L’ONU dévoile un projet de ville flottante qui résiste aux ouragans

Un aperçu de Oceanix City. Oceanix

Ce qui semblait être la vision irréalisable de milliardaires de la tech et d'architectes idéalistes pourrait bientôt devenir une solution concrète à certains des plus urgents défis du monde. Mercredi, lors d'une table ronde des Nations Unies, un groupe de constructeurs, d'ingénieurs et d'architectes a présenté un concept de ville flottante. Contrairement à ce qui se produisait autrefois lorsque ces conceptions futuristes étaient souvent accueillies avec scepticisme, la directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat), Maimunah Mohd Sharif, a déclaré que l'ONU appuierait et mènerait ce projet à terme.

"Tous les membres de l'équipe veulent réellement construire ces bâtiments", a déclaré Marc Collins, PDG d'Oceanix, une société qui construit des structures flottantes. "Ce n'est pas que de la théorie." La société pense qu'un projet de ville flottante répondrait à la fois aux graves pénuries de logements et aux menaces de la montée du niveau de la mer. Les structures elles-mêmes seraient conçues pour résister à toutes sortes de catastrophes naturelles, y compris les inondations, les tsunamis et les ouragans de catégorie 5.

Le concept, connu sous le nom d'Oceanix City, a été conçu par le célèbre architecte Bjarke Ingels en collaboration avec Oceanix. Bien qu'il ait encore besoin de financements, il s'agit pour l'instant d'une sorte de boîte à outils destinée aux investisseurs assez courageux pour entreprendre le projet.

Voici à quoi pourrait ressembler la ville si le projet se concrétisait :

La ville serait essentiellement composée de différentes plateformes hexagonales qui pourraient contenir chacune environ 300 résidents.

Oceanix

Les hexagones sont largement considérés comme l'une des formes architecturales les plus efficaces (pensez à l'intérieur d'une ruche par exemple). En concevant chaque plateforme comme un hexagone, les constructeurs espèrent minimiser leur utilisation de matériaux.

Les concepteurs considèrent un groupe de 6 plateformes comme un 'village'. La ville entière contiendrait 6 villages, pour un total d'environ 10 000 habitants.

Oceanix

Bjarke Ingels a déclaré que 10 000 habitants était le nombre idéal de résidents, car cela permettrait à l'île de "jouir d'une autonomie totale" en produisant sa propre énergie, son eau douce et son chauffage.

Bjarke Ingels est surtout connu pour des projets individuels comme le parc public Superkilen à Copenhague ou encore les nouvelles Galeries Lafayette des Champs-Elysées. Mais il a déclaré à Business Insider que la conception d'une ville entière pourrait lui donner la possibilité d'étendre sa vision.

"Vous pouvez obtenir plus lorsque vous travaillez à l'échelle d'une ville" a déclaré Bjarke Ingels.

Les villages n'autoriseraient aucune voiture ou camion à forte émission.

Oceanix

La ville ne disposerait pas de camion poubelle. Au lieu de cela, des tubes à ordures pneumatiques transporteraient les déchets vers un poste de tri, où ils pourraient être identifiés et réutilisés.

"Ça n'est pas Manhattan", a déclaré Marc Collins à l'ONU. "Il n'y aura pas de voitures."

Cependant, la conception pourrait autoriser des véhicules sans conducteur et la ville pourrait expérimenter de nouvelles technologies telles que les livraisons par drones.

Le concept exige une 'agriculture marine', ce qui impliquerait de faire pousser des aliments sous l'eau.

Oceanix

Les cages situées sous les plateformes pourraient récolter des coquilles Saint-Jacques, du varech ou d'autres fruits de mer. Les systèmes aquaponiques utiliseraient les déchets de poisson pour fertiliser les plantes, tandis que les fermes verticales feraient pousser des produits tout au long de l'année. Ces deux technologies pourraient également aider la ville à rester autosuffisante en cas d'ouragan ou de catastrophe naturelle.

Globalement, l'objectif est de réduire les déchets et de produire toute la nourriture nécessaire pour nourrir les habitants de la ville.

Bien qu'on parle de 'ville flottante', la communauté serait en réalité amarrée au fond de l'océan.

Oceanix

Oceanix envisage les villages à environ 1,6 km des grandes villes côtières. Les plateformes pourraient également être remorquées vers des endroits plus sûrs en cas de catastrophe naturelle.

Le Biorock, un matériau créé en exposant les minéraux sous-marins à un courant électrique, soutiendrait les plateformes. Cela conduirait à la formation d'un revêtement de calcaire trois fois plus dur que le béton, mais qui peut encore flotter. La substance devient plus forte avec le temps et peut même s'auto-réparer si elle est toujours exposée au courant. Ça lui permet de résister aux intempéries.

La ville pourrait également contenir un système aquifère qui extrait de l'eau propre de l'air.

Oceanix

"Les villes réussissent ou échouent selon leur gestion de l'eau", a déclaré mercredi l'ingénieur Bry Sarté à l'ONU.

En cas de catastrophe, les générateurs de machines pourraient extraire l'air de l'atmosphère, le condenser dans de l'eau et le filtrer pour détecter les impuretés comme le métal ou les bactéries.

La ville n'aurait pas de gratte-ciel. Pour garder un centre de gravité assez bas, les bâtiments auraient entre 4 et 7 étages.

Oceanix

En plus des maisons, la ville comprendrait un centre spirituel, un centre culturel et une bibliothèque municipale, où les résidents pourraient louer des ordinateurs et des vélos mais aussi des livres.

Tous les bâtiments seraient construits à partir de matériaux durables comme le bois et le bambou. Ils seraient également conçus pour être désassemblés afin que les générations futures d'architectes puissent reconfigurer le concept.

Les architectes reconnaissent, bien sûr, que la plupart des gens continueront à vivre sur terre à l'avenir.

Oceanix

Bjarke Ingels a qualifié sa vision de la ville de "pragmatisme utopique" — l'idée que nous pouvons accomplir de grands exploits de conception de manière concrète et pratique.

Bien sûr, tout le monde ne serait pas prêt à vivre sur l'eau, mais ceux qui ne peuvent pas payer les loyers élevés des grandes villes ou qui souhaitent vivre dans des conditions moins vulnérables aux catastrophes naturelles pourraient bénéficier de ce concept.

Les maisons flottantes pourraient même avoir un effet calmant. Bjarke Ingels a déclaré qu'il vivait sur un ferry désaffecté et que le fait que le bateau tangue aidait à endormir son fils.

Les gens "ne dormiront jamais mieux que sur une île flottante", a-t-il déclaré.

Il est difficile de mettre en place un concept de ville flottante, mais ça n'est pas hors de portée. C'est un peu comme atterrir sur la Lune.

Oceanix

"Je vois cela à bien des égards comme notre répétition générale d'Apollo 10", a déclaré Victor Kisob, directeur exécutif adjoint d'ONU-Habitat.

Cette vision a été partagée par de nombreux concepteurs du projet, y compris Bjarke Ingels.

"Il s'agit essentiellement d'exploration", a-t-il déclaré à Business Insider. "Ce sera une incroyable expérience de prototype pour certains des défis auxquels nous devrons faire face sur Mars."

Version originale : Aria Bendix/Business Insider


Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Ces villes à plusieurs milliards de dollars tout droit sorties de la science-fiction devraient bientôt devenir réalité

VIDEO: Pour commander un cocktail dans ce bar vous devez déchiffrez des codes comme un espion pendant la guerre