Publicité

L'une des pilotes de Perseverance explique comment elle conduit le rover sur Mars à distance

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

L'une des pilotes de Perseverance explique comment elle conduit le rover sur Mars à distance
Non content de rouler sur Mars, Perseverance embarque également un hélicoptère. © NASA/JPL-Caltech
Publicité

Cela fait environ un an que le COVID-19 a été déclaré pandémie et, comme la plupart des entreprises, la NASA est toujours en train de gérer les effets et les défis permanents posés par la crise. Mais contrairement à d'autres entreprises, l'agence spatiale américaine le fait tout en menant une mission extrêmement ambitieuse sur Mars. Pour les ingénieurs et les scientifiques qui travaillent sur la mission Mars 2020 avec son rover Perseverance au Jet Propulsion Laboratory (JPL) en Californie, l'un des principaux défis consiste à s'adapter à de nouveaux styles de travail. Ainsi, par exemple, certains conducteurs de rover ont adopté un modèle de travail hybride.

Insider s'est entretenu avec Heather Justice, une ingénieure de la NASA faisant partie de l'équipe du rover Perseverance, sur les défis que représente la conduite de l'engin. Elle a également expliqué comment elle parvient à exécuter des commandes et à faire de nouvelles découvertes scientifiques pendant une pandémie, tout en opérant à l'heure de Mars.

À lire aussi — La NASA veut faire décoller un hélicoptère sur Mars début avril

Heather Justice travaille à la NASA depuis 2011 et participe à la mission Mars 2020 en tant que pilote de rover. Elle était la conductrice principale du rover Opportunity, qui a parcouru plus de 45 km et a été opérationnel sur Mars de 2004 à 2018. Confrontée à des interdictions, à des restrictions et des mesures de distanciation sociale, elle a expliqué le changement de mode d'exploitation de Perseverance, lancé le 30 juillet 2020, et le travail en équipe des équipes. "Cette mise en œuvre d'un tout nouveau rover sur Mars est vraiment différente", a-t-elle déclaré.

En temps normal, avec les rovers précédents, toute l'équipe venait au Jet Propulsion Laboratory, se réunissait et travaillait ensemble sur les opérations pendant les deux premiers mois. "Il s'agit d'une expérience de cohésion de groupe pour tous les ingénieurs et scientifiques qui travaillent ensemble", explique Heather Justice. Elle ajoute : "En tant que conducteurs du rover, nous nous réunissons aussi pour regarder les images et dire : 'OK, cette partie du terrain semble abrupte, ou 'cette partie semble présenter des risques pour notre conduite'. À présent, nous ne pouvons plus vraiment faire ça. Nous ne pouvons pas tous nous réunir autour d'un ordinateur, ce qui rend les choses un peu plus difficiles."

L'équipe de Perseverance a dû réfléchir à de nouvelles façons de travailler, compte tenu des effets de la pandémie. L'équipe avait l'habitude de travailler dans une installation organisée comportant de nombreuses grandes salles, où tous les scientifiques et ingénieurs se rassemblaient. "Au lieu de cela, nous n'avons que quelques ingénieurs principaux qui doivent vraiment collaborer au laboratoire, mais qui sont répartis sur de nouveaux postes de travail très éloignés les uns des autres", a déclaré l'ingénieure. "Nous devons en quelque sorte nous crier dessus depuis nos postes de travail séparés, mais cela facilite quelque peu la collaboration, sans avoir à se préoccuper de toutes les réunions virtuelles."

Les séquences qui commanderont sont décidées en visioconférence

Un défi particulier est né du fait que les équipes ne peuvent pas se réunir autour d'un ordinateur pour discuter de l'endroit où le rover va se déplacer. Au lieu de cela, les scientifiques et les ingénieurs doivent assembler toutes les séquences qui commanderont le rover chaque jour par le biais de systèmes de visioconférence. Selon Heather Justice, il s'agit d'un moyen de communication très apprécié des équipes, réparties sur les postes de travail en raison des restrictions liées à la distanciation sociale. Simultanément, les membres de l'équipe à distance, qui sont responsables de la caméra de navigation, doivent se coordonner avec les conducteurs du rover dans les laboratoires pour obtenir les images du terrain dont ils ont besoin.

Mais pour Heather Justice, il y a certainement eu beaucoup d'améliorations et d'évolutions dans le processus de conduite des rovers. L'accent a été mis en partie sur les systèmes de vol, où l'on a essayé de rendre Perseverance plus performant. Elle explique : "Un exemple serait la navigation autonome, nous avons fait beaucoup d'améliorations sur le logiciel afin que le rover puisse conduire plus loin par lui-même. Nous espérons qu'à terme, cela nous permettra d'effectuer plus facilement des trajets plus longs, ce qui nous permettra d'atteindre les endroits où la science veut vraiment que nous allions". "Des améliorations matérielles ont également été apportées : les roues sont différentes de celles de Curiosity, ce qui les rend plus robustes pour rouler sur des rochers pointus", a-t-elle ajouté.

La préparation était essentielle pour la conductrice avant qu'elle ne s'immerge dans la mission martienne. "J'ai veillé à ce que toutes les tâches importantes qui devaient être effectuées pendant cette période le soient à l'avance", a-t-elle déclaré. "Je me suis également assurée de faire des réserves de nourriture parce que je ne sais pas à quelle heure je vais pouvoir me rendre dans une épicerie pour acheter de la nourriture, si j'ai besoin de manger au milieu de la nuit".

Lorsqu'on lui a demandé comment elle gérait l'équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie privée, Heather Justice a indiqué que c'était difficile. "Nous travaillons aussi les week-ends, c'est sept jours sur sept, il y a certainement eu une période pendant laquelle j'ai oublié quel jour de la semaine nous étions."

"Ce n'est pas comme si vous aviez votre journée de travail de huit heures et que vous rentriez chez vous et que vous arrêtiez d'y penser", confie Heather Justice. Et puis, bien sûr, il y a le défi supplémentaire de travailler sur le temps de Mars : "Vous travaillez et dormez à des heures bizarres et cela change tous les jours — vous n'avez pas vraiment d'horaire fixe", a-t-elle ajouté.

Version originale : Zahra Tayeb/Insider

À lire aussi — La Nasa dévoile un panorama exceptionnel à 360 °de Mars à partir de 142 photos envoyées par Perseverance

Découvrir plus d'articles sur :