Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Emmanuel Macron a fait une analogie très simple avec le mariage pour justifier la suppression d'une taxe payée par 128 personnes après son lancement

Emmanuel Macron a fait une analogie très simple avec le mariage pour justifier la suppression d'une taxe payée par 128 personnes après son lancement
© REUTERS/Benoit Tessier/Pool

Emmanuel Macron veut supprimer une taxe qui a fait beaucoup de bruit et génère peu de recettes, a annoncé le président français dans un entretien au magazine américain Forbes.

Dite "exit tax", elle avait été instaurée par Nicolas Sarkozy en 2012 pour lutter contre l'évasion fiscale en ponctionnant les plus-values générées par un résident fiscal français qui transfère son domicile fiscal hors de France sur la revente de patrimoine dans les huit ans suivant son départ.

Selon le Parisien, elle a concerné 128 personnes et rapporté 63 millions d'euros de recettes en 2013. En 2017, les recettes s'élevaient à 70 millions d'euros.

Pour démontrer au magazine américain pourquoi cela "n'a pas de sens", Emmanuel Macron a fait une analogie limpide avec une relation de couple:

"Les gens sont libres d'investir où ils veulent. Si vous êtes doué d'un pouvoir d'attraction, tant mieux, mais si non, on devrait pouvoir divorcer. Je pense que, si vous voulez vous marier, vous ne devriez pas expliquer à votre partenaire que 'si tu veux m'épouser, tu ne seras pas libre de divorcer'. Je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure manière de vous faire aimer par une femme ou un homme. Donc je suis pour la liberté de ses marier et la liberté de divorcer."

Cette absence de "liberté de divorcer" aurait poussé des startups, "considérant la France moins attractive" à "lancer leurs projets en partant de zéro à l'étranger afin d'éviter cet impôt", a-t-il ajouté, soulignant que son impact "est infime et cela représente un coût d'opportunité".

Le projet d'Emmanuel Macron a suscité de vives réactions, de la part d'opposants qui l'accusent d'être "le président des riches".

"@emmanuelmacron annonce la suppression de l'"exit tax" une taxe créée sous N. Sarkozy pour lutter (un peu) contre l'évasion fiscale. Tout cela dans... Forbes. On dirait une parodie caricaturale", s'est agacée Cécile Duflot sur Twitter.

"Macron, toute honte bue, remercie les retraités de payer plus de #CSG et annonce la suppression de "l'exit tax" créée par Sarkozy pour limiter l'évasion fiscale", a martelé Benoît Hamon.
"Le Président des très riches annonce en anglais dans le magazine Forbes qu'il leur supprime l'Exit tax ... les retraités modestes n'acceptent pas votre Merci", a observé Nadine Morano.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :