L'un des lauréats du prix Nobel de physique 2019 explique pourquoi le terme 'Big Bang' est inapproprié

Illustration de ce que pourrait être le Big Bang. Getty Images/ Gary S. Chapman

Le Big Bang serait l'événement qui expliquerait comment l'univers a commencé il y a 13,8 milliards d'années. Selon les astronomes, l'univers est né comme un seul point puis s'est étendu pour devenir aussi grand qu'il l'est aujourd'hui, et il pourrait s'étirer encore plus. Ce terme est connu du grand public, mais pourtant, selon James Peebles, l'un des lauréats du prix Nobel de physique 2019, il est tout simplement inapproprié. En effet, il ne refléterait pas l'état actuel des connaissances sur le sujet, puisque les scientifiques n'ont pour l'instant aucune preuve concrète qu'une explosion géante serait à l'origine du début de l'univers.

Celui qui a reçu le prix Nobel de physique pour moitié pour ses "découvertes théoriques en cosmologie physique" a expliqué son point de vue lors d'un événement en l'honneur des lauréats des prix Nobel basés aux Etats-Unis, qui s'est tenu à l'ambassade de Suède à Washington (Etats-Unis) ce mercredi 13 novembre 2019, rapporte l'Agence France Presse (AFP) : "la première chose à comprendre dans mon domaine, c'est que son nom, la théorie du Big Bang, est tout à fait inapproprié. Il évoque la notion d'un événement et d'une position, deux choses qui sont tout à fait erronées".

A lire aussi — Une étude controversée assure que l'univers pourrait finalement ne pas s'étendre à l'infini

L'Américain âgé de 84 ans a précisé à l'AFP : "nous n'avons pas une idée précise de ce qui s'est passé à ce moment lointain de notre histoire. Nous avons des théories, mais elles n'ont pas été testées." Et de poursuivre : "vous découvrez quelles théories sont proches de la réalité en les comparant à des expériences. Nous n'avons pas de preuves expérimentales de ce qui s'est passé plus tôt."

Selon l'une des théories connues à ce jour, "la théorie d'inflation cosmologique", l'univers primitif a connu une expansion exponentielle pendant une infime fraction de seconde, ce qui lui a permis de grossir d'un facteur considérable — d'au moins 1026 et probablement beaucoup plus de l'ordre de 101 000 000 d'après d'autres modèles cosmologiques. Au sujet de cette théorie, le professeur émérite à l'université de Princeton a indiqué : "c'est une belle théorie. Beaucoup de gens pensent que c'est si beau que c'est sûrement juste. Mais les preuves sont très rares."

James Peebles n'a pas d'idée précise pour remplacer le terme "Big Bang" mais a rappelé que "pendant des années, certains d'entre nous ont essayé de persuader la communauté de trouver un meilleur terme sans succès. Alors, c'est 'Big Bang'. C'est dommage, mais tout le monde connaît ce nom." Et d'ajouter : "j'ai abandonné, j'utilise Big Bang, je n'aime pas ça."

Sur son blog éducatif NASA Science Space Place, la NASA a suggéré que l'on pourrait employer le terme "Everywhere Stretch" ("ça s'étire partout" en français) pour parler de l'événement à l'origine de l'univers, en référence au fait que l'univers serait en constante expansion, y compris aujourd'hui. Mais une étude controversée publiée dans Nature Astronomy affirme que l'univers aurait une forme courbée et fermée à l'image d'une sphère gonflable. Si l'univers a cette forme, son expansion finirait par s'arrêter.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Vous pouvez voler à bord de la Crew Dragon de SpaceX grâce à une nouvelle appli de la NASA, voici ce que ça donne

VIDEO: Combien d'enfants un être humain peut-il avoir dans sa vie ?