Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Mark Zuckerberg aurait joué un rôle dans la décision de Donald Trump d'interdire TikTok

Mark Zuckerberg aurait joué un rôle dans la décision de Donald Trump d'interdire TikTok
Le PDG de Facebook et le président des Etats-Unis. © Reuters/Drew Angerer/Getty Images

Avant que le président américain Donald Trump ne menace d'interdire TikTok, l'application de partage de vidéos populaire auprès des adolescents, le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, aurait fait pression sur lui et sur les sénateurs américains pour qu'ils s'attaquent à la prétendue menace que représenterait la concurrence chinoise, a rapporté le Wall Street Journal dimanche 23 août. Lors d'un dîner privé en octobre 2019, Mark Zuckerberg "a fait valoir auprès du président Trump que la montée des sociétés internet chinoises menace les entreprises américaines et devrait être une préoccupation plus importante que de restreindre Facebook", a rapporté le Wall Street Journal, citant des personnes connaissant bien le sujet.

Le responsable de Facebook a également "discuté spécifiquement de TikTok" lors d'entretiens avec un certain nombre de sénateurs américains. Un porte-parole de Facebook a déclaré au Wall Street Journal que Mark Zuckerberg ne se souvenait pas d'avoir discuté de TikTok avec Donald Trump, qui a publié au début du mois un décret exigeant que le propriétaire de TikTok, ByteDance, vende ses actifs américains, en invoquant des préoccupations concernant le traitement des données des utilisateurs.

Mark Zuckerberg s'est élevé contre ce décret lors d'une réunion d'entreprise, rapporte le Wall Street Journal. Mais sa société a également tout à gagner du revers subi par TikTok, qui a accumulé 100 millions d'utilisateurs aux États-Unis.

Dix jours avant que Donald Trump ne publie son décret, Instagram, qui appartient à Facebook, a dévoilé sa propre version de TikTok : Reels, qui permet aux utilisateurs de poster des "vidéos multi-clips de 15 secondes avec du son, des effets et de nouveaux outils créatifs", selon un communiqué de presse.

Version originale : Charles Davis/Business Insider. Traduit de l'anglais pas Albane Guichard.

A lire aussi — Mark Zuckerberg suggère qu'Apple, Amazon, Google et TikTok pourraient être de plus grandes menaces que Facebook

Découvrir plus d'articles sur :