Un haut dirigeant de Facebook justifie les risques de décès de ses utilisateurs par la croissance du réseau  — Mark Zuckerberg désavoue cette note 'provocatrice'

Andrew Bosworth, qui a écrit le mémo Facebook sur la croissance à tout prix. YouTube/Horizont

Un haut dirigeant de Facebook a déclaré dans une note interne en 2016 que le réseau social avait besoin de croître à tout prix, même si le réseau pouvait occasionner des décès, a rapporté jeudi 29 mars 2018 BuzzFeed News.

Dans une déclaration, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a dit être "en désaccord profond" avec cette note de l'un de ses plus proches collaborateurs, ajoutant qu'il était un provocateur.

"Nous n'avons jamais cru que la fin justifie les moyens", a déclaré le fondateur du réseau social.

Mais Mark Zuckerberg a défendu l'auteur du mémo, l'un de ses plus fidèles lieutenants, désignant Andrew Bosworth comme un "leader talentueux qui dit beaucoup de choses provocatrices".

Selon l'article de BuzzFeed, Andrew Bosworth, vice-président de Facebook, a écrit un memo en 2016 — intitulé "The Ugly" (ndlr: "Le Vilain") — dans lequel il s'interroge sur certaines pratiques et semble justifier les plus douteuses d'entre-elles pour peu qu'elles résultent de la croissance du réseau social.

"La triste réalité est que nous croyons tellement au rapprochement des individus que tout ce qui peut nous permettre de connecter plus de gens entre eux et le plus souvent possible nous semble de facto bon", affirmait le mémo.

"Il est possible que cela coûte des vies en exposant les personnes au harcèlement. (...) Il est possible aussi que quelqu'un meure dans une attaque terroriste coordonnée à travers nos outils", assure Andrew Bosworth dans sa note.

Ce dernier a confirmé l'authenticité du message, mais il l'a quelque peu renié sur Twitter, disant que son but était d'encourager le débat.

Cette information intervient au moment où le réseau social est au centre de nombreuses controverses, sur son rôle dans la diffusion d'informations mensongères et l'utilisation non-autorisée des données de ses utilisateurs pour servir la campagne présidentielle Trump 2016 dans le cadre du scandale Cambridge Analytica

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Facebook met fin à l'utilisation de données de sociétés tierces, qui aident les annonceurs à cibler des membres sur le réseau social

VIDEO: Comment la baleine est devenue le plus grand animal du monde