LVMH, Hermès et Kering chutent en Bourse à cause de l'épidémie de coronavirus en Chine

Un magasin de la marque Gucci, appartenant au groupe Kering, à Hong Kong, en Chine, en juillet 2019. Kyle Lam/Bloomberg/ Getty Images

Les entreprises du secteur de luxe sont malmenées à la Bourse de Paris depuis lundi 20 janvier. La chute de leurs cours est liée à la Chine et au nouveau virus qui laisse craindre une vaste épidémie. Six personnes sont déjà décédées à Wuhan, ville du centre de la Chine, des suites d'une pneumonie provoquée par un coronavirus de type inconnu jusqu'à présent. La situation est suffisamment préoccupante pour que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) décide de convoquer une réunion d'urgence mercredi pour déterminer la réponse internationale à apporter à l'épidémie. 

Le virus s'est déjà propagé à plusieurs grandes villes chinoises — Pékin, Shanghai et Shenzhen — ainsi qu'en Corée du Sud, en Thaïlande et au Japon. Les investisseurs craignent que l'épidémie ne pèse sur l'activité économique, comme le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) qui avait affecté plus de 8 000 personnes et entraîné 774 décès en 2003, selon l'OMS. Les craintes sont d'autant plus vives que le virus peut se propager d'homme à homme et que la population chinoise tend à multiplier les déplacements à l'occasion du Nouvel An lunaire.

Une nouvelle épidémie pourrait entraîner des mesures douanières pour limiter les déplacements et avoir des répercussions sur le PIB de la Chine et d'autres économies de la région Asie-Pacifique.

Forte exposition au marché chinois

Les valeurs du luxe affichent parmi les plus lourdes pertes au sein CAC 40 depuis hier. Elles sont particulièrement affectées en raison de leur exposition au marché chinois, qui constitue un moteur pour leurs ventes, et aux achats des touristes asiatiques. À 11h30 mardi matin, l'action LVHM recule ainsi de 2,68%, après avoir déjà perdu 2,12% la veille. Hermès cède également 1,90%, après un repli de 1,19% lundi. Kering, propriétaire notamment des marques Gucci et Yves Saint Laurent, accuse la plus forte chute, de 3,71%, après un recul de 1,84% la veille. Enfin l'Oréal abandonne aussi 1,90%, après avoir perdu 0,36% lundi.

Aux craintes liées à la propagation du virus et à son éventuelle mutation, s'ajoute "la dégradation de la note de crédit de Hong Kong", précise Alexandre Baradez auprès de BFM Bourse. La note à long terme de la place financière a été abaissée par l'agence de notation Moody's, qui souligne la mauvaise gestion des mois de manifestations dans l'ancienne colonie britannique par le gouvernement.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici les secteurs dans lesquels investir votre argent en 2020

VIDEO: L'armée américaine peut attraper des drones en plein vol grâce à une technique aérienne innovante