Marissa Mayer

Marissa Mayer, PDG de Yahoo, en 2015 au Fortune Global Forum à San Francisco REUTERS/Elijah Nouvelage

Yahoo a essayé de rassurer Wall Street, affirmant que le rachat par Verizon pour 4,8 milliards de dollars allait bel et bien se faire, malgré une immense faille de sécurité chez le groupe internet.

La société internet n'a fourni aucun détail sur le piratage dont elle a été victime ou sur les renégociations que cela a pu donner avec Verizon, et la DG Marissa Mayer a décrit une situation tout à fait ordinaire.

"Nous sommes occupés à préparer l'intégration avec Verizon. Nous sommes très confiants, pas seulement dans la valorisation de notre groupe, mais aussi dans la valeur que les produits Yahoo apportent aux vies de nos utilisateurs", a indiqué Marissa Mayer dans un communiqué à la publication des résultats trimestriels du groupe.

Evénement matériel

Verizon a annoncé son projet de racheter Yahoo pour 4,83 milliards de dollars en juillet. Mais deux mois après l'annonce, Yahoo a révélé avoir été piraté en 2014 et que cette intrusion touchait au moins 500 millions d'utilisateurs.

Le conseil juridique de Verizon a souligné la semaine dernière qu'il y avait assez de matière pour croire que ce piratage avait un impact "matériel" sur l'activité de Yahoo, ce qui donnerait à Verizon le droit de renoncer ou renégocier l'accord.

Yahoo, qui n'a pas, cette-fois, organisé de conférence téléphonique pour commenter ses résultats avec les analystes, n'a pas indiqué si cet incident était "matériel" ou fourni d'autres commentaires sur l'accord avec Verizon.

Mais Yahoo a publié différents chiffes, mardi, visant à prouver que se utilisateurs n'ont pas lâché ses différents services après ces révélations choc de piratage.

Le trafic vers les sites de Yahoo a légèrement progressé ou est resté stable depuis que le piratage a été révélé, montre ce graphique :

Yahoo

Yahoo


Yahoo est "conforté" par la loyauté de ses utilisateurs, a indiqué Marissa Mayer dans un communiqué.

Néanmoins, l'activité de Yahoo continue de s'éroder. Le chiffre d'affaires, hors coût d'acquisition de trafic reversés par Yahoo à des sites partenaires, a chuté de 14% par rapport à la même période un an plus tôt. Le nombre de publicité vendues et de liens sponsorisés sur son moteur de recherche ont tous deux aussi reculé sur un an.

 

Version originale : Alexei Oreskovic/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Une source proche de Yahoo pense que des hackers pourraient avoir piraté 1 milliard de comptes

VIDEO: Les végans ne peuvent pas boire tous les vins — voici pourquoi