BCE, Mario Draghi

Mario Draghi, le président de la BCE. REUTERS/Ralph Orlowski

La Banque centrale européenne (BCE) a tenu ce jeudi après-midi sa réunion de politique monétaire. 

A cette occasion, son président Mario Draghi a déclaré que la BCE ne considère pas l'éventuelle dislocation de la zone euro comme un risque sérieux, même si elle se tient prête à faire face à d'éventuelles menaces:

"Franchement, je ne l'anticipe pas. Il y a des tensions mais rien qui soit grave à ce point. En tout cas, (...) nous sommes prêts. L'euro est irréversible."

Lors de cette annonce de Mario Draghi, l'euro est passé au-dessus des 1,06 dollar sur le marché des changes. 

Comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous, l'euro a gagné 0,62% à 1,0606 vers 15h20 (heure française).

Les marchés financiers ont commencé à intégrer dans leurs valorisations la possibilité d'un éclatement de la zone euro, en raison des scores élevés que pourraient réaliser des partis politiques hostiles à la monnaie unique lors des élections aux Pays-Bas et en France ce printemps, et dans une moindre mesure en Allemagne en septembre.

"L'euro est perçu comme la précondition du marché unique. S'il n'y a pas de marché unique, il n'y a pas d'Union européenne", a ajouté Mario Draghi lors de cette conférence de presse.

La BCE a par ailleurs annoncé que sa politique monétaire reste inchangée et qu'elle relève sa prévision d'inflation 2017 dans la zone euro à 1,7%, soit 0,4 point de plus qu'en décembre 2016, à cause l'augmentation des cours du pétrole.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : L’économie mondiale progressera de 3,3% en 2017 — ces pays seront moteurs de croissance

VIDEO: Des scientifiques ont découvert une 'ville' sous-marine peuplée de pieuvres — voici Octlantis