L'US Navy veut équiper ses frégates furtives d'une douzaine de missiles hypersoniques

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


L'USS "Michael Monsoor", le deuxième des trois destroyers à missiles guidés de la classe Zumwalt. © U.S. Navy photo by Chief Mass Communication Specialist Shannon Renfroe

L'US Navy prévoit de doter chacune de ses trois frégates de classe Zumwalt d'une douzaine de missiles hypersoniques, selon les derniers documents budgétaires rendus publics. Le département américain de la Marine a inclus dans sa proposition de budget pour l'exercice 2022 une demande de financement pour l'installation de l'arme conventionnelle de frappe rapide (Conventional Prompt Strike — CPS) sur les trois navires de la classe Zumwalt.

Selon le document, cela permettra de disposer "d'une capacité de frappe à longue portée flexible, lancée par un combattant de surface, qui tire parti d'une conception furtive pour réaliser des frappes de précision avec une faible susceptibilité au contre ciblage". Pour équiper les navires de missiles CPS, l'US Navy prévoit de modifier les navires et d'installer un système de lancement à froid "pouvant transporter jusqu'à douze cartouches par navire".

À lire aussi — Une frégate française intercepte une cible supersonique volant à plus de 3 000 km/h

Cette partie de la demande de budget de 211,7 milliards de dollars (environ 173,7 milliards d'euros) formulée par la marine américaine, qui a d'abord été évoquée par Defense Daily, offre une image plus claire de la façon dont les destroyers furtifs de la classe Zumwalt pourraient combattre dans un potentiel conflit futur.

L'USS "Zumwalt" en formation avec l'USS "Independence" et l'USS "Bunker Hill" en décembre 2016.  US Navy

Changement de stratégie

À l'origine, l'US Navy envisageait d'utiliser les frégates furtives de la classe Zumwalt pour combattre depuis les littoraux et soutenir les troupes au sol grâce aux deux canons de 155 mm du système d'armement avancé (Advanced Gun System).

Ce puissant système de canon, le plus grand construit et installé sur un navire de guerre depuis la Seconde Guerre mondiale, pouvait tirer 10 salves par minute sur des cibles situées jusqu'à 83 milles nautiques, soit 153 kilomètres.

Les plans de la marine américaine pour les frégates ont été bouleversés en 2016 — seulement quelques semaines après la mise en service du premier-né de la classe, l'USS Zumwalt (DDG-1000) — lorsque la réduction de la taille de la classe de près de trois douzaines de navires à seulement trois a entraîné une forte augmentation du coût des munitions pour les canons principaux.

Un seul projectile d'attaque terrestre à longue portée allait coûter près d'un million de dollars (environ 820 000 euros). Incapable de payer les munitions, l'US Navy a été contrainte de couper le robinet et de repenser l'armement des frégates de la classe Zumwalt.

La marine a choisi de modifier la mission des destroyers, passant de l'attaque terrestre à la guerre de surface, afin de les transformer en tueurs de navires furtifs, mais des questions subsistaient quant à leur armement.

À lire aussi — Comment la Chine tente de résoudre le plus gros problème de ses avions de chasse

L'USS "Zumwalt" dans l'océan Atlantique pendant les essais de réception, le 21 avril 2016. US Navy

Le chef adjoint des opérations navales pour les systèmes de guerre a déclaré en 2018 que la marine américaine avait "déterminé que le meilleur avenir pour ce navire est de le déployer avec la capacité qu'il a et d'en retirer le système de canon avancé, en laissant tout le reste en place. "

Il a également expliqué que le Zumwalt, le navire de l'US Navy le plus avancé technologiquement, serait "un candidat pour tout système d'armement avancé que nous développons."

Il a un temps été question d'armer le Zumwalt avec le canon électromagnétique que la marine américaine a passé des années à développer, mais cette arme ne s'est jamais vraiment matérialisée. La toute dernière demande de budget de la marine suggère que le développement de cette arme, conçue pour tirer des projectiles hypervéloces, n'est plus financé.

Bien que la marine a eu du mal à résoudre les difficultés liées à l'armement avancé, elle a fait ses preuves sur d'autres types d'armements. L'USS Zumwalt a été livré à l'US Navy avec un système de combat fonctionnel au début de l'année dernière. En mai 2020, le Zumwalt a testé pour la première fois le canon de 30mm mark 46 MOD 2, un canon naval télécommandé à grande vitesse destiné à éliminer les menaces en surface de petite taille mais rapides. En octobre, le navire a testé pour la première fois un missile SM-2.

À lire aussi — Pourquoi la nouvelle classe de sous-marins russes inquiète la Marine américaine

L'USS Zumwalt a effectué avec succès le premier essai de tir réel du système de lancement vertical MK 57 avec un Missile Standard 2. US Navy

En avril, le chef des opérations navales, l'amiral Mike Gilday, a révélé que les frégates de la classe Zumwalt seront les premiers navires de guerre du service à être armés de missiles hypersoniques, plus précisément de l'arme CPS de la marine.

Le Conventional Prompt Strike, qui, selon la marine, "améliorera la projection de la puissance conventionnelle des États-Unis grâce à une plus grande portée, à un temps de vol plus court et à une meilleure capacité de survie face aux défenses ennemies", utilise le Common-Hypersonic Glide Body (C-HGB) que l'armée et la marine développent ensemble et ont testé en vol avec succès en mars 2020.

Le corps de glissement hypersonique fait partie d'une arme hypersonique qui porte l'ogive. Lancé à l'aide d'un propulseur de fusée conventionnel, le corps planant finit par se séparer de la fusée et poursuit ensuite sa route vers la cible. Après la séparation, le corps planant n'est plus capable d'accélérer, mais il conserve la capacité de manœuvrer.

Livraison prévue pour 2025

Les armes hypersoniques peuvent voler à des vitesses d'au moins Mach 5, mais c'est leur maniabilité, leur imprévisibilité et leur trajectoire de vol inhabituelle qui les rendent particulièrement dangereuses. Les systèmes de défense anti-aérien et antimissile existants ne sont pas bien adaptés pour faire face à ce type de menace.

La marine affirme que le CPS "fournira une capacité de frappe offensive conventionnelle hypersonique par le biais d'une trajectoire de vol accéléré et de vol plané, afin de poursuivre des cibles terrestres moyennement résistantes dans des environnements disputés et dans un laps de temps critique".

Parce que ces armes sont difficiles à vaincre, les missiles hypersoniques sont devenus un domaine clé de la compétition stratégique entre les États-Unis et leurs rivaux, la Chine et la Russie.

L'amiral Mike Gilday a affirmé en avril que cette nouvelle arme devrait équiper la flotte de l'US Navy d'ici 2025. Après l'installation du missile hypersonique CPS sur les frégates Zumwalt, la marine américaine travaillera pour l'octroyer aux sous-marins de la classe Virginia.

Version originale : Ryan Pickrell/Insider

À lire aussi — Voici comment fonctionne la nouvelle arme anti-drone de l'armée américaine

Découvrir plus d'articles sur :