Mark Zuckerberg explique à ses salariés pourquoi c'est une bonne chose qu'il concentre les pouvoirs

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, lors de la conférence F8 en mai 2018. Wikimedia Commons/Anthony Quintano/CC

Mark Zuckerberg est le cofondateur de Facebook. Mais surtout un PDG de 35 ans qui concentre entre sans mains tous les pouvoirs au sein du géant de la tech. Alors que les critiques se sont abattues sur le réseau social depuis trois ans — sur le rôle prépondérant de l'entreprise dans la propagation de fake news en période électorale, la fuite de données personnelles ou les contenus toxiques — des actionnaires ont réclamé en mai dernier le départ de Mark Zuckerberg de la présidence du conseil d'administration de Facebook. Sans succès. Ces questions ne se posent pas qu'à l'extérieur de l'entreprise.

En interne, des salariés s'interrogent également sur la concentration du pouvoir et des décisions entre les mains Mark Zuckerberg, actionnaire majoritaire et disposant de plus de 50% des droits de vote. A l'occasion d'échanges de deux heures avec ses employés sur les défis de Facebook, son démantèlement ou ses modérateurs, dont le site The Verge a pu se procurer un enregistrement, Mark Zuckerberg leur a ainsi expliqué pourquoi le contrôle  qu'il a de l'entreprise était une bonne chose. "Le fait que j'ai le contrôle sur les droits de vote de l'entreprise concentre beaucoup d'attention sur moi. (...) Je pense que, historiquement, cela a été très précieux... (...) Nous avons pu nous concentrer sur les bonnes choses à long terme, qu'il s'agisse de notre IPO (introduction en Bourse, ndlr) ou de la création des bons produits mobiles au lieu de nous concentrer uniquement sur la monétisation et l'insertion rapide des publicités." 

"Beaucoup de confiance sur la capacité à faire des bons choix à long terme"

Et pour convaincre son assemblée, il a pris l'exemple du rachat avorté de Facebook par Yahoo en 2006. Il avait alors refusé une offre d'un milliard de dollars, à seulement 22 ans, en opposition à ses investisseurs, raconte-t-il dans le détail. "Nous n'étions qu'un service pour les étudiants, sur le point de lancer l'inscription pour tous et le News Feed, qui n'existait pas encore. Et Yahoo est arrivé avec cette immense offre à un milliard de dollars, qui allait réaliser les rêves financiers de chacun au sein de l'entreprise. Et je me suis dit : 'Je ne pense pas qu'on devrait faire ça'. Et tout le monde disait : 'Quoi ?' Et à l'époque, 10 millions de personnes utilisaient Facebook et Myspace comptait 100 millions de personnes, et sa croissance était plus rapide. (...) Alors j'ai refusé, et notre conseil d'administration était super contrarié. Toute notre équipe de direction a démissionné."

A lire aussi — Mark Zuckerberg a un plan d'attaque pour concurrencer TikTok et il l'a expliqué aux employés de Facebook

Cette histoire lui a donné une réelle confiance en sa vision des choses et justifie pleinement qu'il détienne tous les pouvoirs, selon lui.  Et cet exemple démontrerait sa capacité à faire des bons choix pour Facebook : "Donc une fois que tu peux passer outre ça, (...) que tu n'as pratiquement aucune équipe et que tu t'en sors, tu en ressors avec beaucoup de confiance en toi sur le fait que puisses faire des choix sur le long terme et que ça va bien se passer avec le temps".

Malgré les critiques qui s'abattent sur son entreprise, le PDG n'a pas répondu précisément, minimisant la situation dramatique des modérateurs, et préférant rappeler à ses salariés la vision qu'il avait de son entreprise. "L'une des questions sociales qui me tiennent vraiment à cœur est veiller à ce que nos produits participent au bien-être des gens", prône-t-il comme un mantra. Depuis deux ans, Facebook a concentré ses efforts sur son algorithme concernant les contenus partagés par ses utilisateurs et leurs amis au détriment des publications médias par exemple. Mark Zuckerberg affirme que 50 millions d'heures de vidéo virales par jour ont ainsi été supprimées.

Facebook comptait au second trimestre 2,7 milliards d'utilisateurs qui utilisent un ou plusieurs de ses produits tous les mois et 2,1 milliards d'utilisateurs se servent de l'un de ses services chaque jour,.

Vous pouvez lire l'intégralité des échanges de Zuckerberg avec ses salariés ici.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Facebook annonce un réseau social en réalité virtuelle qui rappelle 'Second Life'

VIDEO: Voici ce qu'il peut vous arriver si vous buvez trop d'eau