Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Mark Zuckerberg assure que Facebook se retirerait du projet Libra s'il n'était pas approuvé par les régulateurs américains

Mark Zuckerberg assure que Facebook se retirerait du projet Libra s'il n'était pas approuvé par les régulateurs américains
© Mandel Ngan/Getty Images

Facebook a mené des discussions pour lancer une nouvelle cryptomonnaie, intitulée Libra, dans le monde entier, mais le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a affirmé que l'entreprise serait prête à se retirer du projet si les autorités de régulation américaines ne l'approuvaient pas. La Libra fonctionnerait comme une devise numérique, offrant une alternative au dollar américain et à d'autres devises gérées par des gouvernements étrangers. La Libra Association superviserait la cryptomonnaie de Facebook, une différence majeure par rapport au Bitcoin, une cryptomonnaie populaire, sans organisation pour la diriger et la superviser. La Libra Association compte 21 membres, dont Calibra, une filiale de Facebook.

Mark Zuckerberg a témoigné devant la Commission du logement et des services financiers de la Chambre des représentants des États-Unis le 23 octobre, pour discuter principalement de la participation de Facebook à la Libra Association. Les membres du comité ont demandé les raisons pour lesquelles Facebook voulait créer sa propre monnaie numérique et pourquoi il faudrait faire confiance à l'entreprise alors qu'elle fait face à une myriade de problèmes avec ses activités qui s'étendent de plus en plus. Sous la pression des députés ce mercredi, Mark Zuckerberg a déclaré que Facebook se retirerait finalement de la Libra Association si les autorités de régulation n'approuvaient pas la cryptomonnaie et que les autres membres de l'instance choisissaient quand même de poursuivre le projet.

À lire aussi — Facebook laisse entendre que la crypto-monnaie Libra pourrait finalement ne jamais exister

David Marcus, un cadre de Calibra, a été le visage public des discussions sur la Libra jusqu'à présent, mais Facebook a répété à maintes reprises que le réseau social n'a pas d'influence sur la Libra Association. David Marcus est membre du conseil d'administration de la Libra Association, dont les membres sont élus par un vote — les statuts de la Libra Association prévoient entre 5 et 19 sièges.

Ce qui resterait de la Libra Association si Facebook la quittait n'est pas encore très clair. L'instance dirigeante a déjà diminué en taille suite à de récents départs de plusieurs membres. Visa, Mastercard et PayPal ne représentent que quelques-unes des principales entreprises qui se sont retirées de la Libra Association au début du mois d'octobre, même si ces entreprises ont déclaré qu'elles envisageraient de se joindre à nouveau à la Libra Association dans le futur. L'association, qui compte 21 membres, espère avoir 100 membres ou plus quand la Libra sera lancée.

Pour l'instant, Mark Zuckerberg et la filiale Calibra restent inflexibles sur le fait que la Libra Association ne lancera pas la cryptomonnaie tant que les régulateurs américains ne l'auront pas approuvée pour qu'elle soit utilisée à travers le monde.

Version originale : Kevin Webb/Business Insider

Découvrir plus d'articles sur :