Mais où Amazon construira son second siège ? Après l'échec de New York, l'opposition locale grandit en Virginie

Crystal City fait partie du quartier nord de la Virginie dans lequel Amazon s'installe, on l'a surnommé 'National Landing'. Kif Leswing

Suite au retrait par Amazon de son deuxième projet de siège (appelé "HQ2") à New York, certains activistes et dirigeants locaux de l'État de Virginie ont également exprimé leurs préoccupations. Plus tôt en février, Amazon avait annoncé que l'entreprise ne poursuivrait pas son projet HQ2 à New York, invoquant les réticences des politiques locaux. La décision a choqué le grand public et la réaction fut mitigée parmi les partisans et les détracteurs du projet. L'attention s'est ensuite naturellement portée sur la Virginie, où Amazon s'était fixé pour objectif de développer l'autre moitié de son projet HQ2. Amazon avait prévu de construire une zone récemment appelée "National Landing", qui comprend Crystal City, la partie est de Pentagon City et la partie nord de Potomac Yard à Alexandria et Arlington. À l'époque, la réaction des communautés locales avaient été plus modérée qu'à New York.

Mais aujourd'hui, les dirigeants locaux de Virginie se mettent également à faire du bruit. Ils voudraient eux aussi réexaminer l'accord conclu entre le comté d'Arlington, Amazon et l'État de Virginie, qui devrait offrir des avantages fiscaux pouvant atteindre 550 millions de dollars (environ 483 millions d'euros) en échange de l'embauche de 25 000 personnes dans la région. Le comté a également offert à la société 23 millions de dollars (20 millions d'euros) sur 15 ans, liés à la hausse de la taxe sur les chambres d'hôtel, qui a rapporté au total 573 millions de dollars (503 millions d'euros).

Une coalition appelée "For us, not Amazon" exprime de nombreuses préoccupations soulevées à New York, à savoir que la hausse des coûts du logement et la gentrification pourraient pénaliser la classe ouvrière.

Au niveau du comté, un débat est en cours autour des 23 millions de dollars de subventions accordées à la société. Le conseil du comté d'Arlington votera pour approuver ces subventions le 13 mars prochain.

Au moins deux membres du conseil — Erik Gutshall et Matt de Ferranti — ont déclaré au site de presse locale ARLnow.com qu'Amazon ne s'était pas assez impliqué avec la communauté locale et son conseil avant le vote.

"Je ne comprends pas vraiment pourquoi ils ne sont pas ici… il faut qu'ils se montrent", a déclaré Gutshall à ARLnow. "Sans une logique ou une justification vraiment claire de leur part, j'hésiterais vraiment à voter sur l'accord octroyant des avantages fiscaux sans qu'ils aient un engagement significatif dans la communauté. En fait, je ne nous vois pas voter à ce sujet sans qu'ils n'aient fait ces efforts d'abord".

Un porte-parole de la société a déclaré à ARLnow.com dans un communiqué : "Nous avons rencontré des responsables de la communauté pour discuter des plans de notre deuxième siège social à National Landing et nous continuerons à le faire à l'avenir".

Amazon est connu pour sa culture 'dog-friendly'. AP / Elaine Thompson

Quelques activistes locaux ont une idée assez claire des actions que le conseil d'administration devrait entreprendre.

"Le comté devrait voter contre l'accord", a déclaré lundi Roshan Abraham, un organisateur de Our Revolution Arlington, lors d'une réunion, selon le Washington Business Journal. "Si Amazon choisit de ne pas venir à Arlington avec plus de 23 millions de dollars, bon débarras." 

Roshan Abraham a publiquement critiqué l'accord depuis son annonce, essentiellement pour les mêmes raisons que les critiques concernant les bureaux Amazon à New York.

"Il n'y a eu aucune avancée vers les communautés à faibles revenus, la classe ouvrière et les populations noires d'Arlington, qui seront les plus touchées par l'arrivée d'Amazon", a ajouté Roshan Abraham. "Beaucoup de gens s'inquiètent de la hausse des coûts du logement, de la position antisyndicale d'Amazon et de ses pratiques en termes de travail."

Le marché immobilier en Virginie aurait déjà subi les effets de l'arrivée d'Amazon dans la région. Des représentants des agences immobilières Redfin et de Realtor.com ont tous deux déclaré au journal USA Today que la spéculation immobilière à Arlington avait augmenté après l'annonce du retrait d'Amazon à New York.

Le prix de vente médian des maisons dans le comté est passé de 545 000 dollars (478 000 euros) en octobre à 605 000 dollars (531 000 euros) en janvier, soit une hausse de 11%, ont-ils déclaré au journal. Le nombre de maisons vendues a augmenté même pendant l'hiver, lorsque les ventes de maisons sont généralement en baisse.

Au niveau des États, au moins un délégué de la Chambre de Virginie serait prêt à s'opposer à l'accord : Lee Carter. On ignore quels soutiens il a reçus à Richmond au sein de la Chambre et en dehors.

L'engagement d'Amazon ne faiblit pas pour le moment. "Nous sommes ravis d'implanter notre nouveau siège social d'Amazon à National Landing et d'aider à soutenir la communauté", a déclaré un porte-parole d'Amazon à Business Insider dans un communiqué. "Les 25 000 nouveaux emplois créés par Amazon contribueront à compenser les plus de 34 000 emplois perdus à Arlington depuis 2003 en raison de BRAC (un processus utilisé par le gouvernement fédéral américain pour fermer des bases militaires jugées non nécessaires), des saisies et des fermetures d'agences fédérales, et contribueront à diversifier l'économie locale. Notre investissement de 2,5 milliards de dollars (2,2 milliards d'euros) générera plus de 3,2 milliards de dollars de recettes fiscales qui pourront être utilisées pour les services publics".

Les critiques virulentes d'Amazon en Virginie pourraient être encouragées par le retrait de son siège à New York. La société n'a pas de troisième ville dans laquelle elle prévoit d'implanter son projet HQ2, ce qui signifie qu'elle pourrait être bien plus déterminée à travailler en Virginie, qu'elle ne l'était pour New York.

Version originale : Dennis Green/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Amazon renonce à son siège à New York. On vous explique pourquoi certains habitants n'en voulaient pas

VIDEO: Nous avons interviewé Pepper, le robot humanoïde de SoftBank