Mark Zuckerberg aurait été au courant de certaines pratiques problématiques de Facebook sur les données personnelles

Mark Zuckerberg. Getty

Le patron de Facebook Mark Zuckerberg aurait remis en question certaines pratiques de l'entreprise en matière de protection de la vie privée dans des mails internes partagés avec les organismes de réglementation gouvernementaux américains, selon une enquête publiée mercredi dans le Wall Street Journal, qui cite des sources anonymes. Bien que les mails en question ne semblent pas indiquer que Mark Zuckerberg préconise quoi que ce soit qui violerait clairement les mesures de protection de la vie privée des utilisateurs, les discussions montreraient que le PDG se posait des questions concernant la pertinence de certaines actions. Les actions de Facebook ont chuté d'environ 2% après la publication de l'enquête.

Selon l'article, ses propos pourraient alimenter les perceptions négatives de l'attitude de l'entreprise envers la protection de la vie privée. Ces mails s'inscrivent dans le cadre des efforts déployés par Facebook pour fournir des renseignements à la Federal Trade Commission (FTC, Commission fédérale du commerce), alors que l'agence enquête pour déterminer si Facebook s'est bien conformé à un accord de 2012 sur les pratiques de confidentialité du réseau social.

À lire aussi : Facebook a des difficultés à recruter suite aux scandales en cascade

"Nous avons pleinement coopéré à l'enquête de la FTC jusqu'à présent, et fourni des dizaines de milliers de documents, de mails et de fichiers", a déclaré Facebook par mail à Business Insider US. "A aucun moment Mark ou tout autre employé de Facebook n'a délibérément violé les obligations de l'entreprise en vertu de l'accord de la FTC, et il n'existe aucun mail qui l'indique."

L'entreprise a déclaré en avril qu'elle prévoyait de payer de 3 à 5 milliards de dollars d'amendes à la suite de l'enquête de la FTC. L'enquête a débuté il y a environ un an, après les révélations autour de Cambridge Analytica. La société, affiliée à Donald Trump, avait indûment obtenu l'accès aux renseignements personnels de dizaines de millions d'utilisateurs de Facebook, et utilisé ces données pour des publicités politiques ciblées pendant l'élection présidentielle de 2016.

Mauvaise optique à un mauvais moment pour Facebook

Certains responsables de Facebook s'inquiètent du fait que les mails puissent nuire à la réputation de Facebook s'ils étaient rendus publics, a rapporté le Wall Street Journal. Ces mails internes semblent indiquer que Mark Zuckerberg s'est interrogé sur la façon de traiter certaines questions concernant la vie privée des utilisateurs à la lumière de l'accord de 2012. Il est difficile de dire si l'une de ces discussions a révélé des pratiques contraires à l'accord avec la FTC, selon le Wall Street Journal, qui a déclaré avoir été informé du contenu de certains des mails, sans les examiner eux-mêmes.

À lire aussi : Des actionnaires réclament à Mark Zuckerberg de quitter la présidence de Facebook

Un échange de mails que les organismes de réglementation sont en train d'examiner comprendrait une discussion datant d'avril 2012 entre Mark Zuckerberg et d'autres "insiders" de Facebook, selon le Wall Street Journal. La conversation porterait sur une application tierce qui semblait contourner les paramètres de confidentialité des utilisateurs de Facebook, en recueillant les renseignements personnels de dizaines de millions de personnes, et en les rendant visibles pour les autres utilisateurs de Facebook.

Mark Zuckerberg se serait questionné à propos de la faisabilité technique d'une telle application, et aurait été conscient qu'elle pouvait violer l'accord qui avait été annoncé à l'époque mais qui n'était pas encore officiellement entré en vigueur. Facebook aurait finalement suspendu l'application. Mais des sources ont affirmé au Wall Street Journal que les mails ne donnaient pas l'impression que Facebook essayait de régler le problème de protection de la vie privée de façon proactive.

Version originale : Alexei Oreskovic / Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Huawei, Amazon, Sanofi... Les 20 multinationales qui ont le plus investi pour innover l'an dernier

VIDEO: 6 choses étonnantes que l'amour fait à votre cerveau et votre corps