Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

L'UE publie son plan officiel concernant les négociations du Brexit

L'UE publie son plan officiel concernant les négociations du Brexit
© REUTERS/Darrin Zammit Lupi
  • Les discussions concernant un accord commercial pourront commencer uniquement lorsqu'il y aura "suffisamment de progrès" fait concernant les modalités de sortie du Royaume-Uni de l'Union, dit l'UE.
  • Les négociations se feront en trois temps.
  • Garantir les droits des citoyens de l'UE constitue "une priorité" pour l'UE.
  • Le président du Conseil européen Donald Tusk: l'UE ne veut pas punir le Royaume-Uni pour avoir choisi le Brexit.

Le président du Conseil européen Donald Tusk a publié une lettre qui résume la manière dont l'Union européenne va aborder les négociations concernant le Brexit avec le Royaume-Uni.

Dans cette ébauche envoyée au gouvernement britannique et aux 27 autres pays membres de l'UE, Donald Tusk a répété que les discussions concernant un accord commercial sur le long terme entre l'UE et le Royaume-Uni ne pourraient débuter qu'une fois qu'il y aura "suffisamment de progrès" fait sur les conditions de sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Un avis partagé par la chancelière allemande Angela Merkel et le président sortant François Hollande ce jeudi.

Le document dit que garantir les droits des citoyens européens vivant au Royaume-Uni et des Britanniques vivant dans l'un des pays du bloc des 28 constituera "une priorité" pour l'UE, lorsque les négociations seront officiellement lancées.

L'autre problème qui devra être réglé avant le début des discussions concernant un futur accord commercial est le montant que le Royaume-Uni doit payer à l'UE, dans le cadre du règlement de leur divorce.

L'UE a demandé environ 58 milliards d'euros mais la première ministre britannique Theresa May et le ministre chargé du Brexit David Davis aimeraient donner une somme beaucoup moins conséquente.

L'ébauche de la lettre de l'UE affirme que le Royaume-Uni ne devra effectuer qu'un seul paiement.

La lettre de l'UE précise que les négociations se feront en trois temps:

  • La première phase des négociations servira à régler certaines questions clés comme le montant du divorce, les droits réciproques des citoyens de l'UE et le problème d'une frontière ferme entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande.
  • Puis, le Royaume-Uni et l'UE discuteront d'un futur accord commercial entre les deux parties.
  • Enfin, les deux parties négocieront sur la mise en place éventuelle d'un arrangement de transition.

La lettre sera envoyée aux 27 pays membres de l'UE pour approbation, avant le sommet de l'UE qui devrait se tenir à la fin du mois d'avril. Deux Etats membres ne voulaient pas que cette lettre soit rendue publique, a rapporté Sky.

Lors d'un point presse à Malte ce vendredi matin, Donald Tusk a admis que les négociations sur le Brexit seraient difficiles et conduiraient peut-être même à une confrontation, mais il a souligné que l'UE ne cherche pas à punir le Royaume-Uni pour avoir décidé de sortir de l'UE:

"L'Union des 27 ne cherche pas et ne cherchera pas à adopter une approche punitive — le Brexit en soi est déjà une punition assez grande".

Le premier ministre maltais Joseph Muscat a partagé le point de vue de Donald Tusk, en disant que les négociations sur le Brexit seront "très dures" et "sans précédent" pour l'Union européenne — mais a ajouté qu'il "n'y aura pas de guerre" avec le Royaume-Uni.

Vous pouvez lire le projet de lettre ci-dessous:

La première ministre Theresa May a déclenché l'Article 50 du traité de Lisbonne mercredi dernier, amorçant ainsi officiellement la sortie du Royaume-Uni de l'UE. En réaction à l'ébauche de la lettre, un porte-parole du gouvernement britannique a dit:

"Ce sont des premières lignes directives et nous sommes impatients de commercer les négociations une fois qu'elles auront été officiellement approuvées par les 27 Etats membres."

"Il est clair que les deux parties veulent aborder ces négociations de façon constructive, et la première ministre Theresa May a dit cette semaine qu'elle souhaitait assurer un partenariat fort et spécial entre le Royaume-Uni et l'UE."

Version originale: Adam Payne/Business Insider UK

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :