Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Mark Zuckerberg et Tim Cook se livrent un combat sans merci, voici l'histoire de leur rivalité

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Mark Zuckerberg et Tim Cook se livrent un combat sans merci, voici l'histoire de leur rivalité
Le directeur général d'Apple Tim Cook à gauche et son rival Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, à droite. © Francois Mori/AP

La querelle de longue date entre Mark Zuckerberg et Tim Cook fait rage. Les deux géants de la tech se disputent depuis 2014 et s'envoient des piques sur leurs produits et modèles économiques respectifs. Au cours des derniers mois, leurs reproches se sont intensifiés et se traduisent par des attaques sur la place publique, des campagnes publicitaires virulentes et même un conflit juridique. The Information a révélé en janvier que Facebook préparait un procès antitrust contre Apple.

Voici comment leur querelle a débuté et tout ce qu'il s'est passé depuis.

La querelle entre Mark Zuckerberg et Tim Cook a débuté en 2014, quand le patron d'Apple a fustigé le modèle économique de Facebook.

AP

En septembre 2014, Tim Cook a donné une interview à Charlie Rose, un ancien présentateur de la chaîne américaine CBS. Cette conversation abordait une série de sujets, dont la confidentialité des données. L'entretien se tenait des semaines après les fuites des nudes que plusieurs célébrités (dont Jennifer Lawrence et Kate Upton) avaient stockées sur leurs comptes iCloud. Le patron d'Apple avait alors dénoncé le modèle économique d'entreprises comme Google et Facebook, qui selon lui monétisent leurs données.

"Je pense que tout le monde doit se demander comment ces entreprises sont rentables. Vous n'avez qu'à suivre leurs entrées d'argent", a lancé Tim Cook. "Et si elles basent leur système économique principalement sur la collecte de données personnelles, je pense que vous avez le droit de vous inquiéter. Et vous devriez vraiment savoir où vont ces données."

Peu de temps après, le milliardaire a maintenu sa position dans une lettre ouverte sur le site d'Apple. "Il y a quelques années, les internautes ont commencé à réaliser que lorsqu'un service en ligne est gratuit, ils ne sont pas les clients, mais les produits." a écrit le PDG.

À lire aussi — Luttes fratricides et querelles d'ego : voici 11 rivalités entre les stars de la tech

Les propos du directeur d'Apple ont irrité Mark Zuckerberg qui a critiqué le coût de la gamme Apple

AP

Dans une interview accordée au Time la même année, Mark Zuckerberg s'est senti offusqué par les dires de Tim Cook. "C'est frustrant car de nombreuses personnes semblent assimiler un modèle économique publicitaire à une sorte de déloyauté envers les clients", a déclaré Mark Zuckerberg à Lev Grossman du Time. "Je pense que c'est le concept le plus ridicule. Vous pensez vraiment que parce que vous payez Apple, ils vous respecteront ? Si vous pouviez vraiment leur faire confiance, ils feraient en sorte que leurs produits soient beaucoup moins chers !".

Leur conflit était à son paroxysme lors du scandale Cambridge Analytica, quand Tim Cook s'en est pris à Facebook

Reuters

En 2018, un lanceur d'alerte a révélé que la société de conseil Cambridge Analytica avait récolté les données de 50 millions d'utilisateurs sans leur consentement. Lors d'une interview avec Kara Swisher de Recode et Chris Hayes de MSNBC, les journalistes ont demandé à Tim Cook ce qu'il ferait s'il était à la place de Mark Zuckerberg.

"Qu'est-ce que je ferais ? Je ne serais pas dans cette situation", a répliqué le patron d'Apple, sans hésitation. Il a précisé que Facebook aurait dû s'autoréguler concernant les données de ses utilisateurs, mais "que ce problème allait même plus loin". Il a d'ailleurs confirmé son opinion selon lequel Facebook considère ses utilisateurs comme un produit. "La vérité est que nous pourrions gagner une tonne d'argent si nous monétisions les données de nos utilisateurs, si notre client était notre produit. Mais nous avons choisi de ne pas le faire".

Mark Zuckerberg a contre attaqué, taxant sa réaction de "désinvolte"

AP

"Vous savez, je trouve que cet argument est d'une désinvolture" a par la suite rétorqué le patron du réseau social, lors du Ezra Klein Show, un podcast sur le site du New York Times. "Il ne correspond pas du tout à la vérité", a-t-il juré.

Il a réfuté l'idée que Facebook ne se concentrait pas sur son service client et a une fois de plus critiqué le montant de la gamme de produits Apple.v"Ne vous laissez pas avoir par le syndrome de Stockholm, ces entreprises essaieront de vous faire entendre que c'est parce qu'elles travaillent dur, qu'elles ont le droit de vous faire payer plus cher. Mais en réalité, ce genre de sociétés se soucie très peu de vous ", a répliqué Mark Zuckerberg.

À lire aussi — On vous raconte la rivalité entre Jeff Bezos et Elon Musk, les deux hommes les plus riches du monde

Le businessman a alors convaincu ses employés d'échanger leurs iPhones contre des Androids

Reuters

En novembre 2018, le New York Times a publié un article détaillant les retombées du scandale Cambridge Analytica. Selon le quotidien, les commentaires de Tim Cook ont "exaspéré" Mark Zuckerberg, qui a ordonné à ses employés de passer de l'iPhone à Android. Peu de temps après la publication de l'affaire, Facebook a écrit un billet de blog réfutant certains faits relatés par le New York Times, sans parler de la querelle Zuckerberg-Cook.

"Tim Cook a constamment critiqué notre modèle économique et Mark a été tout aussi clair sur son désaccord", écrit Facebook. "Et nous avons longtemps encouragé nos employés et nos cadres à utiliser Android parce que c'est le système d'exploitation le plus populaire au monde".

En août 2020, Mark Zuckerberg voit la polémique sur l'App Store comme une nouvelle opportunité de relancer sa querelle avec Tim Cook

Getty images

Au cours d'une réunion, Mark Zuckerberg a ouvertement critiqué Apple, affirmant que l'entreprise "contrôlait le contenu de ses smartphones", d'après BuzzFeed News. Selon l'entrepreneur, l'App Store empêche l'innovation et la concurrence d'autres entreprises de se développer. "Apple détient le monopole des smartphones, c'est pour ça que le groupe se permet d'augmenter ses prix au-dessus de ceux du marché".

Apple fait l'objet d'une enquête antitrust diligentée par le Congrès américain et a été fortement critiquée par les développeurs, notamment le créateur de "Fortnite", Epic Games. En cause ? Les 30 % de frais qu'elle prélève lors d'un achat sur l'App Store. La marque à la pomme a récemment bloqué une mise à jour de l'application Facebook car le réseau social aurait informé ses utilisateurs des frais prélevés.

Les nouvelles mesures de confidentialité d'Apple mettent en danger l'activité de Facebook

Apple

Dans la dernière version d'iOS (le système d'exploitation des iPhones), les concepteurs d'applications devront demander l'accord des utilisateurs pour collecter et tracer leurs données. Si cette mesure concerne toutes les entreprises qui créent des applications iOS, elle aura un impact direct sur les activités publicitaires de Facebook. En effet, la plateforme utilise le suivi de données pour déterminer quelles publicités correspondent au profil des internautes.

Dans un billet de blog publié en août, Facebook a déclaré qu'il pourrait être contraint de fermer Audience Network pour iOS, un outil qui personnalise les publicités dans les applications tierces. "Ce n'est pas un changement volontaire, mais malheureusement les mises à jour d'Apple pour iOS 14 nous ont forcé à prendre cette décision", a souligné Facebook.

Les plaintes de Facebook et d'autres développeurs ont conduit Apple à retarder les nouveaux outils de confidentialité jusqu'à l'année prochaine, en disant qu'elle voulait "donner aux développeurs le temps dont ils ont besoin pour apporter les changements nécessaires."

À lire aussi — Apple affiche les données collectées par vos applis. Voici celles auxquelles il faut faire attention

Facebook a même lancé une campagne de répression contre Apple en signant des tribunes dans le New York Times, Washington Post et le Wall Street Journal

Dans les nouvelles annonces, Facebook fait valoir que ces modifications allaient nuire aux petites entreprises qui font de la publicité sur sa page. "Sans publicités personnalisées, les données de Facebook montrent que l'annonceur moyen d'une petite entreprise risque de voir ses ventes diminuer de plus de 60 % pour chaque dollar dépensé", peut-on lire sur ce post, qui a été publié par l'internaute Dave Stangis.

Apple a riposté en déclarant à Isobel Asher Hamilton, de Business Insider, qu'elle "défendait ses utilisateurs". "Les utilisateurs devraient savoir quand leurs données sont collectées et partagées sur d'autres applis et sites web et ils devraient avoir le choix de l'autoriser ou non", a déclaré un porte-parole d'Apple.

Le réseau social a annoncé qu'il soutenait Epic Games, concepteur de "Fortnite", en conflit juridique avec Apple

Une parodie de Tim Cook sur Fortnite Getty images

Epic Games, qui conçoit des jeux vidéos comme Fortnite, poursuivra Apple en justice pour pratiques anticoncurrentielles l'année prochaine. Bien que Facebook ne se joigne pas à l'action en justice, il prévoit d'aider Epic dans ses recherches pour le procès.

Et Facebook compte intenter une action en justice contre Apple pour dénoncer ses "pratiques anticoncurentielles"

Le PDG de Facebook Mark Zuckerberg à Washington DC le 3 octobre 2019 AP

Selon un article de The Information, Facebook prépare une action en justice contre Apple pour dénoncer ses pratiques anticoncurrentielles. En effet, le fabricant d'Iphones aurait obligé ses concepteurs d'applications à suivre un ensemble de règles différentes et élaborer un système de paiement in-app, sur lequel Apple préléverait une part.

Facebook travaillerait sur cette affaire depuis plusieurs mois et aurait envisagé d'inviter d'autres entreprises à se joindre au procès.

Mark Zuckerberg a mené une offensive contre Apple durant une visioconférence, accusant l'entreprise de perturber le fonctionnement de son application

Facebook

En discutant des applications de messagerie possédées par Facebook lors d'une visioconférence, Mark Zuckerberg s'est clairement attaqué à Apple, affirmant que le fabricant de l'iPhone faisait des déclarations "trompeuses" en matière de confidentialité. "Apple a récemment conçu des étiquettes de confidentialité qui se concentrent plutôt sur les métadonnées que les applications collectent, que sur la confidentialité et la sécurité des utilisateurs. Il faut le savoir, iMessage stocke par défaut des sauvegardes cryptées de vos messages, sauf si vous désactivez iCloud", a révélé Mark Zuckerberg.

Le patron de Facebook a poursuivi en décrivant Apple comme "l'un de ses plus grands concurrents". Selon lui, il est dans l'intérêt de la société "d'utiliser sa position dominante pour gérer le fonctionnement des applications". "Cela a un impact sur la croissance de millions d'entreprises dans le monde", a-t-il ajouté.

Mais Tim Cook maintient sa position sur le modèle économique de Facebook

Tim Cook, PDG d'Apple AP

Lors d'un discours prononcé à la conférence européenne sur les ordinateurs, la vie privée et la protection des données (European Computers, Privacy and Data Protection Conference), TimCook a évoqué les modèles économiques basés sur la monétisation de données. Bien qu'il n'ait pas nommé Facebook, le PDG d'Apple a fait plusieurs allusions à la plateforme.

"À l'heure des fake news et des théories du complot alimentées par les algorithmes, nous ne pouvons plus laisser dire que tout engagement est un bon engagement. Toute cette stratégie permet de collecter autant de données que possible".

Facebook a lancé une nouvelle campagne publicitaire visant à prouver la nécessité d'une publicité ciblée, dans le cadre de la bataille qui l'oppose à Apple.

AP

L'initiative, intitulée "Les bonnes idées méritent d'être trouvées" ("Good Ideas Deserve to be Found"), explique que les publicités personnalisées aident les utilisateurs de Facebook à découvrir de petites entreprises, en particulier pendant la pandémie.

"Chaque entreprise commence par une idée, et le fait de pouvoir partager cette idée par le biais de publicités personnalisées change la donne pour les petites entreprises", a déclaré Facebook dans un article de blog. "Limiter l'utilisation des annonces personnalisées priverait les entreprises d'un moteur de croissance essentiel".

Cette nouvelle campagne constitue le dernier effort de Facebook pour sauver la publicité ciblée avant les nouvelles mesures d'Apple. Ces restrictions sur l'utilisation des données devraient être déployées au printemps 2021. Le réseau social a estimé que ces nouvelles fonctionnalités affecteraient son activité dès le premier trimestre de 2021.

Lors d'une interview accordée au New York Times, Tim Cook a qualifié les propos de Mark Zuckerberg d'"arguments peu convaincants".

Getty images

Lors d'un podcast diffusé sur le New York Times, Tim Cook a déclaré qu'il pensait que la société traversait une crise de confidentialité et qu'il était "surpris" que ses nouvelles mesures suscitent une telle indignation.

"Nous savons que ces arguments sont peu convaincants", a confié Tim Cook au journal . "Je pense que vous pouvez faire de la publicité en ligne sans pour autant dérober les données de vos utilisateurs". Le principal rival de Microsoft a admis qu'il ne considérait pas Facebook comme un concurrent."Je pense que nous sommes en compétition sur certaines choses. Mais non, si je dressais une liste de mes plus grands concurrents, cette plateforme n'en ferait pas partie. Nous ne travaillons pas dans le même secteur".

Version originale : Avery Hartman/Insider

À lire aussi — Cette photo rare d'Elon Musk et de Jeff Bezos en 2004 illustre le début de leur rivalité


Découvrir plus d'articles sur :