Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

'Locke & Key' sur Netflix : une série fantastique bien ficelée qui peine à sortir du lot

'Locke & Key' sur Netflix : une série fantastique bien ficelée qui peine à sortir du lot
© Netflix/Christos Kalohoridis

C'est un projet qui mûrit depuis une décennie. Netflix met en ligne ce jeudi 6 février la première saison de "Locke & Key", l'adaptation d'une série de comics écrite par Joe Hill — le fils de Stephen King — qui fut tour à tour prévue pour être diffusée sur la chaîne Fox, puis devait devenir une trilogie de films pour le studio Universal, avant d'être récupérée par la plateforme Hulu, qui a l'abandonnée en 2018.

Sur le papier, il est assez évident de voir pourquoi Netflix a fini par récupérer le projet. C'est une série fantastique familiale, qui met en scène des adolescents, dans la veine de "Stranger Things", des "Orphelins Baudelaire" ou encore d'"Umbrella Academy". Cette dernière, également basée sur des comics, a d'ailleurs été lancée à la même époque il y a un an. Il s'agissait aussi d'un projet en développement depuis des années, passé par la case cinéma avant d'atterrir sur Netflix.

A lire aussi — Voici les 30 nouvelles séries originales attendues sur Netflix en 2020

Dans "Locke & Key", les trois enfants Locke — Tyler (Connor Jessup, vu dans "Falling Skies" et "American Crime), Kinsey et Bode — emménagent avec leur mère Nina (Darby Stanchfield aperçue dans "Mad Men" et "Scandal") dans le manoir familial de leur père, après le meurtre de celui-ci. La demeure, nommée Keyhouse, est une vieille bâtisse de Nouvelle-Angleterre isolée en pleine nature, qui contient de nombreuses pièces, une bibliothèque majestueuse, des portraits d'ancêtres, et des armes de collection. Elle renferme aussi des secrets : des clés magiques qui détiennent des pouvoirs tels que la capacité de transformer une personne en fantôme, d'effacer ses souvenirs, ou de se téléporter.

Les trois enfants expérimentent les différents pouvoirs que leurs confèrent les clés et découvrent, rapidement, qu'elles attisent les convoitises d'un être malveillant, une créature démoniaque nommée Dodge, qui prend les traits d'une jeune femme brune.

Les fans de fantastique seront servis...

Joe Hill, l'auteur du comic original, est également le créateur de la série et, dès le premier épisode, on sent l'héritage de Stephen King. Plusieurs éléments des classiques du Maître de l'horreur y sont : la famille qui emménage dans une maison isolée, le traumatisme familial (ici la mort du père), la petite ville de Nouvelle-Angleterre. Voir Bode, le plus jeune des enfants, déambuler dans les pièces de cette grande maison nous rappelle "Shining".

Contrairement aux œuvres de Stephen King, "Locke & Key" ne fait cependant pas très peur. Ici l'accent est mis sur une vision du fantastique qui nous émerveille, grâce à des visuels saisissants et des effets spéciaux réussis. Sans trop en révéler, on visite notamment des lieux magiques qui prennent la forme d'une salle d'arcade ou d'un centre commercial.

Les deux personnages les plus aboutis sont sans conteste les Tyler et Kinsey, les deux adolescents. La série s'attarde sur leur arrivée dans leur nouveau lycée, leurs difficultés à gérer le deuil de leur père en plus de leurs problèmes d'adolescents — dont leur vie amoureuse. La relation complexe entre le frère et la sœur est au cœur de la série et l'élément le plus intéressant à voir évoluer, au milieu de scènes de vie quotidienne au lycée qui restent assez banales et déjà vues ailleurs.

...même si la série manque d'originalité

Pendant ce temps, Bode, le troisième enfant, évolue seul dans la maison — on pourrait croire qu'il y est enfermé tant il n'en sort quasiment jamais. Interprété par le jeune Jackson Robert Scott, vu au cinéma dans les deux films "Ça", le personnage prend trop de place, surtout dans les premiers épisodes, alors qu'il est très peu développé. Quant à la mère, sa place reste au deuxième plan, et on a du coup du mal à s'impliquer dans sa quête — qui consiste principalement à reconstituer le passé de son mari tout en essayant de se construire une nouvelle vie.

Au final, si la quête principale de la série est prenante, on a du mal à adhérer pleinement tant les intrigues secondaires manquent d'originalité. "Locke & Key" souffre d'ailleurs d'un problème qu'on retrouve chez de nombreuses séries Netflix : l'histoire met beaucoup de temps à décoller. Les cinq premiers épisodes se contentent de poser les enjeux, et il faut attendre l'épisode 6 avant qu'il ne se passe réellement quelque chose.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :