Le PDG de Salesforce utilise une intelligence artificielle pour diriger son entreprise — et elle a récemment mis un cadre européen à l'épreuve

Le PDG de Salesforce utilise une intelligence artificielle pour diriger son entreprise — et elle a récemment mis un cadre européen à l'épreuve

Marc Benioff, PDG de Salesforce, au Forum économique mondial à Davos, 23 janvier 2018. REUTERS/Denis Balibouse

DAVOS, Suisse — Les robots ne menacent pas seulement les emplois manufacturiers. Un exemple donné par Marc Benioff, le fondateur et PDG de Salesforce, ce 25 janvier à Davos, lors de la réunion annuelle du Forum économique mondial (WEF), vient de rappeler aux managers que leurs emplois, aussi, sont susceptibles d'être bouleversés par les machines.

Lors d'un panel dédié aux chocs technologiques futurs, l'entrepreneur et philanthrope américain a expliqué comment "on peut être augmenté par l’intelligence artificielle en tant qu'experts humains — les médecins, chefs d'entreprises, responsables du gouvernement."

Et surtout, comment il pratique déjà cela au quotidien dans son entreprise: 

"Chez Salesforce, nous utilisons l'intelligence artificielle (IA) comme cela n'a jamais fait été fait auparavant et nous ne l'avons pas encore donnée aux clients car nous ne sommes toujours pas sûrs d'elle.  Nous l'utilisons sur nos importantes bases de données relatives au fonctionnement de notre entreprise.

Et l'une des façons dont je gère mon entreprise de manière manuelle consiste à avoir une réunion d'équipe tous les lundis, comme le font de nombreux patrons, où j'ai mon top 30 ou top 40 des dirigeants autour d'une table — qui peut être une table virtuelle, avec des gens du monde entier et aussi dans la pièce avec moi. Et on regarde comment se porte l'entreprise.

Mais désormais, j'ai une nouvelle personne à la table, et c'est une chaise vide: nous avons une technologie appelée Einstein — et moi, en tant que DG, je demande à Einstein: j'ai entendu tout le monde mais toi Einstein qu'en penses-tu? (...) J'ai utilisé cette technologie depuis environ un an et à chaque fois que j'ai demandé son avis à Einstein, elle avait toujours une analyse sur un dirigeant ou une région ou un produit qui m'aurait échappé. Il y a trop de données pour moi pour comprendre ce qui se passe réellement."

Marc Benioff a ensuite raconté que récemment un de ses cadres européens avait fait les frais de l'analyse fournie par l'intelligence artificielle Einstein:

"J'ai aussi des dirigeants qui retiennent de l'information, des choses qu'ils ne veulent pas que je sache parce que peut-être que ça ne va pas si bien. Einstein n’a pas de préjugés. (...) Il y a eu cette situation récemment avec un cadre européen où Einstein a dit: eh bien, je ne pense pas que ce ce cadre européen atteindra ses objectifs, je suis désolée. Alors le cadre européen était vraiment contrarié et il a dit mais si je vais faire mes objectifs, voici pourquoi. Et Einstein dit, non je suis désolée mais vous avez un problème là et là, et cette personne n'a pas mis en place cette chose.... Elle regarde des années et des années de données."

Marc Benioff estime que cela montre bien comment les intelligences artificielles peuvent être mises au service des humains pour travailler mieux. 

Son confrère chinois Jack Ma, fondateur du groupe internet Alibaba, avait esquissé une prédiction similaire et plus ambitieuse encore l'année dernière. Pour lui: "Dans 30 ans, un robot sera sans doute en Une du magazine Time, sacré meilleur PDG de l'année."

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le fondateur du géant internet chinois Alibaba prédit que dans 30 ans des robots seront de meilleurs PDG que les humains

VIDEO: Pourquoi y a-t-il toujours autant de problèmes avec la connexion Bluetooth?

  1. Nautilus tdi

    On va pouvoir modérer les salaires et les primes de PDG, mais attendons-nous à toujours payer plus cher le meilleur de l'IA.

  2. Effectivement, les robots ont un impact négatif sur la main d'oeuvre car ils peuvent tout à fait remplacer l'effort humain. Cependant, elle pourrait accroitre la productivité de l'entreprise en question.

Laisser un commentaire