Publicité

L'US Navy a déclenché des explosifs à côté de son nouveau porte-avions pour tester sa résistance

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Le porte-avions USS Gerald R. Ford a terminé le premier "événement explosif" prévu dans le cadre des essais Full Ship Shock Trials alors qu'il faisait route dans l'océan Atlantique le 18 juin 2021. © US Navy photo by Mass Communication Specialist 3rd Class Riley B. McDowell
Publicité

Le nouveau porte-avions de la marine américaine est soumis à des essais de choc, réalisés à l'aide d'explosifs actionnés pour simuler des aspects de conditions de combat réelles. L'USS Gerald R. Ford, premier d'une nouvelle classe de porte-avions, a effectué le premier "événement explosif" des essais de chocs en cours sur l'ensemble du navire vendredi 18 juin au large de la côte est des États-Unis, où la marine a fait détoner des explosifs à proximité.

La marine américaine a déclaré dans un communiqué que le porte-avions a été "conçu à l'aide de méthodes de modélisation informatique avancées, de tests et d'analyses pour s'assurer que le navire est endurci pour résister aux conditions de combat, et ces essais de choc fournissent des données utilisées pour valider la résistance aux chocs du navire."

À lire aussi — Des images satellites montrent les progrès réalisés par la Chine sur son nouveau porte-avions

US Navy photo by Mass Communications Specialist Seaman Jackson Adkins

Le compte Twitter officiel de l'USS Gerald R. Ford a tweeté le 19 juin que "les dirigeants et l'équipage ont démontré l'état de préparation de la Marine en luttant contre le choc, prouvant que notre navire de guerre peut "prendre un coup" et poursuivre notre mission à la pointe de l'aviation navale.

Bien que la marine américaine a effectué des essais de choc avec d'autres navires, les derniers essais avec le Ford, le porte-avions le plus récent et le plus avancé du service, sont les premiers réalisés sur un porte-avions depuis 1987.

Selon l'US Navy, les derniers essais de choc sur un porte-avions remontaient au porte-avions de classe Nimitz USS Theodore Roosevelt.

À lire aussi — Les 10 plus gros porte-avions du monde

US Navy photo by Mass Communication Specialist 3rd Class Zachary Melvin

Les essais de chocs sont conçus pour tester la résistance des navires de guerre de la marine américaine à de fortes vibrations et pour identifier les vulnérabilités potentielles liées aux chocs dans un navire de combat.

Une étude de 2007, parrainée par l'Office of Naval Research et menée par le programme JASON de la MITRE Corporation, suggère que les essais de chocs de la marine américaine trouvent leur origine dans des observations de la Seconde Guerre mondiale.

Navy photo by Mass Communication Specialist 3rd Class Riley B. McDowell

Les explosions proches, même lorsque les navires ne sont pas directement touchés, envoient des ondes de haute pression dans leur direction.

Au cours du dernier conflit mondial, "on a découvert que, même si ces explosions "proches" ne causent pas de graves dommages à la coque ou à la superstructure, le choc et les vibrations associés à l'explosion immobilisent néanmoins le navire, en mettant hors service des composants et des systèmes essentiels", indique l'étude.

"Cette découverte a conduit l'US Navy à mettre en œuvre une procédure rigoureuse d'essais de durcissement aux chocs", précise le rapport, en faisant référence aux essais de chocs.

À lire aussi — Ce que l'on sait du Xian-H20, le futur bombardier chinois qui peut transporter des missiles nucléaires

US Navy photo by Mass Communication Specialist 3rd Class Riley B. McDowell

La marine américaine a déclaré que les essais sont menés de manière à "respecter les exigences en matière d'atténuation des effets sur l'environnement, ainsi que les schémas de migration connus de la vie marine dans la zone d'essai". "

Le service a également déclaré qu'il utilisé "des protocoles étendus tout au long des [essais de chocs sur l'ensemble du navire] pour assurer la sécurité du personnel militaire et civil participant à l'évolution des essais."

Après avoir terminé les essais de chocs sur l'ensemble du navire, le porte-avions retournera à la jetée de Newport News Shipbuilding pour sa première disponibilité progressive prévue, une période de six mois au cours de laquelle le navire subira "des travaux de modernisation, d'entretien et de réparation avant son utilisation opérationnelle", a déclaré la marine américaine.

En tant que premier navire de sa catégorie, l'USS Gerald R. Ford a connu des dépassements de coûts, des retards de développement et des revers technologiques, mais l'US Navy poursuit son projet.

La marine américaine prévoyait que le porte-avions serait prêt à être déployé en 2024, mais en mai, le contre-amiral James Downey, responsable du programme des porte-avions, a laissé entendre que le service pourrait être en mesure d'y arriver plus tôt.

Il existe trois autres porte-avions de classe Ford à différents stades d'acquisition et de développement, à savoir l'USS John F. Kennedy (CVN-79), l'USS Enterprise (CVN-80) et l'USS Doris Miller (CVN-81).

Version originale : Ryan Pickrell/Insider

À lire aussi — Voici les sous-marins russes qui remplaceront les lanceurs de missiles balistiques de l'ère soviétique

Découvrir plus d'articles sur :