Publicité

L'Union européenne conclut un accord pour la mise en place d'un pass sanitaire

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

L'Union européenne conclut un accord pour la mise en place d'un pass sanitaire
Les états membres et le Parlement devront désormais approuver le déploiement du pass sanitaire lors d'une séance plénière courant juin. © Pixabay
Publicité

La Commission et le Conseil européens ont conclu un accord sur le pass sanitaire le jeudi 20 mai, a annoncé la Commission Européenne dans un communiqué. Ce précieux sésame, s'il est adopté par les 27 pays membres de l'Union européenne (UE), pourrait permettre à ses ressortissants de voyager sur le territoire sans être soumis à une quarantaine obligatoire ou à des opérations de dépistage supplémentaires. Le document, disponible en version papier et digitale sur smartphone, contiendra un QR code à scanner pour être admis dans chaque pays. Il devrait être disponible à partir du 1er juillet.

"Les citoyens Européens ont hâte de pouvoir voyager à nouveau et l'accord que nous avons conclu aujourd'hui prouve qu'ils pourront le faire très bientôt et en toute sécurité", a déclaré Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission Européenne, le 20 mai.

À lire aussi – Ce que vous devez savoir du pass sanitaire, indispensable pour profiter de l'été

La proposition de loi, présentée le 17 mars par la Commission, permet aux voyageurs de passer d'un pays à l'autre grâce à un test PCR négatif, un certificat de vaccination ou en prouvant qu'ils ont déjà contracté le Covid-19 et en sont guéris. Les États membres auront l'obligation d'accepter les vaccins autorisés par l'Agence européenne des médicaments (EMA), à savoir ceux des laboratoires Pfizer, Moderna, Astra Zeneca, Janssen, mais peuvent également valider une immunisation au Spoutnik (le vaccin russe) ou au Sinopharm (l'un des sérum chinois).

L'accord doit encore être approuvé

Certains eurodéputés ont demandé que les tests PCR contenus dans le pass sanitaire soient gratuits. La Commission européenne s'engage à injecter 100 millions d'euros dans ce projet afin de contribuer au financement de ces dépistages.

Les États membres et le Parlement devront désormais approuver cet accord lors d'une séance plénière courant juin. "Il nous reste encore du travail. Ce dispositif sera prêt dans quelques jours à l'échelle de l'Union européenne. Il est maintenant crucial que les Vingt-Sept adoptent le pass sanitaire et l'adaptent à leur système national pour qu'il soit utilisable le plus tôt possible", a ajouté Ursula Von der Leyen.

À lire aussi – L'Espagne annonce un pass sanitaire en juin et va pouvoir accueillir les touristes

Découvrir plus d'articles sur :