l'agence spécialisée DigitalFoodLab. Exactement le même niveau d'investissement qu'en 2019, dans une année pourtant marquée par la pandémie de Covid-19. L'Europe ne représentait cependant l'année dernière que 12% seulement des investissements mondiaux de la FoodTech.

L'écosystème européen de ces entreprises, qui utilisent la technologie pour optimiser la production et la distribution alimentaire, était concentré depuis des années sur l'agriculture et la distribution, tout particulièrement la livraison. Mais en 2020, les investissements dans la transformation, par exemple l'agriculture cellulaire ou les insectes, ont augmenté de 245% en Europe. Le leader européen reste le Royaume-Uni, mais la France, les Pays-Bas, les pays nordiques et une zone Allemagne-Autriche-Suisse tirent aussi leur épingle du jeu. Ces cinq zones représentent à elles seules 94% des investissements dans la FoodTech européenne en 2020.

À lire aussi — Voici pourquoi les insectes vont bientôt se multiplier dans nos assiettes

De l'AgTech au Foodscience, en passant par le Foodservice et le Delivery

Dans le détail, la FoodTech comprend six grandes catégories d'entreprises, selon DigitalFoodLab. Tout d'abord l'"AgTech" qui définit les startups qui inventent l'agriculture du futur et aident à améliorer la qualité et le rendement des productions agricoles de demain. Les plus grosses évolutions se sont faites en 2020 au niveau des sociétés développant l'élevage d'insectes pour l'alimentation animale comme Ynsect ou encore InnovaFeed.

Ensuite, le marché du "Delivery", c'est-à-dire toutes les entreprises qui répondent aux défis de la livraison alimentaire, de courses ou de repas. De nombreuses sociétés déjà connues comme Deliveroo, HelloFresh ou Glovo s'y bousculent déjà, rejointes par Everli, Wolt, Gorillas ou encore PicNic.

Autre catégorie de la FoodTech, la "Foodscience" : il s'agit des entreprises qui inventent de nouvelles boissons ou de nouveaux produits alimentaires, que ce soit des ingrédients novateurs ou des aliments du futur. À base de plantes, comme pour Oatly, mais aussi par l'intermédiaire de l'agriculture cellulaire comme la viande in vitro par exemple.

Au sein de la catégorie "Foodservice", l'agence DigitalFoodLab classe les startups qui améliorent la gestion des entreprises de restauration : logiciels de caisse, plateformes de réservation, etc.

Enfin, le marché de la FoodTech couvre aussi les entreprises innovant dans le coaching autour du "bien manger", mais aussi dans le retail, c'est-à-dire la distribution alimentaire, de l'intégration du numérique dans la logistique, jusqu'à l'amélioration de l'expérience client en magasin.

Les entreprises développant des protéines alternatives en plein boom

Pour juger de la vitalité d'un secteur, on peut se pencher sur le volume d'investissements réalisés, ainsi que sur les éventuelles levées de fonds destinées à aider les entreprises à changer d'échelle à court terme. Si en 2019, 59% des investissements portaient sur la livraison, leur part est tombée à 21% cette année. C'est l'AgTech qui arrivait en première position en 2020 avec 33% des investissements, en progression de 20 points par rapport à l'année précédente.

Les investissements dans les startups de protéines alternatives, comme l'agriculture cellulaire ou les aliments à base de plantes, ont eux augmenté de 178% en 2020.

DigitalFoodLab a détaillé les levées de fonds les plus importantes de la FoodTech l'année dernière. Découvrez le top 10 des investissements réalisés en 2020, en millions d'euros, et le détail des activités de chaque entreprise classée :

10. Gousto livre des kits de repas à préparer — 67 M€

Des exemples de plats à cuisiner livrés par Gousto. Gousto

Entreprise britannique proposant la livraison de kits de repas à cuisiner : les box comprennent à la fois les ingrédients frais, ainsi que le détail des recettes, normalement faciles à préparer. Sur ce marché en France, on retrouve par exemple Foodette, Quitoque ou encore HelloFresh.

9. Mosa Meat, spécialiste de la viande in vitro — 67 M€

Le burger à la viande de bœuf créée par Mosa Meat. Mosa Meat

Mos Meat est une entreprise de "food tech" basée à Maastricht aux Pays-Bas, qui travaille sur la culture in vitro du bœuf. Mosa Meat prélève des cellules sur une vache avant de les faire croître jusqu'à obtenir une viande de synthèse. Leur technologie a été démontrée pour la première fois en 2013. Depuis, l'entreprise travaille à améliorer son processus pour pouvoir à court terme fabriquer des produits destinés à la vente au grand public. Elle vise une homologation de son "steak haché végétal" d'ici 2022.

8. Swile propose une carte multi-services pour les salariés — 70 M€

Sur l'application Swile, on retrouve facile le crédit de sa carte en temps réel. Swile

Entreprise française fondée en 2016, Swile s'appelait initialement Lunchr. Elle met à disposition des salariés une carte utilisable comme des tickets restaurant, mais aussi en boulangerie par exemple, dans les supermarchés ou encore comme titre cadeaux. Nouvellement arrivée sur le marché brésilien, Swile compterait désormais 400 000 utilisateurs en Europe et dans le monde entier.

7. HungryPanda, plateforme de livraison de nourriture et de produits d'épicerie chinois — 81 M€

L'application est disponible également en mandarin. HungryPanda

Basée à Londres, HungryPanda est une plateforme qui propose depuis 2017 la livraison de plats et de produits d'épicerie chinois authentiques, notamment aux expatriés et étudiants chinois. La startup est présente dans 60 grandes villes au Royaume-Uni, en France, en Australie, aux États-Unis, au Canada, etc. Elle ambitionne de devenir la plateforme mondiale numéro un pour "connecter la nourriture chinoises à tous les consommateurs qui l'apprécient."

6. Wolt, spécialiste finlandais de la livraison — 90 M€

Les livreurs de Wolt officient soit en vélo, soit en scooter ou en voiture pour certains. Wolt

Fondée en Finlande en 2014, l'entreprise Wolt est spécialisée dans la livraison à domicile ou au bureau de plats des restaurants, des produits d'épicerie ou autres commerces locaux. Wolt est présent dans 23 pays et plus de 160 villes aujourd'hui, en concurrence directe avec les mastodontes Deliveroo ou Uber Eats. L'entreprise compte environ 530 employés et espère en embaucher 1 000 de plus d'ici la fin de l'année 2021.

5. InnovaFeed, la biotech des insectes — 140 M€

Larves de la mouche soldat noir. InnovaFeed

Fondée en 2016 en France, InnovaFeed est une entreprise de biotechnologie qui développe l'élevage et la transformation d'insectes. Elle vend notamment des farines et des huiles dérivées de poudre d'insectes, pour la nourriture animale essentiellement. InnovaFeed collabore avec le groupe Auchan pour la nourriture de ses truites via des aliments à base d'insectes. L'entreprise compte s'implanter rapidement aux États-Unis, voire en Asie du Sud-Est, dans les années à venir.

4. Infarm développe des fermes verticales en zones urbaines — 153 M€

Basilic, salade, chou kalé... Infarm développe ses produits en hydroponie dans des fermes verticales.

Startup berlinoise, Infarm installe des fermes verticales dans des lieux urbains, comme des supermarchés, des écoles, des restaurants ou encore des centres commerciaux. Les plantes sont cultivées en hydroponie, via l'eau et la lumière, et les racines détachées du sol. Des micro-capteurs permettent de suivre la croissance des salades, feuilles de basilic, de coriandre ou de persil. Implanté dans 10 pays et 30 villes du monde, Infarm récolte chaque mois près de 500 000 plantes. Elle compte multiplier la surface de ses installations par dix en cinq ans, et passer de 45 000 m² en 2020 à 450 000 m² d'ici fin 2025. En France, on retrouve ses produits en vente chez Monoprix.

3. Oatly propose des alternatives végétales aux produits laitiers — 180 M€

Oatly.com

Créée dans les années 90, Oatly est une entreprise suédoise qui produit des alternatives aux produits laitiers, à base d'avoine : yaourts, glaces, laits végétaux, etc. Ses produits sont actuellement disponibles dans une vingtaine de pays et ses ventes mondiales atteignaient 200 millions de dollars (168 millions d'euros environ) en 2019, en progression de 82% par rapport à l'année précédente.

2. Ynsect élève des vers de farine pour l'alimentation animale, et bientôt humaine — 202 M€

Des vers de farine, appelés scarabées Molitor. Ynsect

Créée en 2011 en France, l'entreprise Ynsect est spécialisée dans l'élevage des vers de farine, appelés aussi scarabées Molitor, destinés à l'alimentation animale. La startup réfléchit également à une poudre concentrée en protéines d'insectes comme composant de base de barres énergétiques destinées aux sportifs ou aux seniors. Ynsect compte installer d'ici 2030 une quinzaine d'usines en Europe, en Asie et en Amérique du Nord.

1. Karma Kitchen propose des cuisines à louer — 291 M€

Startup basée à Londres, Karma Kitchen a réussi en 2020 à faire la plus grosse levée de fonds de l'année dans le secteur de la Foodtech. Elle gère un site de cuisines commerciales dans l'est de la capitale anglaise, vaste espace aménagé en cuisine partagée où un emplacement peut être loué facilement. La cuisine principale est également entourée d'espaces à privatiser, pour préparer, par exemple, des plats pour les applications de livraison et louer sur le plus long terme.

Appelées dans le milieu "cloud kitchens", ces nouvelles cuisines à louer ont intéressé les investisseurs. Karma Kicthen ambitionne au cours des cinq prochaines années de devenir le plus grand fournisseur d'espaces de cuisine en Europe, en ouvrant 53 nouveaux sites.

À lire aussi — Tout savoir sur les dark kitchen, ces restaurants 'fantôme' qui font polémique

Découvrir plus d'articles sur :