Publicité

L'US Air Force alerte sur la menace chinoise, qui pourrait 'frapper depuis l'espace'

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

L'US Air Force alerte sur la menace chinoise, qui pourrait 'frapper depuis l'espace'
Le secrétaire à la force aérienne des États-Unis, Frank Kendall, s'exprime lors de la conférence Air, Space & Cyber à Fort Washington (Maryland), le 20 septembre 2021. © Mike Tsukamoto/Air Force Association
Publicité

Les états-majors en sont bien conscients : l'espace pourrait bientôt devenir un terrain d'affrontement comme un autre. Et ils se préparent en conséquence. Le secrétaire à la force aérienne des États-Unis, Frank Kendall, a alerté lundi 20 septembre sur la menace posée par la Chine, qui a le potentiel de "mener des frappes de grand ampleur depuis l'espace."

S'exprimant à l'occasion de la conférence gouvernementale Air, Space & Cyber, en banlieue de Washington, le haut-responsable a fait un parallèle avec le système de "tête orbitale", développé par l'Union soviétique durant la guerre froide : une arme nucléaire déployée en orbite basse pouvait enclencher une rentrée atmosphérique au moment opportun pour frapper n'importe où sur la planète.

À lire aussi — Pour Xi Jinping, les astronautes chinois dans l'espace ouvrent 'de nouveaux horizons'

"Si vous utilisez ce genre d'approche, vous n'avez pas besoin d'utiliser une trajectoire traditionnelle de missile balistique intercontinental. C'est un moyen d'éviter les systèmes de défense et les systèmes d'alerte de missiles", a expliqué Frank Kendall.

Le secrétaire américain à la force aérienne a aussi noté que Pékin possédait d'ores et déjà un satellite équipé d'un bras robotique en orbite, le Shijian-17. En avril, le commandant de l'US Space Command James Dickinson avait alerté sur le SJ-17, qui "pourrait être utilisé dans un futur système pour saisir d'autres satellites". Quelques jours plus tôt, le Center for Strategic and International Studies avait évoqué le "comportement inhabituel" du SJ-17 dans la ceinture géostationnaire.

"Les États-Unis ne veulent pas s'engager dans une guerre de l'espace, mais comme dans tous les domaines, l'armée américaine doit être préparée à un tel conflit, et cela demandera beaucoup de préparation et de changements", avait prévenu John Raymond, le chef des opérations spatiales américaines, lors de l'édition 2020 de la conférence Air, Space & Cyber.

Le patron de la Space Force s'est aussi attardé plus en détail sur ce qu'impliquerait un conflit spatial : "Les missiles antisatellites à ascension directe peuvent atteindre l'orbite terrestre basse en quelques minutes. Les attaques électroniques et les armes à énergie dirigée se déplacent à la vitesse de la lumière, et les capacités en orbite se déplacent à des vitesses supérieures à 28 000 kilomètres par heure."

À lire aussi — L'armée américaine veut placer des panneaux solaires dans l'espace pour alimenter ses bases en énergie

Découvrir plus d'articles sur :