Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Managers : six mesures à prendre pour vous prémunir d'un burnout

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Managers : six mesures à prendre pour vous prémunir d'un burnout
Le burnout n'est pas un stress ordinaire. © Maskot/Getty Images

Kristaps Brencans ne mâche pas ses mots pour décrire l'année écoulée : "C'était une inquiétude et un stress constants. J'étais tiré dans tellement de directions différentes et tout me semblait pressant". Kristaps Brencans, le chef du marketing de On the Map, une startup d'optimisation des moteurs de recherche basée à Miami, a déclaré que lorsque la pandémie a frappé au printemps dernier et a forcé les entreprises locales à fermer, les revenus de son entreprise ont chuté précipitamment. "Nous avions peur que notre entreprise ne survive pas", raconte-t-il.

Ses employés, quant à eux, avaient plus que jamais besoin de lui — les parents qui travaillent ont été mis à rude épreuve lorsque les écoles ont fermé au printemps, et de nombreux membres de son équipe ont dû prendre des congés pour s'occuper de membres de leur famille malades du Covid ; plusieurs ont perdu des êtres chers. "Mon équipe a traversé tellement de choses, et j'ai fait de mon mieux pour être là pour eux, mentalement et émotionnellement", assure-t-il. Il avait du mal à dormir. Il était souvent irritable avec sa femme et ses trois jeunes filles. Et il se sentait déconnecté d'un travail qui le passionnait habituellement. "Il était plus difficile de se motiver", se souvient-il. "La procrastination s'installait dans des domaines où elle ne l'aurait jamais fait normalement. J'avais l'impression d'échouer. C'était une boucle mauvaises habitudes-épuisement. "

À lire aussi — Ces six éléments de votre maison peuvent favoriser le stress selon des psychologues

Selon de nouvelles données de LinkedIn, le burnout des managers a bondi de 78 % entre le premier et le quatrième trimestre de 2020. Ce constat, basé sur environ 3,4 millions de questionnaires sur l'engagement des travailleurs, fournit une preuve éclatante du tribut psychologique que la pandémie de Covid-19 a fait payer aux managers du monde entier.

Ils ont dû naviguer dans de nouveaux systèmes, changer de modèle commercial et réinventer de nouvelles méthodes de travail pratiquement du jour au lendemain. Ils ont dû licencier des employés et réduire les salaires. Ils ont également dû faire face l'anxiété, les doutes et les contraintes de leurs employés, tout en faisant face à leurs propres défis personnels.

"Les managers ont supporté l'essentiel du stress lié au Covid", estime Justin Black, responsable de la science des personnes, pour Glint, une plateforme de ressources humaines appartenant à LinkedIn. "Ils ont dû répondre aux besoins de leurs équipes de manière incroyable — souvent à leurs propres frais."

L'épuisement professionnel (ou burnout) n'est pas un stress ordinaire. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il s'agit d'un diagnostic médical caractérisé par trois dimensions : un sentiment d'épuisement ou de manque d'énergie, des émotions négatives liées à votre travail et une efficacité professionnelle réduite. Les recherches montrent qu'il entraîne des coûts de santé de 125 à 190 milliards de dollars (de 105 à 160 milliards d'euros environ) par an rien qu'aux États-Unis.

À l'heure où cette pandémie reste omniprésente dans nos vies personnelles et professionnelles, parvenir à un équilibre harmonieux entre les deux peut sembler irréalisable. Mais les experts affirment qu'il existe des mesures que vous pouvez prendre pour surmonter l'épuisement professionnel — et aider vos employés à réduire leur niveau de stress, eux aussi.

Diagnostiquez la source de votre problème

L'épuisement professionnel survient lorsque vous êtes "mis au défi cognitivement et émotionnellement au-delà de vos capacités à gérer votre vie professionnelle et personnelle", estime Denise Rousseau, professeure à la Tepper School of Business de la Carnegie Mellon University.

Pour résoudre le problème, il faut comprendre la ou les raisons pour lesquelles vous vous sentez ainsi. Y a-t-il quelque chose qui se passe dans votre vie personnelle ? Votre travail a-t-il changé ? Les exigences de l'organisation ont-elles augmenté sans que le soutien soit à la hauteur ?

N'oubliez pas que vous n'êtes peut-être pas dans les meilleures conditions pour apprécier pleinement ce qui se passe autour de vous. Parlez de votre situation avec d'autres personnes — amis, mentors et autres personnes qui vous connaissent bien. Demandez-leur de vérifier vos théories et de vous aider à élaborer des solutions. "Vous ne voulez pas finir par blâmer vos employés pour quelque chose qui est de votre fait".

Réduisez votre liste de choses à faire

Les attentes irréalistes sont l'une des sources les plus courantes d'épuisement professionnel. "Si vous avez dix objectifs, vous n'avez pas d'objectifs", résume Denise Rousseau.

Au lieu de cela, dit-elle, vous devez réduire vos objectifs. Réfléchissez aux points sur lesquels vous devez concentrer votre attention, et soyez honnête quant à ce que vous et votre équipe pouvez raisonnablement accomplir. Rappelez-vous également qu'en tant que manager, vos propres tâches sont importantes, mais votre objectif premier est de développer et de soutenir vos employés. C'est vers cela que vous devez diriger la majeure partie de votre énergie.

Cherchez un sens à votre travail

L'apathie à l'égard de votre travail est un autre symptôme courant et une source d'épuisement professionnel. Pour contrer votre sentiment d'indifférence, concentrez-vous sur un but. Des études montrent que lorsque les gens ont l'impression que leur travail a un sens, ils sont plus engagés et plus productifs. "Trouvez un moyen de relier le travail que vous faites à quelque chose qui a du sens pour vous", a déclaré Eric Anicich, professeur adjoint à la Marshall School of Business de l'USC.

Quel service ou produit essentiel apportez-vous au monde ? Comment aidez-vous les gens à mener une vie meilleure ? Cherchez également un objectif concret. "Vous pouvez vous rendre compte qu'en ce moment, ce dont vos subordonnés directs ont besoin, c'est d'une épaule sur laquelle s'appuyer, et qu'en étant un collègue compatissant, vous les aidez à s'orienter dans leur vie", a-t-il déclaré.

À lire aussi — Ces 5 façons de gérer votre anxiété ne font qu'amplifier votre stress

Choisissez d'être (pragmatiquement) optimiste

Selon David Rock, PDG du NeuroLeadership Institute, il est essentiel de cultiver un état d'esprit résilient pour lutter contre le burnout. Pour s'en inspirer, il cite le paradoxe de Stockdale, un concept mis en avant par Jim Collins dans son livre "Good to Great - De la performance à l’excellence".

Ce paradoxe, qui doit son nom à l'amiral américain James Stockdale, torturé comme prisonnier de guerre au Vietnam, décrit la dualité psychologique qui lui a permis de survivre pendant ses huit années de captivité. Pour s'en sortir, James Stockdale devait avoir la discipline nécessaire pour affronter la dure réalité, tout en gardant l'espoir d'être un jour libéré.

La leçon à tirer pour les managers, selon David Rock, est "d'accepter la dureté de votre situation, tout en choisissant d'avoir l'espoir que tout va s'arranger".

Concentrez-vous sur ce que vous pouvez contrôler

Selon David Rock, l'optimisme pragmatique exige de concentrer son énergie sur ce que l'on peut contrôler. Maintenez l'ordre dans votre environnement : organisez votre espace de travail et bloquez des moments sans réunion dans votre agenda pour vous concentrer sur votre travail. Dormez suffisamment, mangez des aliments nourrissants et réservez-vous du temps pour prendre l'air et faire de l'exercice.

Il est également utile de clarifier les choses pour votre équipe. Par exemple, de nombreux travailleurs ne sont pas sûrs des projets de leur entreprise concernant le retour des employés au bureau. Saisissez l'occasion d'apaiser leur anxiété en disant à votre équipe qu'elle ne sera pas forcée de revenir au bureau (comme l'ont fait des entreprises telles que Spotify et Microsoft) ou en fixant un calendrier pour ce retour. Encore une fois, selon David Rock, votre objectif est d'aider les autres à retrouver un sentiment de contrôle — de "supprimer l'ambiguïté et de créer des certitudes."

Prenez le temps de vous 'réinitialiser'

Cela peut sembler banal ou trop simpliste, mais le meilleur remède contre l'épuisement professionnel est le temps d'arrêt. "Vous avez vécu d'adrénaline pendant l'année écoulée. Vous avez besoin d'un repos mental", conseille David Rock.

Parlez à votre patron de la possibilité de prendre des congés pour vous ressourcer. Au minimum, réservez quelques heures par jour pour vous déconnecter du travail. Faire une promenade dans la nature — ne serait-ce qu'une balade au parc du coin — fait des merveilles pour votre bien-être.

Faites-le pour le bien de votre équipe, voire pour le vôtre. Votre force tranquille sera contagieuse. "Les gens adoptent les émotions de la personne de haut rang dans le groupe", assure David Rock. "Si vous voulez que les gens soient calmes, vous devez l'exsuder".

En ce qui concerne Kristaps Brencans à Miami, la vie s'est améliorée. Son entreprise repose sur des bases solides — et elle a récemment enregistré certains de ses meilleurs mois en termes de revenus. Il dort mieux, fait plus d'exercice et se sent aussi plus motivé.

"Nous avons été contraints d'examiner de près nos priorités et nous avons élaboré un plan d'action : nous avons mieux ciblé nos efforts et amélioré ce que nous offrons à nos clients", a-t-il déclaré. "Nous nous en sommes sortis et nous sommes une meilleure équipe grâce à cela. C'était sans aucun doute une expérience d'apprentissage."

Version originale : Rebecca Knight/Insider

À lire aussi — Télétravail : 4 conseils de psy pour vous aider à séparer temps libre et temps de travail

Découvrir plus d'articles sur :