L'UFC-Que choisir demande à relever le seuil d'interdiction des vols intérieurs à 4 heures

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

L'UFC-Que choisir demande à relever le seuil d'interdiction des vols intérieurs à 4 heures
Le projet de loi Climat vise entre autres à supprimer certaines lignes aériennes intérieures lorsqu'il existe une alternative par train. © Superalbs/Wikimedia Commons

L'UFC-Que choisir demande vendredi de faire passer à 4 heures le seuil d'interdiction des vols intérieurs lorsqu'une alternative existe par train, les 2 heures 30 prévues par le projet de loi Climat aboutissant selon elle à un "gain environnemental dérisoire". L'association de défense des consommateurs estime que placer la limite à 2 heures 30 va aboutir à la suppression de seulement cinq lignes, Paris-Bordeaux, Paris-Lyon, Paris-Nantes, Paris-Rennes et Lyon-Marseille, représentant au total 12% du trafic intérieur en France.

Mais les réductions d'émissions de CO2 ne représenteraient que 3,5% du transport aérien métropolitain, souligne l'UFC-Que choisir. La différence s'explique par des exemptions prévues pour les vols en correspondance dans le projet de loi "Climat et résilience", en cours d'examen au Parlement. Cette mesure constitue un "chemin direct vers une mesure inopérante", dénonce l'organisme, qui préconise d'exempter "non les lignes mais les voyageurs, lorsqu'ils peuvent apporter la preuve qu'ils sont en correspondance". "Cela amènerait les compagnies à réduire en proportion leur nombre de vols, et à préserver la portée de la mesure sans sacrifier l'accès aux vols longs courrier depuis tout le territoire", argumente l'UFC.

À lire aussi — Le trafic aérien reprendra encore plus faiblement que prévu en 2021

Plus largement, l'association demande aux parlementaires de revenir aux propositions de la Convention citoyenne sur le climat qui fixaient le seuil à 4 heures. Dix-huit lignes aériennes seraient concernées, dont Paris-Marseille, aboutissant à une baisse des émissions de carbone de l'aérien de 12,5%. L'UFC assure que le train pourrait absorber le report du trafic aérien dans ce scénario, tout en concédant que "des déficits d'offre pourraient apparaître aux heures de pointe ou les jours de forte affluence", et que certaines liaisons prendraient plus de temps.

Pour les clients, même si le train est en moyenne moins cher que l'avion sur ces trajets, l'UFC s'inquiète d'un "risque de monopole SNCF" qui pourrait être atténué par l'ouverture à la concurrence, et souligne la nécessité pour le rail de proposer des prestations "à la hauteur" des attentes des usagers, "en termes d'offre, de fiabilité et de confort".

À lire aussi — La SNCF réfléchirait à plafonner le prix des billets de TGV en 2021

Découvrir plus d'articles sur :