L'univers est plus jeune et grandit plus vite que ce que l'on pensait

Les scientifiques travaillent pour calculer la vitesse à laquelle l'univers s'expand. BI

Une nouvelle étude a révélé que l'univers est plus jeune et s'étend plus vite que nous ne le pensions. Les scientifiques considèrent qu'il faudra peut-être repenser la physique en conséquence. L'étude, dirigée par Adam Reiss, scientifique lauréat du prix Nobel, a révélé que l'univers s'élargit 9% plus rapidement que selon les calculs précédents fondés sur l'étude des conséquences du Big Bang.

L'étude d'Adam Reiss, astronome à l'Université Johns Hopkins, a été publiée la semaine dernière dans Astrophysical Journal et a utilisé les nouvelles mesures du télescope spatial Hubble de la NASA pour calculer le nouveau taux d'expansion de l'univers, que les scientifiques cherchent à découvrir depuis des années. Mais l'astronome, ainsi que d'autres scientifiques, pensent que le taux d'expansion obtenu par les deux études pourraient être corrects, ce qui signifie que le taux d'expansion de l'univers a augmenté. Ils disent également qu'une "nouvelle science physique" pourrait être nécessaire pour expliquer cette différence. Adam Reiss a déclaré que l'univers "dépasse toutes nos attentes dans son expansion, et c'est très troublant."

À lire aussi : 11 photos prises par le télescope Hubble de la NASA qui montrent des formes ressemblant à des animaux

L'astrophysicien de la NASA John Mather, qui a également remporté un prix Nobel, a déclaré que la différence entre les deux résultats sur le taux d'expansion pourrait être dus à deux choses, d'après The Associated Press : "Peut-être que nous faisons des erreurs que nous ne trouvons pas encore, ou bien il existe quelque chose dans la nature que nous ne comprenons pas encore." Mais Adam Reiss a écarté l'idée que les résultats pouvaient être dus à une erreur humaine. Il affirme que le "décalage" entre les deux taux "a augmenté et a atteint un point où il est vraiment impossible de le qualifier comme un hasard". "Ce n'est pas ce à quoi on s'attendait" a t-il dit avant d'ajouter : "C'est bien plus que deux expériences qui divergent."

Le télescope spatial Hubble de la NASA. Images NASA/Getty

"Nous mesurons quelque chose de fondamentalement différent. La première est une mesure de la vitesse à laquelle l'univers, tel que nous le connaissons, s'étend aujourd'hui. L'autre est une prédiction basée sur la physique de l'univers primitif et sur un calcul de la vitesse à laquelle il devrait s'étendre. Si ces valeurs ne concordent pas, il y a de fortes chances qu'il manque quelque chose dans le modèle cosmologique qui relie les deux époques."

"Il est de plus en plus certain que nous allons avoir besoin de quelque chose de nouveau pour expliquer cela", a-t-il dit. Une des théories, suggérée par Adam Reiss, est que la mystérieuse substance appelée "énergie noire" aurait pu accélérer l'expansion de l'univers.

L'astrophysicienne Wendy Freedman, de l'Université de Chicago, a également déclaré que les deux calculs semblent valides et que "personne ne peut trouver la faille pour le moment", que ce soit dans les études ou dans leurs résultats. À l'aide de mesures captées par le télescope Hubble, Adam Reiss a également calculé que l'univers a entre 12,5 milliards et 13 milliards d'années, il est plus jeune que les estimations précédentes de 13,6 milliards à 13,8 milliards d'années.

Version originale : Sinéad Baker/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Pourquoi le corps humain est formé d'un ensemble de poussières d'étoiles

Voici les plus grosses erreurs à éviter lorsque l'on boit du vin