Les chauffeurs Uber ont donné des idées aux livreurs Deliveroo en France.

A l'image des chauffeurs de VTC, qui ont créé plusieurs syndicats pour faire entendre leur mécontentement sur leurs conditions de travail, les livreurs de repas à domicile des plateformes internet s'organisent.

La CGT de Gironde vient ainsi de créer le premier syndicat pour les coursiers à domicile, relève Le Figaro.

La confédération se pose en interlocuteur en cas de problème pour négocier les contrats et "essayer de faire reconnaître que c'est une sorte de CDI", confie au journal Loïc Notais, l'un des responsables de la CGT 33, qui précise que le paiement à l'heure — plus avantageux — a diminué au profit du paiement à la course.

Ces auto-entrepreneurs seraient 700 dans le département, parcourant essentiellement les rues de Bordeaux. Ils travaillent pour Deliveroo, Foodora ou UberEats.

Les livreurs demandent notamment la mise en place d'instances représentatives des personnels au sein ces plateformes et l'obtention de garanties sociales collectives. "Lors d'un accident les coursiers ne reçoivent aucune indemnités journalières par exemple", note le journal.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Deliveroo a demandé à 212 restaurants français ce qu'ils pensaient de son service — voici ce qu'ils ont répondu

VIDEO: Cette jeune femme de 24 ans est la plus jeune femme trader de la bourse de New York